Le Dahlia Noir

Ce roman est un des (si pas le) plus grand(s) succès de James Ellroy, et ma toute première lecture de cet auteur. Présent dans ma PAL depuis un moment, j’avais essayé de le lire il y a quelques mois mais, la tête trop prise ailleurs, je n’avais pas réussi à me plonger dedans. J’ai retenté la brique durant mes quelques jours off, et le bouquin a été dévoré en deux petits journées. Comme quoi, il faut le bon état d’esprit pour rentrer dans un livre.

Le Dahlia Noir est une jeune femme, originaire de Boston mais qui échoue sur la côte ouest, à Los Angeles. Elizabeth Short voulait faire du cinéma. Mais elle a été sauvagement assassinée et son corps a été abandonné sur un terrain vague. Les différents services de la police de Los Angeles se focalisent sur cette enquête.

Les cent premières pages de ce roman sont les plus difficiles à passer : elles posent le décor, avant la découverte du Dahlia et l’enquête sur sa mort. On rencontre Bucky Bleichert, flic boxeur ayant des racines allemandes. Celui-ci se retrouve rapidement à travailler avec Lee Blanchard, policier boxeur également. Les deux futurs amis vont même combattre l’un contre l’autre, pour la bonne cause… Le feu et la glace. Bucky n’a pas de vie sentimentale, Lee vit quant à lui avec Kay Lake, l’ex-compagne d’un braqueur de banque. Les trois personnages vont bientôt former un trio inséparable. Jusqu’à la découverte du corps mutilé d’une jeune fille de 22 ans, rapidement surnommée Le Dahlia Noir par un journaliste à cause des robes noires qu’elle aimait porter. Lee se plonge rapidement dans l’enquête, qu’il traite comme s’il s’agissait d’une affaire personnelle, et il perd pied.

Le lecteur accompagne Bucky Bleichert durant tout le roman. De son amitié avec Lee et Kay, de sa relation avec Madeleine, une jeune femme subjuguée par le Dalhia et qui s’habille comme elle, de sa fascination grandissante pour le meurtre du Dahlia Noir. Empêtré dans un fouillis, l’enquête stagne, les pistes n’aboutissent pas, les esprits s’échauffent dans l’Hollywood et le Los Angeles des fifties. L’atmosphère de cet âge d’or d’Hollywood est superbement rendue dans le roman…

En 2006, Brian De Palma décide d’adapter ce roman au cinéma, avec dans les rôles principaux Josh Harnett, Scarlett Johansson, Aaron Eckhart et Hilary Swank. Le film (fiche imdb) m’a semblé très complexe et assez difficile à suivre si le spectateur n’a pas lu le livre… Sinon, il rend très bien l’atmosphère des années 50 du roman.

Basé sur une histoire vraie, le meurtre d’Elizabeth Short, survenu à L.A. le 15 janvier 1947, n’a en réalité jamais été résolu…

J’ai adoré cette première rencontre avec James Ellroy, j’ai refermé ce roman avec la hâte de relire cet auteur. Le lecteur se trouve rapidement emporté dans le tourbillon de cette enquête horrible. A lire si vous aimez les bons polar et si vous voulez découvrir un auteur fascinant…

Publicités

4 réflexions sur “Le Dahlia Noir

  1. Estellecalim dit :

    J’adore les bons polars, mais je dois avouer qu’après deux essais infructueux, je n’ai toujours pas retenté l’expérience. après avoir lu ton billet, je m’y remettrai peut-être :)

    • Caro dit :

      Je te le conseille :) Le cap des cent pages est difficile à passer mais après, le rythme est tel que tu ne peux plus poser le bouquin… A la première tentative (infructueuse), je m’étais demandé ce que les gens pouvaient bien trouver à ce roman. Lors de mon deuxième essai, j’ai compris :) Bonne lecture !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s