Elizabeth is missing

elizabeth is missingJ’ai lu du bien de ce roman quelque part (je ne sais plus du tout où, désolée pour la source). Mais, spoiler alert, je n’ai pas vraiment accroché à Elizabeth is missing.

Il s’agit du premier roman d’Emma Healey, une auteure anglaise. L’histoire que l’on nous raconte est celle de Maud. Mais c’est un peu compliqué. Vous comprenez, Maud est âgée et est atteinte de la maladie d’Alzheimer. Elle s’inquiète de la disparition de son amie Elizabeth. Elle note ça sur des post-its, déclare la disparition à la police. Mais elle passe son temps à oublier. Tout le monde, sa fille, le fils de son amie, la police, lui dit que non, elle se trompe, Elizabeth va bien. Mais c’est une obsession chez elle, qui revient en permanence : où est Elizabeth ? L’esprit de Maud est un fouillis, elle mélange le présent (où ce qu’elle en sait) avec le passé et la disparition de sa soeur Sukey juste après la guerre.

Voilà, je vous ai tout dit, ou presque. Le roman part en avant, revient en arrière, au gré des souvenirs désordonnés de la vieille dame. C’est une lecture plutôt déconcertante, décousue. Je sais que l’auteur a fait cela pour justement coller avec cette horrible maladie mais en tant que lecteur, c’est très déroutant. J’ai trouvé cela plutôt désagréable à suivre et j’ai développé peu d’intérêt pour l’intrigue. Très honnêtement, pas de quoi fouetter un chat. Donc, à moins que le sujet vous touche particulièrement, passez votre chemin car l’histoire est loin d’être exceptionnelle.

Publicités

2 réflexions sur “Elizabeth is missing

  1. Babou dit :

    J’ai bien aimé ce livre, qui vaut plus pour la mise en perspective de la maladie d’Alzheimer, que pour l’intrigue, présentée faussement comme « policière » en 4e de couverture (bien qu’on découvre à la fin les réponses aux question de Maud)… J’ai probablement été touchée par cette femme, sa maladie, sa souffrance et celle de son entourage, parce que ma grand-mère a elle même été touchée par l’Alzheimer. J’y ai retrouvé certaines de ses réactions, sa peur insondable face à tout ces inconnus, ces situations qu’elle ne comprenait pas, ces souvenirs anciens qu’elle prenait pour sa réalité actuelle. A l’époque j’étais adolescente, égoïste et peu consciente de ce qu’elle pouvait ressentir. Ce livre m’a un peu réconciliée avec ça…

    • Caro dit :

      Tu as raison, la mise en perspective de cette maladie est très bien réalisée. Personnellement, j’ai lu ce livre pour l’intrigue soi-disant policière, censée rappeler « Avant d’aller dormir ». Je ne sais pas qui a écrit cette remarque mais très honnêtement, il ou elle était à côté de la plaque. Je trouve que ça fait passer les lecteurs réceptifs à côté du bouquin en se disant qu’il n’est pas pour eux et les autres qui cherchent un thriller basique sont également déçus. C’est dommage qu’ils aient choisi de le marketer comme « policier »… Je n’ai jamais été confrontée à cette maladie donc ça n’a pas résonné chez moi comme chez toi mais c’est clair que le désarroi de Maud est très bien décrit et on se sent impuissant… Si ce roman t’a permis d’avancer, c’est une bonne chose en tous cas… A bientôt !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s