The Killing

Suite aux très bons conseils d’un excellent blog, je me suis lancée dans une nouvelle série de la chaîne AMC, The Killing. Il s’agit d’une enquête sur un meurtre, celui d’une jeune fille de 18 ans. Treize épisodes sont prévus, sur lesquels déjà 5 ont été diffusés par la chaîne.

Il s’agit d’une reprise américaine d’une série danoise, diffusée par Arté en 2010. Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’ambiance froide et grise de l’original a été conservée : dès les premières secondes du premier épisode, on est directement plongé dans l’ambiance terne et pluvieuse de Seattle, sans la saturation de couleurs que l’on peut trouver dans d’autres séries US.

On suit une flic qui est sur le point de quitter la police locale pour se marier et déménager en Californie. Cependant, la découverte d’un pull ensanglanté dans un pré montre le début d’une nouvelle enquête : la disparition d’une jeune fille. La femme flic, secondée par celui qui doit la remplacer dans l’équipe, mène l’enquête et s’accroche à cette histoire. Qui a tué Rosie Larsen ?

La série mêle habilement plusieurs niveaux : l’aspect enquête tout d’abord, qui a le mérite d’être beaucoup plus développé que dans certaines autres séries policières dans lesquelles un meurtre est résolu en une quarantaine de minutes… Ici, pas de truc incroyable comme dans les experts, qui parviennent toujours à trouver l’aiguille dans la botte de foin (on se demande toujours comment, d’ailleurs, je me souviens d’un épisode des Experts Miami où ils parvenaient à trouver un truc minuscule sur un green de golf, du style un cheveu… Etonnemment, je ne suis pas Les Experts…). On a également l’aspect parental : les parents de Rosie ne savent pas comment gérer leur deuil, sa mère est larguée, le père perd pied également, les deux petits frères de Rosie sont un peu livrés à eux-mêmes… On a plusieurs scènes pleines d’émotion de ce côté-là.

Autre facette de la série : la politique. Seattle est en période électorale : le maire sortant se représente aux élections et un autre candidat, plus jeune, Darren Richmond, joué par Bill Campbell (vu dans les 4400). Le spectateur est plongé dans la campagne de ce candidat, apparemment infestée par une taupe. Le lien avec l’intrigue ? Le corps sans vie de Rosie est retrouvé dans un lac, enfermé dans le coffre d’une voiture appartenant au pool des voitures de campagne de Richmond… Le scandale arrive et la stratégie politique doit s’y adapter. Cet aspect de la série est superbement traité, c’est passionnant. Même si je n’aime pas beaucoup Gwen :p

Enfin, on a la vie privée de la femme flic, Sarah Linden. Elle doit quitter Seattle et son job pour se marier et démarrer une nouvelle vie en Californie. Le premier épisode de la série marquait son dernier jour, mais elle reste, à la demande de son supérieur… Puis elle s’accroche à l’affaire, pour une raison que le spectateur ignore. Apparemment, elle a déjà géré une affaire concernant une jeune fille, qui semble avoir tourné à l’obsession pour l’inspectrice… On n’en sait pas plus… Mais tout doucement, Sarah s’enfonce dans l’enquête et repousse son départ et celui de son fils de 15 ans…

On remonte dans la vie de Rosie, on gratte, on cherche ce qui a bien pu se passer. On sent qu’on est aiguillé dans un sens, dans l’autre, la cage, les vidéos, etc. Pour l’instant, cette série marque un sans faute ! J’ai eu un peu de mal à accrocher aux premières minutes du premier épisode, mais une fois qu’on est dedans, on n’en ressort plus ! Excellent scénario jusqu’ici !

Publicités

2 réflexions sur “The Killing

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s