La physique des catastrophes

Il y a quelque temps, j’étais à la Fnac, je voulais acheter L’élégance du hérisson, de Muriel Barbery, enfin paru en poche, dont on avait tant parlé partout, me disant : « il faut certainement le lire, ne fusse que pour savoir de quoi on parle ». Je flânais quand même dans les rayons nouveautés après avoir trouvé mon butin. C’est mon rayon préféré, avec ses tables pleines de romans tout frais, tout beaux, j’adore cette atmosphère, où je suis attirée par toutes ces couvertures, ces titres, etc. "La physique des catastrophes", Marisha Pessl, chez FolioMon regard est accroché par une couleur, une image, puis un titre. La physique des catastrophes, de Marisha Pessl. Jamais entendu parler, mais le roman de plus de 800 pages m’inspire déjà. La quatrième de couverture de l’édition poche, chez Folio, m’intrigue, parlant tour à tour de roman d’apprentissage et de thriller, de jeu, de critique de société. D’un roman noir, drôle, poignant, étourdissant de verve. Diable, que de compliments. J’étais toujours aussi intriguée. Intérieurement, je refais une liste non exhaustive de mes livres « en attente », qui sont plutôt nombreux… Mais le coup de coeur est irrépressible, et donc, La physique des catastrophes nous accompagne à la caisse, L’élégance du hérisson et moi. Après avoir tenté de continuer les fameuses Vagues, que je ne présenterai plus, j’ai renoncé à V. Woolf dans un tgv, pour attaquer ma brique bleue et rose. Et à partir de là, je ne suis plus ressortie de ce roman jusqu’il y a quelques minutes (quand je l’ai terminé). Alors, tout d’abord, je suis d’accord avec la quatrième de couverture. Marisha Pessl est une conteuse-née, comme ils disent. Le roman est fascinant, passionnant, étonnant, intéressant, drôle, instructif. Et bien plus encore. Je manque d’adjectifs. Ce roman nous raconte l’histoire de Bleue Van Meer, fille d’un professeur d’université qui la traîne de ville en ville au fil des différents postes qu’il occupe dans diverses écoles. La mère de Bleue, passionnée de papillons, est morte lorsque sa fille était enfant, dans un accident de voiture. La jeune fille, âgée de seize ans au moment du récit, a une relation fusionnelle avec son père et ils partagent une passion pour la littérature, la poésie, les beaux mots, la politique (surtout lui, qui est docteur en sciences politiques). Au fil de leur road-trip, ils finissent par s’installer dans la ville de Stockton, en Caroline du Nord, pour la dernière année de lycée de Bleue. C’est là qu’elle va commencer à interagir réellement avec d’autres personnes que son père. Qu’elle va fréquenter le Sang Bleu, cette bande de jeunes qui se prennent pour on ne sait qui. Qu’elle va rencontrer Hannah Schneider, professeur de cinéma, dont la mort brutale est le fil conducteur premier du roman. Qu’elle va tomber amoureuse, aussi. Qu’elle va tomber de haut. Mais bon, on n’a pas trop peur, on sait de par le début du roman qu’elle ira quand même à Harvard après, malgré tout. Ouf. Le Sang Bleu et Hannah Schneider, toute une histoire. Le Sang Bleu, c’est cette bande de cinq jeunes, Jade, Leulah, Nigel, Milton et Charles, qui sont particulièrement proches du professeur de cinéma de St-Gallway. Bleue est introduite dans ce groupe par Hannah Schneider, mais va avoir plus que du mal à s’y intégrer. Cependant, ces fréquentations la projetteront dans le monde réel de la jeunesse américaine, entre soirées et beuveries. Un soir, la bande s’invite sans y être priée à une soirée costumée organisée par leur professeur, soirée au cours de laquelle un invité se noie dans la piscine. Et à partir de là, tout s’emballe. La physique des catastrophes, c’est aussi plein d’humour, d’ironie, et de sarcasme sur la société américaine et les jeunes qu’elle façonne. C’est aussi le regard critique d’une jeune fille très intelligente sur son environnement et sur son père, qu’elle vénère mais qu’elle remet tout doucement en question, notamment pour le choix de ses relations amoureuses (avec les « Sauterelles », terme qu’elle emploie pour désigner les femmes inintéressantes avec qui il a l’habitude de sortir), ou sur la manière dont elle gère sa vie (à présent qu’elle en a une). La découpe du roman est très originale, chaque chapitre portant le nom d’un chef-d’oeuvre de la littérature (selon la base d’un schéma de table des matières intitulée « lectures obligatoires »). Le tout est entrecoupé de citations diverses, de références de tout acabit, et même d’illustrations, ou plutôt, de « supports visuels », comme les appelle Bleue. Et la fin est renversante. Honnêtement, vous l’aurez compris, je vous conseille vraiment de lire ce roman. Au cours de ces 816 pages, je ne me suis pas ennuyée une seconde. La dernière centaine de pages a pour moi un ton différent, une atmosphère plus lourde, mais qui ne change en rien l’ardeur à laquelle on dévore les pages, que du contraire. Le dénouement, dont je ne vous dirai rien, est renversant, tant on a l’impression de voir un puzzle se faire tout seul sous nos yeux. Bref, un coup de foudre total, à lire absolument! NB : Avec tout ça, je n’ai toujours pas ouvert L’élégance du hérisson… :)

