The Carrie Diaries

Qui n’a pas envie d’un cocon de douceur, rose bonbon, girly, frais et délicieusement rétro pour ces mois plein de grisaille ? Ne cherchez plus, c’est The Carrie Diaries qu’il vous faut :)

The_Carrie_Diaries_Season_1_Promotional_PosterCarrie Bradshaw, ça vous dit quelque chose ? Sex and The City, Sarah Jessica Parker, tout ça ? Perso, je n’avais pas accroché outre mesure à Sex and The City (sitcom diffusée de 1998 à 2004 sur HBO et basée sur les livres de Candace Bushnell), que j’ai tout de même dévoré en période d’examen (le blocus est une période propice à la découverte de nouvelles séries pour tout étudiant qui se respecte, c’est bien connu :p). Mais il y avait quelque chose d’artificiel dans cette série qui ne m’a pas charmée… Je n’adhérais pas aux quatre personnages principaux ni à leur amitié, je trouvais leurs intrigues amoureuses assez peu crédibles et peu attachantes (Big ne m’a jamais fait rêver, je l’avoue), Sarah Jessica Parker ne m’a jamais particulièrement convaincue, etc.

Malgré tout cela, l’adolescence de Carrie Bradshaw, l’héroïne de la série, m’intéressait : j’avais lu de bons retours sur la première saison (issue comme la série mère du roman de Candace Bushnell), les images m’ont attirée, j’avais apprécié le jeune (et agréable à regarder) Austin Butler dans Switched at Birth, j’aimais bien la bouille d’AnnaSophia Robb, qui incarne à la perfection la jeune Carrie Bradshaw. Bref, en cette période de break dans les séries US, je me suis lancée dans les deux premières saisons (la seconde est toujours en cours) de The Carrie Diaries et j’ai beaucoup aimé !

the-carrie-diaries-preview-ftr1

On découvre la jeune Carrie, « Before there was sex, before there was the City », peu de temps après la perte de sa mère. Elle vit dans le Connecticut, avec son père et sa soeur cadette, Dorrit (à tendance un peu punk/gothique). Elle a son groupe d’amis fidèles : Maggie (Rosie « The Killing » Larsen, interprétée par Katie Findlay), Mouse et Walt. Elle est amoureuse de Sebastian Kydd, le nouveau mec de l’école, qu’elle connaissait déjà pour avoir fait de la natation avec lui. Son père lui propose de réaliser un stage à New York City, un jour par semaine, au sein d’un cabinet d’avocats réputé. Assez rapidement, le hasard aidant, la jeune Carrie se retrouve à effectuer son jour de stage chez Interview, un magazine de mode. Elle s’y sent comme un poisson dans l’eau et s’y découvre une passion pour l’écriture qui la conduira loin !

J’ai beaucoup apprécié ce petit vent de fraîcheur ainsi que le saut en arrière dans le temps : on se retrouve en effet dans les années 1980 : pas de portables, pas de CD ni d’iPod : des cassettes, des téléphones avec fil, des couleurs criardes, des fringues improbables, etc. Carrie Bradshaw, 16 ans, est attachante, tendre, parfois maladroite, mais entière. Et déjà assez prise de tête aussi :) Bref, à voir pour les amateurs de sucreries acidulées, de barbe-à-papa, de teen show (The CW style), etc. En tous cas, moi, je reste !

Publicités

4 réflexions sur “The Carrie Diaries

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s