Retour sur le MWC 2012 à Barcelone

Cette année, nous avons eu la chance d’avoir des pass pour le salon mondial du mobile : le Mobile World Congress (MWC pour les intimes) avec notamment Legz et Bobinette.

MWC2012

L’édition 2012 du MWC, comme l’an dernier et comme l’an prochain, se tenait à Barcelone. Le salon a totalement investi Montjuic. Je crois qu’on a dû sacrément gonfler les touristes en gâchant leurs photos, d’ailleurs !

Alors, plutôt que de vous faire un retour ultra sérieux sur les nouveautés qui ont été présentées alors que vous l’aurez lu plusieurs fois ailleurs et bien mieux que ce que je pourrais vous proposer ici, je vais surtout revenir en photos sur les points sympas ce salon exceptionnel.

Autant préciser de suite qu’on a fait le plein de goodies : je suis d’ailleurs depuis peu propriétaire d’une tablette Blackberry Playbook reçue lors du MWC. On a aussi ramené d’autres choses : pin’s, stylos, etc. Mais passons, d’abord quelques mots pour présenter les choses puis on attaque.

D’abord, l’incontournable : le stand Android ! Son bar à smoothies, son super toboggan, ses goodies (on peut se battre pour des pin’s ou des figurines, oui madame !), ses jeux à pinces pour attraper des peluches Android (j’ai perdu, de peu :'(). La danse des bonshommes Android près du stand Intel était également un moment mémorable. Le stand Windows Phone était assez imposant, avec des défis de vitesse entre des Windows Phone et les téléphones des visiteurs volontaires : si le vôtre était plus rapide, vous gagniez 100€. Et parfois, quand le Windows Phone gagnait, ils vous en offraient un neuf… :p Samsung avait également fait les choses en grand pour sa nouvelle Galaxy Note, Blackberry mettait en avant sa Playbook dans une Porsche (je dois dire que je n’ai pas bien saisi l’intérêt si ce n’est de faire genre « les utilisateurs de BB sont tellement cool qu’ils roulent en Porsche », mais bon. On a vu, appris et retenu plein de choses. Et on a rencontré Batman et sa chérie qui ont dansé avec les bonshommes Android. Si si. Bon, après le « poids » des mots, le choc des photos !

Stand Android avec leur super toboggan !

Stand BlackBerry à l'AppPlanet avec présentation des tablettes Playbook, etc.

Ice Cream Sandwich, le vrai #Android

Oeuvres réalisées avec la nouvelle Samsung Galaxy Note

Le cheval réalisé en téléphones (neufs) de la marque Huawei et bien gardé.

Danse des bonshommes Android au stand Intel.

Ma rencontre avec Firefox :)

Côté tourisme, on n’a pas fait énormément de choses en une petite journée mais voici le programme : on a visité le Pueblo Espanyol (entrée gratuite grâce à notre badge :)), on est passés voir la Sagrada Familia (de dehors) et on a également regardé la Casa Ballto de Gaudi (de l’extérieur toujours). A creuser la prochaine fois (même si on avait déjà visité la Sagrada Familia, mais on voudrait monter en haut :p). Les prix des visites à Barcelone restent prohibitifs (ou alors c’est gratuit, comme pour le parc Guell qu’on a malheureusement pas eu le temps de visiter mais qu’on avait découvert en 2009), mais il paraît que la Casa Ballto en vaut vraiment la peine… Puis on a bien sûr traîné un peu dans le Barri Gotic.

Barri Gòtic, Montjuic, Poble espanyol, vue sur la ville, Sagrada Familia, Casa Batlló, Rambla del Mar

On remet ça l’an prochain avec un peu plus d’organisation et pour l’occasion, je me procurerai Promenade dans la Barcelone de L’ombre du vent de Sabine Burger au Livre de Poche, dont j’espérais l’existence lors de mon dernier post et que Rowanoakstation m’a fait découvrir depuis via Hellocoton !

Bonne journée à tous !

Publicités

Putain, 10 ans…

Dix ans déjà depuis le 11 septembre 2001 et la chute des tours jumelles de Manhattan. Peut-être l’un des uniques moments ancrés à ce point dans la mémoire collective de notre génération, les quelques heures durant lesquelles presque tout le monde se souvient d’où il était, de ce qu’il faisait. Psychose. Rarement des images m’auront autant marquée, émue… J’avais 18 ans, j’allais commencer ma deuxième année d’université, je profitais des derniers jours de vacances en squattant chez ma soeur, dans la capitale (à l’époque, Bruxelles, ce n’était pas encore « chez moi », comme ça l’est devenu quelques années plus tard). Ma soeur travaillait dans le World Trade Center, à Bruxelles. Quelle idée d’appeler des tas de bâtiments de la même manière… Durant des mois, cela m’a stressée pour elle, même si c’était totalement irrationnel.