Publicités

12 réflexions sur “La physique des catastrophes

  1. TardisGirl dit :

    J’ai beaucoup aimé les hérissons, mais j’avoue que ces catastrophes ont eu un goût particulier et qu’elles resteront un excellent souvenir. J’attendais tellement la sortie en poche que je me suis jetée dessus il y a quelques mois !

  2. Bardamu dit :

    arf ! « les vagues » est pourtant un roman magnifique…
    mais franchement, une lecture en anglais s’impose. Le lire en traduction n’a aucun intérêt.

    je jetterai un coup d’oeil à Pessl, tu l’as bien vendu ; )

    • Caro dit :

      Je pense que tu as raison pour « Les Vagues », lire la VO aurait été un choix plus judicieux. Je ferai ça quand je lirai « Mrs Dalloway ». Pour ma défense, je ne connaissais pas du tout V.Woolf avant. J’ai juste lu quelque part que son autobiographie était un bijou, et j’ai voulu la découvrir autrement avant d’aborder cette brique…

      Sinon, fonce pour Marisha Pessl ! Elle en vaut vraiment la peine ! Ce livre me manque, depuis que je l’ai fini…

  3. Caro dit :

    Ravie que vous l’ayez aimé (pour TardisGirl) ou que mon billet vous ait donné envie de le lire :) Ce roman est une perle, plus j’ai de recul, plus je le pense! Comme le dit TardisGirl, il a un goût particulier :) (par contre, tu en avais entendu parler où?)

  4. M1 dit :

    Tu en fais une très bonne presse, j’ai l’impression que c’est un livre proche d’un esprit blog, je pense que je vais retenir cette lecture pour l’hiver, j’ai déjà quelques bons livres qui font la queue devant mes yeux !
    « sauterelles » un terme à retenir : )
    Sinon va falloir voir Inglorious basterds !

    • Caro dit :

      Je ne comprends pas ton “proche d’un esprit blog”, en fait. La prof de cinéma serait un “blogueur influent”? :) Dans l’absolu, en tous les cas, après l’avoir lu, je n’ai pas pensé une seconde à un parallèle entre ces deux univers. Tu m’expliqueras ce que tu as voulu dire?

      Quoi qu’il en soit, l’ajouter à ta pile de livres à lire, c’est une excellente décision :)

      Inglourious Basterds, c’est prévu la semaine prochaine !

  5. M1 dit :

    Je suppose que c’est proche de l’esprit d’un blog dans le récit et le découpage ! je me trompe peut-être :)
    Je le rajoute a ma pile, avec celui de Serfaty ;)
    Tu ne regretteras pas le nouveau Tarantino ;)

    • Caro dit :

      Ravie de faire grimper ta pile de livres à lire :) Tu ne les regretteras pas ! Concernant le récit et le découpage, je n’ai pas ressenti ce lien avec l’esprit blog. On en reparle quant tu l’auras lu, ça marche?

      Et pour Tarantino, tu avais raison ! Je l’ai vu mercredi soir, et vraiment très bien (cf. post de ce vendredi).

  6. christell dit :

    je l’avais lu dès sa sortie il y a deux ans et j’avais drôlement bien apprécié. L’auteur a vraiment été ambitieuse, avec toutes ses citations et notes de bas de pages et en plus l’histoire est bien menée. un très bon livre !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s