Brandon Flowers à Londres <3

Je ne vous apprendrai rien en vous disant que je redeviens une ado de seize ans quand on parle de Brandon Flowers. Le chanteur des Killers possède une voix absolument magique (rien que ça, n’ayons pas peur des mots). J’ai découvert le groupe en 2005 ou 2006 et depuis, je suis restée accrochée à leurs mélodies, tous leurs nouveaux albums, et à cette voix.

brandon flowers brixton academy may 22

Brandon Flowers, May 22nd 2015, London (Photo iPhone 5S)

Cette année, en mars, l’info a filtré que Mr. Flowers allait nous sortir un nouvel album couplé d’une tournée européenne. J’ai réussi à manquer les billets pour la première date londonienne (le 21 mai, les places sont parties super rapidement et je n’avais pas d’ordinateur à portée de main) mais heureusement pour moi, une seconde date a été rajoutée pour le lendemain, vendredi (encore plus pratique :-)). Après s’en sont suivies des semaines d’impatience, animées par la sortie de quatre singles de cet album super prometteur (Can’t deny my love (même si je n’ai juste absolument rien compris au clip), Still want you, Lonely town et I can change). Dans un élan d’humilité, B Flow a été jusqu’à dire que selon lui, toutes les chansons de The Desired Effect était des singles potentiels. Il n’avait pas vraiment tort.

Bref, The Desired Effect est sorti le 18 mai, le concert était le 22 mai. J’ai donc eu quatre journées pour m’entraîner à apprendre les six chansons inédites par coeur, histoire d’être prête pour ce fameux concert. Spoiler alert : le jour J, j’étais prête. 22 mai, 19h, O2 Academy Brixton. La file est super longue. Mais on est loin d’être les derniers. Les portes finissent par s’ouvrir, on arrive dans la salle (très jolie, soit dit en passant). On se rapproche de la scène (chaque millimètre compte). 20h, les fourmis dans les jambes commencent à se faire sentir quand le groupe assurant la première partie du concert arrive sur scène. On ne comprend pas bien leur nom mais on accroche bien à leurs chansons (même si leur chanteur avait une manière étrange de jouer avec ses mains et ses cheveux :)). Une recherche Google le lendemain m’apprendra qu’il s’agissait de Joywave, un groupe new yorkais. Leur chanson Somebody new est tout simplement géniale, soit dit en passant.

Brixton academy O2 brandon21h, la salle s’échauffe de plus en plus, les cris d’encouragement se font entendre. Et puis, l’homme de la soirée arrive. Je vous ai dit que sa voix était magique. Je n’ai pas le même sentiment par rapport à ses goûts vestimentaires (ou ses convictions religieuses, mais c’est un autre débat dans lequel je ne rentrerai pas ici) : sa veste dorée léopard ne m’a définitivement pas convaincue. Mais tout le reste oui : rien que ce sourire d’enfant étonné et émerveillé de voir cette foule (à laquelle il doit tout de même être habitué) qui est là juste pour lui. Puis, il a commencé à chanter et là c’était parti.

Le concert était un mix de nouvelles chansons (Untangled Love, Can’t deny my love, Still want you, Lonely town, I can change, Between me and you – en duo avec la chanteuse des Pretenders), des chansons de Flamingo (Magdalena, Crossfire, Hard Enough (cf. vidéo ci-dessus), Only the young) et même deux chansons des Killers (Jenny was a friend of mine, version acoustique magnifique, et Mr Brightside). Absolument magique. Je suis sortie de là la voix cassée mais le sourire jusqu’aux oreilles. Un article de MTV à propos de ce concert se clôturait par la phrase « Brandon Flowers IS Mr. Brightside ». Et oui, mille fois oui.

Vous avez déjà écouté cet album ? Si ce n’est pas encore le cas, voici le clip de Lonely Town pour vous donner un avant-goût :-).

