La Voleuse de livres

Je ne sais plus comment j’ai choisi ce roman. En règle générale, ce ne sont pas des choix raisonnés. C’est la couverture qui attire mon oeil, un titre qui évoque des rêves ou des idées qui me parlent, ou encore un « je ne sais quoi » entre la collection, la couverture, l’auteur, qui fait que je suis séduite.

J’ai rencontré « la voleuse de livres » dans une librairie pas loin de Lyon. Je n’en avais jamais entendu parler. Et là, le roman était mis très en valeur, en ayant quasiment une table pour lui tout seul. Premier abord, la couverture ne me tentait pas vraiment (chez Pocket, donc une couverture consistant en de gros rideaux rouges de théâtre, ouverts sur une petite fille allongée qui lit, en noir et blanc). Mais le titre m’attirait. Le résumé me semblait bizarre, avec cette histoire de la mort qui se joue narratrice. J’avais peur de quelque chose de glauque ou de macabre, mais quelque chose m’a poussée vers ce roman.

Ce livre, de Markus Zusak, paru en 2005, a obtenu le prix Millepages Jeunesse, décerné par les librairies Millepages. Il a également obtenu le National Jewish Book Award, aux USA.

J’ai lu ce livre quasiment d’une traite. J’ai aimé le point de vue choisi : la mort est absente et omniprésente à la fois. Objective. J’ai aimé le fait que la petite Liesel ne soit pas l’enfant juive persécutée, mais nous offre une autre vision de l’époque. J’ai aimé le ton. J’ai apprécié les rappels historiques de la Mort, qui insérait par endroits des histoires de camps, de morts, des histoires dures, mais qui remettaient le lecteur en orbite. Puis, ce rôle des livres, qui aident la fillette à vivre, à avancer… Ce livre est rempli d’amour, d’amitié, de jolies choses, de choses difficiles aussi, mais le tout est parfaitement agencé. Ce roman ne m’a pas laissée de marbre, et c’est cela que je recherche en lisant. Apprendre et être touchée par une histoire, une phrase, une image. Du début à la fin, malgré la dureté qui n’est pas occultée, le livre reste doux. Et laisse un sentiment agréable qui reste. L’impression d’avoir suivi quelque chose de bien.

Publicités

Une réflexion sur “La Voleuse de livres

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s