Au moment clé, on se baladait dans City 2, le centre commercial pile à côté de la rue Neuve. Et puis, d’un coup, l’atmosphère est devenue « différente ». Les télévisions de démonstration des magasins diffusaient toutes les mêmes images, atroces, d’un « accident » d’avion qui avait percuté une des Twin Towers à New York. Je me souviens qu’on est rentrées rapidement chez elle, qu’elle a rangé des trucs dans sa cuisine alors que j’étais hypnotisée par l’écran… Incapable d’en détacher mon regard, et de plus en plus paralysée par les images, les informations qui affluaient, les gens qui sautaient… J’ai rarement vu une horreur pareille, ressenti une telle compassion mêlée d’une impuissance terrible. L’amplitude de ces quatre attaques, les moyens employés, tout était simplement horrifiant… C’est bête mais je me souviens de l’épisode de Friends, juste après ces attentats, dédicacé aux habitants de New York. Je me souviens aussi que le générique de la série culte a rapidement changé et que les tours jumelles ont disparu de celui-ci… Comme pour repartir sur de nouvelles bases.

Alors, 10 ans après… Qu’est-ce qui a changé ? A présent, j’ai l’impression que les gens sont plus sur leurs gardes : les attentats nous remplissent toujours d’horreur, mais, c’est triste à dire, on vit avec cette peur. On prend le métro, on circule dans les grands centres commerciaux, on arpente les artères des villes, même en sachant que finalement, on n’est en sécurité nulle part. Le 11/09/01 nous a peut-être rendus plus lucides face à la menace du terrorisme… Plus lucides, mais pas plus puissants face à cet ennemi « invisible ».

Certains vont critiquer le fait qu’on en parle chaque année pendant des jours, mais de mon point de vue, ces images sont toujours aussi choquantes, même après les avoir vues, revues, rerevues… Je n’ose même pas imaginer à quoi aurait ressemblé cette catastrophe si les réseaux sociaux avaient eu en 2001 la même importance qu’aujourd’hui. Vous imaginez ? Twitter, Facebook, etc., au service des victimes et des héros du 11 septembre? Si la mort de Michael Jackson a fait planter Twitter, qu’est-ce que ce drame aurait provoqué… Le temps réel aurait rendu la détresse encore plus palpable et aurait encore plus marqué la conscience collective, si c’est possible. Ou aurait permis une meilleure gestion des émotions, un soutien de masse…

Depuis cette date, on a vu se multiplier encore et encore les T-shirts et autre objets arborant fièrement le logo « I <3 NY »… En soutien à la ville, aux gens, et plus seulement pour faire juste joli. Et moi, j’ai plus que jamais envie de visiter la ville qui ne dort jamais, le melting pot new-yorkais, et de voir la force de cette cité qui a relevé la tête encore plus haut après cette tragédie.

Putain, 10 ans déjà…

Petite allergie aux Pommes

Moi, je n’aime pas beaucoup Apple. Et oui, je sais, j’ai un iPhone et un iPod. Je sais.

Et pourtant, les produits de la marque sont bons, fiables, utiles, esthétiquement réussis. Tout ça. Alors, pourquoi tant de haine, me direz-vous?

D’abord, petit retour en arrière. Il y a des années, j’avais voulu acheter un ordinateur Apple, le premier iMac. Mon père a refusé, arguant que les produits Apple étaient marginaux et que j’aurais des problèmes de compatibilité avec un peu tout : les jeux, les documents, etc. A la place, j’ai eu mon premier portable, un joli PC Compaq. Bref, chez Apple à l’époque, ils n’avaient pas la classe.

Puis, il y a eu le premier iBook, plutôt joli aussi, même si le design était totalement dans la même veine. Mais pareil, ça faisait « ordinateur acidulé », ça répondait à mes critères d’ado de l’époque. Comme j’avais mon Compaq, encore une fois, je n’ai pas approché l’iBook de près.

Billy

A l’époque, c’était la grande guerre contre le méchant Microsoft, le monopole, le capitaliste Bill Gates, tout ça. Windaube et cie. Le grand méchant Billy qui se faisait plein d’argent et qui ne partageait pas. Qui sortait un nouveau Windows tous les deux ans pour se faire de la tune. Et des OS pas finalisés, plein de bugs, tout ça. Avec Millenium en tête d’affiche. Méchant Billy ! Il était même fiché chez les flics, le petit Bill… Quel mauvais garçon !