Publicités

Wicked : The Musical

Je dois commencer par vous avouer que l’histoire du Magicien d’Oz est assez floue dans mon esprit (d’ailleurs pour bien faire il faudrait que j’y remédie, genre en regardant enfin le film Oz qui est sur ma liste de trucs à voir depuis… trop longtemps :)).

Après avoir découvert le monde des comédies musicales grâce à des amis qui nous ont emmenés voir Jersey Boys, on en redemandait ! Du coup, pour fêter une occasion particulière, mon cher et tendre nous a offert de très bonnes places pour découvrir Wicked au théâtre Apollo Victoria (8 représentations par semaine). Je spoile mais on a adoré :) C’était vif, entraînant, drôle et surtout, magique.

wicked.770x4001

Wicked, c’est d’abord une comédie musicale multi-récompensée, jouée à New York depuis 2003 et à Londres depuis 2006. C’est surtout l’histoire des sorcières d’Oz. On découvre la jeune Elphaba, nouvelle élève sorcière à la Shiz University. La demoiselle est verte et plutôt pas appréciée par ses pairs (être verte, ce n’est pas évident tous les jours). Elle accompagne sa soeur Nessarose, qui ne peut se déplacer qu’en fauteuil roulant. Une fois arrivée dans l’institution, Elphaba rencontre Glinda, blonde, populaire et un peu écervelée. Contre toute attente, les deux jeunes filles vont devenir d’excellentes amies. Malheureusement, leurs chemins vont se séparer lorsqu’elles auront chacune des choix à faire tout en respectant leurs valeurs…

Wicked West End London

Glinda (Savannah Stevenson) et Elphaba (Willemijn Verkaik)

Basé sur le livre de Gregory Maguire, sorti en 1995, Wicked : The Life and Times of the Wicked Witch of the West, la comédie musicale permet de découvrir l’envers du décor du Magicien d’Oz (en VO The Wonderful Wizard of Oz écrit par L. Frank Baum et publié en 1900. Le livre a été adapté au cinéma en 1939 avec Judy Garland dans le rôle de Dorothy). Malgré cela, l’histoire en elle-même est très indépendante du conte de Dorothy, du robot, du lion et de l’épouvantail. Seul quelques petits clins d’oeil y font allusion, comme la « yellow brick road« , par exemple.

Très honnêtement, waouw ! Quel spectacle, quel talent, tout ça ! Contrairement à Jersey Boys, où je connaissais presque toutes les chansons (et presque par coeur), Wicked nous a fait découvrir un univers totalement inconnu, des personnages hauts en couleur (sans jeu de mots :)), etc. (on connaissait juste Defying gravity grâce à Glee). C’était magique ! A voir absolument si vous passez à Londres (ou à NYC).

wicked_uk_ireland_tour_photo_by_matt_crockett_5225_web_0N.B. : Nous avons vu la représentation de l’Apollo Theatre, situé à côté de Victoria dans le West End de Londres (17 Wilton Rd, London SW1V 1LG). Elphaba était interprétée par la Néerlandaise Willemijn Verkaik et Glinda par l’Anglaise Savannah Stevenson.

News_15nov

L’amitié profonde entre Glinda The Good & Elphaba The Wicked Witch of the West (A savoir : Nessarose, la soeur d’Elphaba, est quant à elle The Wicked Witch of the East)

 

Jersey Boys : The Musical

Il était temps, me direz vous ! Nous avons enfin vu notre première comédie musicale à Londres, Jersey Boys. Et le moins que je puisse dire, c’est que ça m’a totalement bluffée, épatée, passionnée :-) Rien que ça !

Jersey-Boys

Jersey Boys raconte l’histoire du groupe américain The Four Seasons (parfois appelé aussi Frankie Valli and The Four Seasons). Il faut que je vous avoue que j’aime beaucoup les sonorités des chansons populaires américaines et anglaises des années 50-60 (question d’éducation je pense, mais j’ai par contre une hantise de la plupart des « tubes » français des années yé-yé, comme quoi l’éducation ne fait pas tout, heureusement :p). Bref, j’ai toujours eu un faible pour Can’t take my eyes off of you et cie, du coup les retrouver dans cette comédie musicale dont je ne connaissais rien avant d’y être, c’était simplement magique. Féérique, même.

