Trois ans au Royaume-Uni : « petit » bilan

A l’heure où je publie ces lignes, je suis installée sur mon joli bureau Ikea dans notre appartement du quartier Sunnyside (ou Ingleside, ça dépend de comment on regarde le plan et aussi de quel plan on regarde, mais ceci est une autre histoire), à San Francisco. J’ai écrit la toute première ébauche de cet article fin août 2016, alors que nous étions encore noyés sous les devis des déménageurs, les assurances et les joies administratives diverses et variées. Notre dernier jour au Royaume-Uni s’approchait à grands pas, et nous n’avions pas encore de vraie certitude sur notre point d’arrivée (les joies des visas : nous attendions encore notre rendez-vous à l’ambassade des US) après les quelques semaines prévues en Europe. Ce nouveau départ avait un côté doux-amer car, même si on avait hâte de démarrer une nouvelle vie en Californie, on avait vraiment beaucoup aimé vivre à l’anglaise et être Londoniens pendant trois belles années ! Le mode nostalgie était déjà enclenché avant même notre départ :-)

J’ai aimé l’ordre, le sourire des gens, le respect de l’autre, le fait que je me suis rarement sentie en danger, quelle que soit l’heure, en rue ou dans les transports. Toutes ces nourritures différentes, ces cultures diverses. Baigner dans la langue anglaise et le joli accent britannique. Commencer à comprendre diverses variations de celui-ci (à notre arrivée, on ne comprenait juste rien à l’accent écossais – la première fois qu’on a regardé un épisode de Dr Who restera longtemps gravée dans ma mémoire). Me faire appeler « love » ou « darling » par le postier, la caissière, la pharmacienne sans que ça soit lourd ou oppressant. Trouver ça bizarre au début puis apprécier cette gentillesse gratuite. Adorer flâner dans les librairies, avec ces couvertures souvent super jolies (surtout vis à vis de la trop fréquente austérité, trop sérieuse et terne, des éditions francophones).

Je ne vais pas vous faire un compte rendu au niveau de l’administratif (qui n’est pas excessivement pénible), des soins médicaux (en résumé : tout est gratuit mais le suivi est moins efficace, les délais sont plus longs et ils vont faire moins d’examens car le NHS n’a pas assez de moyens pour cela), de la recherche d’emploi ou autre. Vous trouverez ça ailleurs et certainement beaucoup mieux fait que ce que je pourrais vous fournir. Et puis, avec le Brexit et l’activation de l’article 40 par Mrs. May, tout cela risque rapidement de se retrouver incorrect. Par contre un petit bilan touristique, ça :-) Je dis oui !

En arrivant ici en 2013, on n’avait pas d’idée précise. Pour tout dire, « refaire un week-end à Londres » (j’y étais allée une première fois l’été 1994 et une seconde fois en janvier 2007 #memories) était sur ma wishlist d’anniversaire depuis environ deux ans. Puis la question d’y emménager s’est posée, on a sauté sur l’opportunité et on est arrivés. Tout ça en moins de trois mois, juste dans la foulée de notre mariage (l’opportunité, la décision et le déménagement). J’aime tellement cette idée qu’un endroit qu’on voit comme un endroit méconnu, exotique puisse devenir « la maison ». On a remis ça ici à San Francisco d’ailleurs, c’est toujours aussi magique comme sensation :-) A l’époque, je résumais un peu la ville à ses poncifs : Big Ben, Tower Bridge, Hyde Park, Buckingham, etc.  Trois ans plus tard, ma vision de la capitale britannique a bien changé (en mieux). Et j’ai envie de vous faire un petit bilan de Londres et du Royaume-Uni (y compris les grands classiques, ce qu’on a eu l’occasion de visiter mais aussi ce qu’on a pas eu le temps de faire cette fois :-)) !

London Calling!

