Point lectures !

Dans un précédent post, je vous ai indiqué que mes dernières lectures avaient été plutôt « classiques », sans rien de phénoménal qui justifiait d’en parler des heures durant. Du coup, j’ai décidé de refaire un petit article « fourre-tout ».

All of the aboveAlors, dans le registre « young adult », on a eu : All of the above et Cruel summer, de James Dawson. Deux lectures plutôt sympas sans être inoubliables. Les deux se passent en Angleterre. All of the above raconte l’histoire d’une nouvelle arrivée dans un lycée près de Brighton, les liens qui se font et se défont, les amitiés hyper fusionnelles, etc. Et aussi un terrain de mini-golf. On découvre le quotidien de Victoria Grand (Toria), son amitié avec Polly, une fille décalée et super originale, son histoire d’amour avec Nico, musicien dans un groupe qui veut faire de la musique « pour de bon » et qui veut dès lors partir à Londres dès que possible. Et les soucis de santé d’une de leurs amies, qui rend la lecture tout de suite plus sérieuse. On suit avec bienveillance notre héroïne qui se cherche à tous les niveaux. Le bouquin est sympa, assez différent de ce qu’on trouve habituellement dans les romans YA. J’ai passé un assez bon moment sans que ça soit pour autant un coup de foudre.

­cruel summerCruel Summer, du même auteur, suit de son côté les retrouvailles d’un groupe d’amis anglais après leur première année en dehors du lycée (pour la plupart, car Alisha a redoublé). Katie, Ryan, Greg, Ben, etc. se retrouvent dans la maison du père de celle-ci, en Espagne, pour les vacances d’été. Ils ne se sont pas vus de l’année, et Ryan, le narrateur (et étudiant en arts dramatiques), appréhende beaucoup ces retrouvailles. En effet, Janey, une de leur amies, s’est suicidée l’année précédente en se jetant depuis la falaise, dans une mise en scène dramatique, après un bal de promo qui a mal tourné. Tout le monde semble ravi de se retrouver mais rapidement, le sujet de la mort de Janey revient sur le tapis et alourdit l’ambiance… Et quand une de leurs anciennes copines de classe s’invite avec eux en promettant de mettre la vérité à nu, tout s’emballe. 

Celui-ci s’est laissé lire rapidement, le côté « intrigue » y étant pour beaucoup : est-ce que Janey s’est vraiment suicidée, est-ce qu’elle a été poussée, pourquoi ? Etc. Il y a des cadavres, des retournements, ça a un petit côté Scream. Par contre, c’était prévisible, et cela m’a un peu gâché le plaisir de la lecture. Mais bon, ça reste divertissant, comme une série télé estivale. D’ailleurs, quelques-unes des répliques de Ryan sont vraiment des perles de références de séries ! Ma favorite ci-dessous :-)

In TV you can’t leave loose ends; everything has to be resolved or you end up with a mess like Lost.

basic eightThe Basic Eight, de Daniel Handler ne m’a pas marquée outre mesure. Pourtant, j’y suis allée sans le moindre apriori négatif : le concept de la bande indissociables de huit amis que le lecteur suit durant leur dernière année de lycée, mêlé au fait que l’auteur était Daniel Handler, celui qui m’avait fait adorer Why we broke up. Mais cette fois, cela n’a pas pris. J’ai failli l’abandonner à plusieurs reprises, mais j’ai résisté, je voulais tout de même savoir où on allait. Quelque part, j’ai envie de faire un parallèle entre ce roman et Luckiest Girl Alive (ce n’est malheureusement pas un compliment). Les deux étaient plutôt sombres et ont pas mal de points communs.Le roman nous fait passer du passé au présent. On apprend que les Basic Eight ont fameusement déconné, qu’il y a eu un mort dans l’histoire et Flannery Culp, la narratrice, est étiquetée « meurtière » par les médias. Le roman tourne cependant longuement autour du pot avant de la jouer cash et de donner des informations au lecteur. 