A côté de lui, le gentil Steve Jobs faisait figure d’enfant de choeur : il était tellement gentil qu’il fournissait même des plans de ses machines dans la boîte, à ses débuts. Histoire que l’acheteur puisse la modifier s’il voulait. Trop gentil le petit Stevie. Si si. C’est le même qui aujourd’hui ne met plus de vis sur ses produits. Le même qui aujourd’hui bride ses machines pour totalement moduler la manière dont l’utilisateur final s’en sert. Le même qui fait de la censure sur l’AppStore quand une application ne correspond pas à ses critères. Sacré Stevie quand même. Quel changement ! Enfin, Apple n’est pas une association sans but lucratif. Encore bien.

Stevie

Ce que je ne comprends pas, c’est cette armée de FanBoys, ces passionnés amoureux de Stevie. Ces gens qui suivent religieusement chaque conférence ou parole du Dieu de la Pomme. Ces personnes qui veulent un produit Apple sans même l’avoir vu, sans même en avoir identifié clairement l’utilité mais plutôt dans l’optique « Apple l’a fait alors il me le faut, je ne peux plus respirer tant que je ne possède pas ce merveilleux objet indispensable ». Genre l’iPad. Parce que là où Stevie a vraiment réussi son boulot, c’est en rendant ses produits précieux et esthétiquement irréprochables, épurés. Et en parvenant à faire penser à ses fans qu’ils sont avant-gardistes, qu’ils ont compris quelque chose que le commun des mortels (comprenons par là « l’homme qui ne possède pas de produit Apple ») n’a pas réussi à comprendre. En gros, le consommateur à la pomme est du côté de ceux qui savent. Et dès qu’on égratigne Stevie, son armée montre les dents. Genre une remarque sur la communication d’Apple par rapport aux problèmes de réception de l’iPhone 4 ou à sa gestion de la crise de l’iPhone perdu/volé, et c’est le drame.

Et c’est ça qui m’énerve. Stevie est bien pire à mes yeux que Billy ne l’a jamais été. Et Stevie est encensé alors que le pauvre Billy en a pris plein la tête en son temps (il l’avait bien cherché). Alors ok, Stevie gère sa com’ comme un Dieu (enfin, jusqu’à il y a quelque mois, parce que depuis l’iPhone 4 perdu, il a plutôt lui aussi perdu les pédales de ce côté), fait le cool avec ses jeans et ses pubs Mac vs. PC, mais l’esprit critique du public dans tout ça ? Apple arrive en 2010 avec le multitâche sur l’iPhone et est accueilli comme le Messie. Il permet un fond d’écran d’accueil personnalisable en 2010, tout le monde crie au miracle. C’est Noël et Pâques en même temps sur la planète Apple. Alors que bon, Android et d’autres l’avait fait avant… Apple réinvente la roue mais comme il la fignole et la fait en aluminium brossé, tout le monde est béat devant tant d’ingéniosité… Parce que bon, encore une fois, ça bouscule tout. Ou pas.

Voilà pourquoi je vous écris à partir d’un Asus U30JC tournant sous Windows 7. Voilà pourquoi j’ai renoncé à la solidité du MacBook, au clavier rétroéclairé du MacBook Pro (et disons-le, c’est vachement sympa). Et au système bien pensé d’alimentation d’Apple. Voilà aussi pourquoi je regrette de ne pas avoir attendu un HTC sous Android plus performant que ce qu’il y avait sous le marché quand j’ai opté pour mon iPhone.

J’exagère un peu (beaucoup), j’avoue. Mais bon, de l’autre côté, ils exagèrent pas mal non plus.

(Promis, au prochain post, je reparle bouquins.)

Airbus – La loi des séries?

Deux accidents dramatiques d’Airbus en tout juste un mois. Après le vol AF 447 d’Air France (pour info, la liaison France Brésil porte désormais le nom AF 445), avec un Airbus A330, qui s’abîmait dans l’Atlantique le 1er juin 2009, voici un autre drame aérien qui frappe l’avionneur européen. C’est un A310 de la compagnie Yemenia Airways qui cette fois s’est crashé en la mer ce 30 juin, quelques minutes avant de pouvoir se poser dans l’archipel des Comores.

Pour le premier crash, on a beaucoup parlé des sondes de mesure de vitesse (les fameuses sondes Pitot que tout le monde connaît), des conditions atmosphériques, les nombreux problèmes techniques dont aurait souffert l’aéronef dans les minutes précédent le crash, etc. Les experts ont élaboré diverses théories mais aucune n’a été avancée comme ce qui s’était vraiment passé. De fait, les boîtes noires de l’appareil n’ont pas été retrouvées… Echouées au fond de l’océan, elles ont un délai théorique d’émission de signaux de trente jours, et on arrive au bout… Peut-être (sûrement) ne saura-t-on jamais avec certitude ce qui a pu causer la chute de l’avion et la mort de tous les passagers…

Pour le second crash, celui de ce matin, on a déjà plus d’informations, dans le sens où l’accident a eu lieu à proximité des côtes et a été vu par des témoins. Grâce à cela, les secours ont pu intervenir relativement vite (l’archipel étant malheureusement mal équipé pour réagir de manière appropriée à ce genre d’incident). Apparemment, seule une adolescente de quatorze ans a pu être sauvée jusqu’ici. Dans cet accident, les problèmes mis en avant sont diversifiés, tels que de mauvaises conditions atmosphériques, un avion en piteux état (dont apparemment la France ne voulait plus : source), et une compagnie aérienne sur laquelle on volait en « comptant sur Dieu ».