Tout le monde veut voir Big Ben et Westminster Abbey ! Avant tout, pour avoir le droit monter dans l’Elizabeth Tower et voir Big Ben, il faut être résident anglais et prendre contact avec son élu de quartier pour faire une demande et trouver une date disponible. Autant vous dire qu’on ne l’a jamais fait (même si l’idée nous a traversé l’esprit). Pour House of Parliament, du coup, on s’est toujours contentés de l’extérieur. Nous avions visité Westminster Abbey (visite payante). C’était intéressant mais à voir quelle église vous préférez visiter de celle-ci ou de Saint-Paul (payante également). Pour ce faire, le mieux est d’arriver directement à l’arrêt du tube « Westminster », situé sur la Jubilee Line (la grise) [les lignes du métro londonien ont des noms et des couleurs : pas de numéro ou de lettre désincarnée :-) chacun s’en souvient à sa manière :-)]. Une fois sortis du métro, jetez un oeil à House of Parliament et à l’Elizabeth Tower puis faites un saut jusqu’à Westminster Abbey (du même côté de la Tamise). Criblez de photos les cabines téléphoniques rouges et l’Elizabeth Tower, puis hop, on enjambe la Tamise via le Westminster Bridge et on profite de la vue :-)

Une fois de l’autre côté, cap sur la gauche ! Vous êtes à présent sur Southbank et vous allez suivre « The Queen’s Walk ». Vous allez passer près de The Eye of London (la jolie grande roue que vous aurez préalablement admirée de loin) et puis juste profiter de la balade (en été il y a pas mal d’activités et en hiver s’y trouve un joli marché de Noël). Vous passerez à côté du Tate Museum (un musée d’art moderne, entrée gratuite qui ne donne pas accès aux exhibitions spéciales). Que vous aimiez l’art moderne ou non, la vue depuis le café (où vous pouvez réserver un afternoon tea) sur la passerelle du Millenium Bridge et la cathédrale Saint-Paul est superbe ! Ensuite, en poursuivant votre chemin le long de la Tamise, vous passerez près de Borough Market (tristement célèbre cette semaine :() et vous arriverez ensuite au Tower Bridge.

Une fois traversé (et photographié dans tous les sens :-)), vous pouvez trouver sur votre droite les adorables St Katharine Docks, une petite marina super mignonne nichée dans le joli quartier de Wapping.

Parmi les grands classiques, il y a bien évidemment un petit tour du côté de Covent Garden (et en passant, admirer la jolie statue d’une jeune ballerine et la rangée de cabines téléphoniques sur Bow Street), s’émerveiller devant les jolies couleurs de Neil’s Yard. Faire un tour du côté de Piccadilly Circus (même si les écrans publicitaires seront éteints pour les prochains mois pour cause de rénovation), en profiter pour passer chez Whole Foods vous prendre un almond milk matcha latte et un donut, remonter Oxford Street et/ou Regent Street en bus ou à pied. Pester contre la foule si vous avez le malheur d’y être autour de la période de Noël pour admirer l’éclairage magique des fêtes de fin d’année. Jeter un oeil au grand magasin de jouets Hamleys sur Regent Street, passer chez Liberty of London admirer la façade et l’architecture du magasin (et leur rayon Noël en saison :-)), les fleurs et la papeterie (et halluciner devant les prix). Se balader sur Carnaby Street et profiter des jolies boutiques de cette rue adorable, notamment de We Built This City (qui vend notamment cette magnifique affiche pour laquelle j’avais eu un immense coup de foudre dès le premier regard. Malheureusement, la boutique était fermée pour rénovation peu avant notre départ, quand j’y étais repassée pour enfin me l’acheter – au final je l’ai reçue à Noël et elle va bientôt orner les murs de notre salon :-)). Se balader aussi du côté de Knightsbridge autour de novembre-décembre, pour admirer la façade d’Harrods et leur fabuleux rayon décoration de Noël (leur rayon peluches est aussi à tomber !).

Covent Garden

Neal’s Yard, Piccadilly et les rues commerçantes parées de leurs décorations de fin d’année

Carnaby Street et Kingly Court

Une autre chose à faire absolument est de monter en haut d’un des buildings de la City : vous pouvez monter en haut du Shard (mais l’entrée est payante) ou opter pour prendre un verre dans un des bars à vue de la ville (voir l’article d’Elodie sur le sujet ici). Une autre option est de monter en haut du Sky Garden (en haut du Walkie Talkie). L’entrée est gratuite mais il faut réserver quelque temps à l’avance via leur site internet. La vue est superbe ! On peut aussi profiter de la vue depuis le Tate Modern, en prenant un afternoon tea dans le restaurant du musée.