Je n’ai pas particulièrement aimé Flannery, que j’ai trouvée irritante et antipathique… Un peu comme dans Luckiest Girl Alive, donc. Le groupe d’amis avait une dynamique qui ne me plaisait pas non plus… J’ai trouvé le roman très froid, très sombre et frustrant… Ce n’est pas une question de happy end et de côté fleur bleue (j’aime beaucoup les thrillers, donc là n’est pas le souci). Je pense que je n’aime pas les romans/héros qui me semblent désincarnés, froids, calculateurs. Je trouve ça dérangeant et je n’accroche pas. Déception donc.

second chance summerPour contrecarrer cette déception, voici Second Chance Summer, de Morgan Matson. C’est ma troisième lecture de cette jeune femme (retrouvez les deux autres ici et ici :-)) et le moins que l’on puisse dire, c’est que, de mon point de vue, elle excelle à ce qu’elle fait ! Pour tout vous dire, j’ai son quatrième roman sous le coude mais je préfère le garder pour plus tard, pour ne pas dévorer tout d’un coup (c’est mon petit côté écureuil qui aime faire des réserves et savoir que quelques bons bouquins m’attendent, des valeurs sûres !).

Cette fois, elle nous entraîne dans la foulée de Taylor et de ses parents, son frère aîné Warren et sa soeur cadette Gelsey. La famille Edwards vient de découvrir que le père est atteint d’un cancer du pancréas (stade 4) et qu’il n’a plus que quelques semaines à vivre… Passé le choc initial, le papa demande à sa petite famille de passer l’été tous ensemble dans leur résidence secondaire des Pocono Mountains. Cela fait plusieurs années que la famille n’y a plus passé ses étés, chacun vaquant à ses propres occupations : camps, stages de danse, etc. Ce qui arrangeait plutôt bien notre héroïne qui y avait sa meilleure amie Lucy et son premier petit copain, Henry, mais qui a apparemment laissé les choses dans un désordre incroyable la dernière fois qu’elle y est repartie, quand elle était âgée de 12 ans. Etonnamment, elle appréhende beaucoup le retour aux sources mixé à tous les sentiments qui la traversent par rapport à la maladie de son père. Assez rapidement, le père, encore relativement en forme, en a assez d’avoir ses trois enfants qui rôdent autour de lui sans but précis, si ce n’est « être là si jamais papa a envie de parler ». Il dégage assez rapidement la cadette au stage de danse, le plus grand à ses occupations liées à l’université et enfin, il force la main à notre héroïne pour qu’elle se trouve un petit job d’été. Taylor va évidemment croiser assez rapidement et fréquemment les chemins de Lucy et d’Henry.

Malheureusement, c’est le genre d’histoire où dès le moment où on nous laisse entrevoir l’intrigue de base, on sait qu’on va lâcher des larmes. Ça n’a pas manqué : j’ai pleuré plusieurs fois et ce n’était pas joli joli. Simultanément, j’ai adoré cette lecture (je vous le disais plus haut, Morgan Matson est une de mes valeurs sûres à présent :-)) ! C’était à la fois léger et sérieux, triste et plein d’espoir, doux et amer, frais, sincère. La relation de Taylor avec son père est poignante, la manière dont elle se rapproche de sa mère et de ses frère et soeur également. La bataille interne qu’elle mène pour essayer de grandir et d’arrêter de prendre la fuite dès qu’un problème se pose est également très intéressante. L’été des secondes chances, nous indique le titre. Malgré son envie de reculer et de partir en courant, l’héroïne va devoir les saisir, parfois malgré elle. Vous l’aurez compris, celui-ci était génial :-)

Fool me onceAprès celui-ci, j’ai eu un micro passage à vide côté lecture. J’avais envie de quelque chose de simple, de basique, sans prise de tête, un bête thriller. Naturellement, mon regard s’est porté sur Harlan Coben. J’avais vu des affiches dans le métro sur son dernier livre,  Fool me once. Le titre m’avait intriguée, j’ai foncé. Le roman était conforme à ce que j’attendais : pas la meilleure intrigue du monde mais qui fait passer un bon moment, vite lu, vite oublié.

