Perfect People

perfect-peopleJe viens de terminer ce roman de Peter James, Perfect People (en français, Des enfants trop parfaits, sorti en juin chez Pocket). Je crois qu’il s’agit de ma seconde lecture de cet auteur seulement, j’ai lu un roman de lui très court l’an dernier je crois (Le crime parfait).

Dans Perfect People, on suit l’histoire de Naomi et John Klaesson, un couple vivant dans la banlieue de Los Angeles. Ils ont récemment perdu Halley, leur petit garçon de trois ans à la suite d’une maladie génétique dont ils portent tous les deux le gène. Ils ont réussi à se relever de ce deuil et envisagent d’avoir un autre enfant. Cependant, ils refusent de retraverser le même genre d’enfer et de faire subir à un être innocent toute la douleur qu’Halley a dû supporter. Ils choisissent donc de se rapprocher du Docteur Dettore, un généticien de génie reconnu (et assez décrié également) pour ses travaux en génétique. Pour une somme conséquente, ils « achètent » le choix d’éviter ce gène dans leur bébé à venir. Ils en profitent pour aussi indiquer qu’ils préfèrent un garçon. Puis, sur l’insistance du médecin, ils valident aussi quelques « améliorations » : facilité d’apprentissage, besoin de moins de sommeil, taille, etc. Cependant, ils s’estiment plutôt « sages » compte tenu de la liste impressionnante que leur propose le médecin, qui semble plutôt déçu de leurs décisions. Le traitement a lieu dans les eaux internationales, près des Caraïbes et de Cuba. Pendant un long mois, après leur arrivée en hélicoptère sur un bateau médicalisé, Naomi va subir un traitement hormonal de choc afin de garantir que l’embryon de leur futur petit garçon s’accroche le mieux possible. Après ce mois, ils retrouvent leur vie normale. Ou presque. Ils ne doivent pas en parler, car le monde n’est pas prêt à accueillir les « designer babies » du Docteur Dettore, seules la mère et la soeur de Naomi sont au courant. Au retour, leur gynécologue (qui ignore tout de la provenance du bébé) leur annonce qu’ils attendent une petite fille. Naomi et John sont sous le choc, car c’est contraire à une de leurs demandes principales à Dettore. Voulant prendre contact avec le médecin pour en parler, sans succès, Naomi et John apprennent avec stupeur que l’hélicoptère du médecin a été abattu en pleine mer, probablement par un groupe religieux autoproclamé « les Disciples du Troisième Millénaire ». En parallèle, la pression n’aidant pas, John, docteur en biologie, dérape légèrement (alcool aidant) lors d’une interview où il est censé parler de son service et de son travail. Le lendemain, la grossesse de Naomi fait la une du journal USA Today. Les journalistes campent devant leur maison. Mais ce n’est pas la plus grande menace. Ce qui leur fait vraiment peur, c’est l’exposition que cet article a donné à leur futur enfant. Surtout suite à plusieurs carnages de la main des « Disciples du Troisième Millénaire » frappant des familles ayant fait appel aux services du Docteur Dettore. Craignant pour leur sécurité et celle de leur enfant à venir, le couple décide de repartir en Angleterre, d’où est originaire Naomi. Parallèlement à tout cela, leur confiance dans le docteur Dettore s’effiloche dangereusement : ils se disent que si l’homme n’a pas été capable d’implanter un petit garçon au lieu d’une petite fille, qu’est ce qui leur prouve que le médecin n’a pas commis d’autres erreurs… Et s’il n’avait pas son propre agenda.

Ce roman m’a attirée pour le côté génétique qui me semblait prometteur. Sur certains aspects, j’ai trouvé cela vraiment intéressant et intriguant. Sur d’autres, j’ai trouvé que ça restait trop en surface, que finalement, l’auteur ne m’expliquait pas ce que je voulais savoir. Il soumet l’intrigue et laisse certains aspects sans suite, sans réponse. J’ai trouvé ça très frustrant, vraiment. L’impression qu’il m’a laissée entrevoir des choses, me poser plein de questions et puis il met un point final à l’histoire sans même y avoir accordé une seconde. Alors, je comprends le côté où il nous raconte l’histoire du point de vue de Naomi et John, mais ça ne justifie pas le manque d’information à mon goût. J’ai eu l’impression qu’il se cachait derrière ce point de vue justement pour ne pas se lancer dans des explications qui n’auraient peut-être pas eu de sens. Mais je n’aime pas que mes questions restent sans réponse. Vraiment pas. L’aspect fanatique religieux m’a également nettement moins interpellée, c’était vraiment un aspect « pauvre » du roman selon moi : l’histoire perdait tout son rythme sur ces passages. Quand aux passages où sont décrits les enfants issus de la clinique du Docteur Dettore, il y a un côté trop simplifié dans la manière de faire…

Bref, j’ai voulu arriver au bout par curiosité, ce roman se laisse lire sans problème mais l’intrigue m’a laissée sur ma faim. Donc, une petite déception. Et vous, vous l’avez lu ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s