Vue depuis le Shard (photo prise par @sercanto :-))

Vue depuis Sky Garden (en haut du Walkie Talkie)

Vue depuis le café du Tate Modern

Côté coins verts : on a adoré se balader dans Hyde Park toutes saisons confondues, regarder les cygnes et les oies avec méfiance (pour ma part), lire simplement dans un pré au soleil (oui oui, du soleil à Londres :-)) ou regarder les enfants jouer au ballon au bord d’un étang en refaisant le monde avec un de mes meilleurs amis :-). On a pu observer le fait que les Anglais prennent des bains de soleil torse nu quelle que soit la température (ou presque) une fois que le calendrier indique que le printemps a techniquement démarré. On a profité plus d’une fois de la superbe vue depuis Primrose Hill. On a admiré la ville depuis Greenwich (et observé la lune depuis le planétarium) puis regardé des enfants dévaler la colline en se roulant sur le côté. On n’a pas assez profité de Hampstead Heath (même si la dernière année à Londres, on vivait dans ce coin-là de la capitale), on a passé une après-midi superbe dans Kew Gardens (et on a même pris notre courage à deux mains pour monter sur la promenade en hauteur – on n’a pas fait les fiers bien longtemps cela dit :-)), on a fait des balades au travers de St-James Park ou de Regent’s Park et on a admiré l’échiquier géant, les jardins japonais, italien ainsi que les paons de Holland Park. On a aussi adoré visiter le Chelsea Physics Garden (en prenant un excellent brunch au Ivy Chelsea Garden).

Greenwich

Hyde Park

Hampton Court Palace

Holland Park

Chelsea Physics Garden

Kew Gardens

Hampstead Heath

Pour l’aspect culturel, on a fait quelques musées mais nos préférences nettes se sont portées sur le Science Museum et le Natural History Museum. Les deux sont hyper sympas et ludiques ! Le British Museum était tellement bondé quand on l’a visité que ça a rendu la visite vraiment pénible et entrevoir la Pierre de Rosette a été très très compliqué. On a adoré voir des comédies musicales : on n’en a vues que deux (Wicked et Jersey Boys) mais certaines sont encore sur ma wishlist (Matilda, Books of Mormons, etc.). Dans un autre registre, vous pouvez aussi pister les oeuvres de Banksy (ici ou ).

Natural History Museum

Science Museum

Au niveau des quartiers, on a A-DO-RÉ Islington et le coin autour d’Angel (N1), où on a vécu deux ans (cf. mon article sur Upper Street ici). Flâner dans les rues ou longer Regent’s Canal jusqu’à Camden est une balade super sympa. Si vous êtes motivés, vous pouvez même pousser jusqu’à Little Venice. Hampstead était également très joli (notamment Flask Walk, une petite rue terriblement instragrammable avec des maisons trop mignonnes:-)). Brick Lane, Shoreditch, Spitafields market me viennent à l’esprit également. Notting Hill était joli aussi mais j’ai toujours réussi à rater les coins les plus craquants qu’Elodie des Petites joies de la vie londonienne photographie toujours si bien. Il faudra donc y retourner :p Cette année on a aussi enfin réussi à assister au Carnaval de Notting Hill, mémorable ! Camden est très joli également, même si je m’y sens moins dans mon habitat naturel :-). On avait aussi fait le Columbia Road Flower Market un matin mais c’était tellement bondé qu’on en avait pas assez profité. C’est dingue à quel point il y a de diversité dans les quartiers londoniens ! En plus, sans vraiment le faire exprès, on a très très peu exploré le sud de la Tamise. J’ai l’impression qu’on a encore mille choses à découvrir dans la capitale anglaise :-)

Regent’s Canal & Little Venice

Notting Hill

Camden

Islington

Flask Walk, dans le quartier d’Hampstead

Street Art, un peu partout mais principalement du côté de Shoreditch et Brick Lane