Maya est une ancien capitaine de l’armée de l’air américaine. Elle a servi en Afghanistan où elle pilotait des hélicoptères. Sur place, elle a commis une erreur importante en faisant plusieurs victimes civiles. À cause de fuites dans la presse, l’affaire a fait scandale, ce qui l’a obligée à quitter l’armée. Elle travaille à présent comme instructeur de vol privé. Mais la tragédie la poursuit : son mari Joe a été abattu sous ses yeux, dans un parc, tout récemment. Elle vit désormais seule avec sa petite fille Lily et ses cauchemars/son stress post-traumatique. Elle est plutôt bien entourée : ses anciens collègues de l’armée, sa belle-famille (même si ils ne sont pas sur la même longueur d’onde ou tout simplement du même milieu social), Isabella, la nounou liée à la famille de son mari avec qui elle n’a jamais eu d’atomes crochus, et la famille de sa soeur, assassinée peu avant son mari, pendant qu’elle était en fonction en Afghanistan. L’enquête sur le meurtre de son mari progresse bien grâce à son témoignage. Un jour, une de ses amies lui donne un cadre photo/nanny cam, afin de pouvoir surveiller la nounou. Après quelques jours de vidéos absolument normales, elle visionne un passage dans lequel elle voit sa fille jouer avec un homme qui a tout l’air d’être son défunt mari…

Ici, on a tout du basique Harlan Coben (même si c’est loin d’être son meilleur), on accroche à l’histoire mais ça ne marquera pas votre esprit plus que cela. Il a dit en interview que Maya était son héroïne préférée après son personnage fétiche Myron Bolitar. Personnellement, je l’ai trouvée peu crédible et pas vraiment attachante. Le roman est distrayant, on ne s’y ennuie pas. Parfois, ça ne tient que moyennement la route (il y a quelques incohérences, des trucs révélés dans la conclusion qui remettent en question certains faits/actions relatés quelques chapitres plus tôt), mais bon, on ne s’attarde pas suffisamment longtemps dessus pour que ça nous empêche de dormir.

29056083Je vais terminer par mon avis sur Harry Potter & The Cursed Child, le 8ème et apparemment dernier volet de la saga Harry Potter par J.K. Rowling. On l’a attendu pendant des années. Puis, on l’a tous lu en vraiment peu de temps. Il s’agit en effet du script d’une pièce de théâtre plutôt qu’un roman. La pièce est jouée en ce moment à Londres mais tout est complet. Ils vont bientôt rajouter des dates à priori, pour le site officiel, voir ici.

On retrouve Harry Potter près de 20 ans après la dernière fois que nous l’avons vu. Il travaille au Ministère de la Magie, a eu trois enfants avec Ginny, est toujours ami avec Hermione et Ron qui ont également eu plusieurs enfants. Le livre démarre quand Albus Severus Potter, le second fils d’Harry, va faire sa rentrée à Hogwarts. Les relations entre son père et lui sont plutôt tendues, son amitié naissante avec le fils de Draco Malfoy ne va rien y arranger. Pour ne rien faciliter, contrairement aux autres membres de sa famille, le chapeau magique va envoyer le jeune Albus dans la maison Slytherin (Serpentard)… Je ne vous en dis pas plus :-)

Mon ressenti sur ce bouquin est multiple : comme tous les fans du monde, j’ai ri, j’ai pleuré, je suis passée par plein d’émotions différentes au fil de ma lecture. A la fin du livre, on a une seule envie : que ça continue !  A côté de cela, le format était frustrant : on manque de descriptions, de contexte, d’informations, des pensées des uns et des autres. On assiste à un dialogue mais on en voudrait plus ! Et qui dit script de pièce de théâtre dit également beaucoup moins de texte que dans un roman ! Le livre se lit/dévore beaucoup trop rapidement. J’ai essayé de le faire durer mais ça n’a pas été une grande réussite… En tous cas, le talent de J.K. Rowling pour nous entraîner à sa suite dans cet univers est toujours bien présent, même si le troisième acte est un peu plus faible et que par moment, on sent vraiment que l’auteure a fait du fan service. Quoi qu’il en soit, c’est un réel bonheur de retrouver tout le monde !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s