Source : www.bundesregierung.deN’empêche, ce que le public va retenir de toute l’histoire, c’est que deux Airbus se sont crashés en l’espace d’un mois, alors que le transport aérien est réputé comme étant le plus sûr… Je ne sais pas pour eux, mais si j’étais chez Airbus, je pense que j’investirais dans une bonne campagne de communication… Ces deux accidents dans le courant du même mois vont certainement ternir l’image de l’avionneur et le mettre sous pression. Rien qu’un détail, mais lors des derniers congés que j’ai pris, je sais que certains passagers avaient pris la peine d’appeler l’agence de voyage afin d’avoir la confirmation que l’on volerait avec un Boeing…

Diantre, qu’il semble loin le temps où Airbus sortait son majestueux A380 des cartons avec éclat…

Trending Topics – Un peu morbide tout ça…

Bon, vous êtes tous au courant de la disparition, ce jeudi 25 juin 2009, de Michael Jackson, ainsi que de comment il est mort, de où, de quand, du fait qu’on recherche son médecin, qu’on l’a trouvé, tout ça. Vous savez certainement aussi que la drôle de dame Farrah Fawcett est décédée également. Et que tout récemment, un illustre inconnu (pour moi) est décédé aussi, Billy Mays. Apparemment, lui, c’était un vendeur qui faisait des publicités à la télé pour divers trucs, genre des produits de nettoyage, par exemple.

Alors, je ne suis pas ici pour vous parler de ces gens, mais plutôt parce que je suis fascinée : depuis jeudi, dans les trending topics de Twitter (donc les sujets dont on parle le plus sur le site de micro-blogging), les élections d’Iran ont été détrônées, d’abord par Farrah Fawcett (mais de manière encore discrète, les élections représentant encore un pourcentage important des tweets), puis par la mort de Michael Jackson, qui par sa soudaineté, par les incertitudes l’enveloppant, a submergé Twitter au point de faire planter le site… Et encore aujourd’hui, je voyais tout à l’heure que MJ, Farrah Fawcett étaient toujours présents mais avec RIP Billy Mays (il faut dire qu’à l’heure où j’écris cet article, le match USA-Brésil de la Federation Cup vient de se terminer, du coup, il en est beaucoup fait mention sur Twitter).

N’empêche, le côté « rubrique nécrologique » de Twitter me perturbe un peu… C’est excessif, la mort de Michael Jackson est certes un événement important, mais il ne faut pas non plus exagérer… Surtout que le King of Pop n’était plus que l’ombre de lui-même depuis des années, et allait seulement se remettre en selle (et sur scène) dans le courant du mois prochain… Mais j’ai lu des choses effarantes, comme cet article qui disait que suite à la mort de la pop star, les réseaux de télécommunications américains avaient rencontré un pic de sms historique, plus élevé que pour le 11 septembre 2001. Bon, à l’époque le téléphone portable était peut-être un peu moins répandu mais quand même… Le phénomène est fascinant. Surtout compte tenu du fait que, comme dit plus haut, Michael Jackson n’était plus ce qu’il avait été… La mort lui aura rendu l’aura qu’il avait perdue suite aux divers scandales qu’il avait traversés.

Suite à ces évènements, la réactivité de Twitter n’est plus à remettre en cause. La plate-forme de micro-blogging a déjà prouvé avec les élections en Iran qu’elle était un média avec lequel il fallait dorénavant compter. Et avec la mort de Michael Jackson, le pouvoir de Twitter et du ReTweet (RT) a été colossal. C’est peut-être un peu morbide de mon point de vue, mais c’est plutôt du côté des utilisateurs qu’il faut creuser, pour ça…

J’aime pas quand les avions tombent

Surtout quand je dois prendre l’avion dans la semaine qui suit. Genre aujourd’hui.

Mais ça fait bizarre. Surtout, dans ce crash, ça ressemblait trop à « Lost », et pas mal de gens ont trouvé ça intelligent de plaisanter à ce sujet (dont moi). Et puis après, en fait, c’était pas si drôle. Et puis le fait qu’on ne sache pas le pourquoi du comment, qu’on ne retrouve pas l’avion (après avoir pensé qu’on l’avait retrouvé, et fait espérer les familles d’avoir une réponse)…

Enfin bon… Voilà.