On a aussi profité de ces trois années pour faire quelques petits détours hors de Londres (pas assez) : le dernier en date était la visite des les studios Harry Potter (juste en dehors de la ville) (je vais essayer de vous en faire un article bientôt), mais aussi Brighton, Cambridge, son joli campus et la balade autour de la rivière Cam (et son pont des soupirs), Oxford, Stonehenge, Bath, Birmingham (même si on a surtout papoté avec Charlotte et que j’ai oublié de prendre des photos :D (tout arrive)) et l’Ecosse (avec un coup de foudre particulier pour la sublime Isle of Skye). J’ai un petit pincement au coeur à l’idée de ne pas avoir visité tout ce qui était sur la to-do-list : le Lake District, Bournemouth, Richmond on Thames, Liverpool (house of the Beatles), la jolie région de Cornouailles (Cornwall) (notamment The Lost Gardens of Heligan et la côte qui a l’air absolument magnifique), les îles de Guernsey (ça, c’est clairement la faute de ce livre :-)), Jersey, puis l’Isle of Wight aussi, mais je me dis qu’on se rattrapera quand on y retournera en touristes !

Les studios Harry Potter et Leadenhall Market, dans la City (utilisé pour illustrer Diagon Alley dans le premier volet d’Harry Potter)

Brighton

Cambridge

Oxford

Stonehenge

Bath

_Birmingham__canal__uk

Birmingham

Isle of Skye, en Ecosse

Edimbourg, Ecosse

Vivre à l’anglaise pendant trois ans, avec la proximité géographique du le continent et nos pays respectifs (vive l’Eurostar et Easyjet), c’était juste une expérience géniale ! Cela nous a fait encore plus apprécier la culture anglo-saxonne et nous a fait découvrir une richesse énorme tant au niveau humain que culturel. En résumé, on a adoré et on retournera toujours avec énormément de plaisir (et fort probablement de nostalgie :-)) en Angleterre et à Londres !

Côté nourriture : les pizzas de Franco Manca et celles de Pilgrim’s pizza, sur Dean street sont juste super bonnes ! Les brunchs au Breakfast Club sont aussi une tuerie :-) Et les burgers chez Byron. Pour le reste, on se laissait tenter au fil de nos balades ou des conseils des uns et des autres (et on s’aidait des avis sur Yelp ou sur d’autres sites du style :-)).

NB : je suis sûre et certaine d’avoir oublié des choses, je reviendrai probablement éditer cet article  :-)

NBB : Toutes les photos de cet article ont été prises par mes soins via un iPhone 5S, un Canon Ixus 130 (même si elles sont rares), un Canon EOS 450D ou encore, pour les plus récentes, un Canon EOS 70D <3. Certaines de celles prises avec l’iPhone sont également passées par les filtres d’Instagram. Et vous ne me croirez peut-être pas mais j’ai essayé de limiter le nombre de photos de cet article :-)

NBBB : Pour les rues de Londres les plus colorées et les plus photogéniques, foncez lire l’article d’Elodie !!! Et n’hésitez pas à lire son blog d’un bout à l’autre :)

 

 

Publicités

Une réflexion sur “Trois ans au Royaume-Uni : « petit » bilan

  1. Et suspendre le temps dit :

    Waouh! Ca a du te prendre un temps de fou pour rediger cet article (oui, j’ai bien lu que tu l’as commence l’ete dernier haha). Chapeau pour le travail!

    C’est vrai qu’il reste plein d’endroits a encore voir, mais vous avez une belle liste de « checked boxes » tout de meme.
    Je suis etonnee que vous ne soyiez jamais alles a Richmond par contre! Nous on y est deja alle 3 fois, et j’aime beaucoup :)

    J’adore l’affiche avec la baleine <3 mais elle a l'air assez petite non?

    Et tu m'as donne envie d'aller au Chelsea Physic Garden et de bruncher au Ivy Garden :DDD

    Et toutes tes photos sont sublimes! Ca me donne envie de me promener plus souvent avec mon reflex lors de nos balades le week-end :)

    Bonne journee

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s