93098582_10_wide-93615e995db6cbeb1437a11f69a96d1ee2c5122d-s6-c30

Des connaisseurs en comédies musicales m’ont mentionné le fait que d’autres shows étaient plus riches au point de vue décors, histoire, acting, etc. Mais Jersey Boys a vraiment été un coup de coeur pour moi ! J’ai passé tout le spectacle à sautiller sur mon siège, complètement hors du temps. L’ambiance était géniale, c’était magnifique (avec une mention particulière pour la découverte de la superbe et triste chanson My eyes adored you) ! Bref, foncez la voir si vous en avez l’occasion :) Le bond dans New Jersey des années 60 est parfaitement réussi et Frankie Valli, le personnage central, incarné par Michael Watson, est terriblement attachant ! Fan !

Une adaptation, réalisée par le grand Clint Eastwood (rien que ça, encore) sort au cinéma fin juin 2014, plus d’infos ici ! Edit du 19 juin 2014 : L’avis de delromainzika, l’expert en séries, est juste !

Bon, à présent qu’on a goûté aux comédies musicales, je n’ai qu’une hâte : voir Matilda, Wicked, et plein d’autres !

Pour les billets pour Jersey Boys, c’est par ici que ça se passe :-)

 

London Calling

Hop, ça y est, nous sommes officiellement Londoniens (enfin, façon de parler : on nous repère instantanément dès qu’on ouvre la bouche :D). Ce qui explique mon absence par ici (pour ceux qui ne suivent pas la page Facebook du blog (#pasbien), j’avais posté des updates là-bas :p).

Nous avons quitté Lyon, fait un petit détour via Dardilly puis Liège (avec un crochet du côté de Namur pour un joli mariage) avant de sauter dans l’Eurostar, chargés comme des boeufs. Mais ça y est, on est installés ! On a encore pas mal de formalités administratives à régler mais après une virée Ikéa hier, on a l’essentiel : 2 verres, 2 assiettes, 2 tasses et des couverts. Par contre, pour les casseroles, on repassera… #fail. Je pense que je suis bien partie pour une deuxième virée Ikéa aujourd’hui… En général j’aime bien mais seule et sans voiture, ça fait lourd. Mais une petite plante dans le chariot devrait contrebalancer ce point négatif :p

Un aperçu #instagram de nos premiers moments londoniens :)

Un aperçu #instagram de nos premiers moments londoniens :)

En dehors de cela, je n’ai pas lu énormément (rien de surprenant vu le planning chargé des dernières semaines). J’ai juste lu un roman pour ados, The List, de Siobhan Vivian, Rien de transcendant du tout. Disons que ça distrait et ça vide l’esprit. On est dans un lycée américain dans lequel chaque année sort une liste reprenant la plus jolie et la plus moche des filles de chaque année. On suit le quotidien de ces filles durant la semaine où sort cette liste, jusqu’au soir de la soirée homecoming où sera élue la reine du bal. On passe en revue les différentes facettes de l’adolescence : amour, amitié, importance du regard des autres, estime de soi, troubles alimentaires, relations entre soeurs, etc. J’ai envie de résumer ce livre par « Vite lu, encore plus vite oublié ». Il m’a détendue dans le train, je ne lui en demandais pas plus.

Je vous mentionne également en passant la découverte musicale du moment (faite grâce à ma grande soeur :) une fois n’est pas coutume) : Fun. Groupe d’indie rock (comme c’est bizarre :p) new-yorkais, ils ont sorti leur second album studio, Some Nights, en 2012 et je suis définitivement fan de Some Nights, We are young (notamment de la phrase « my friends are [..] getting higher than the Empire State », qui me fait sourire). Et le reste de l’album est globalement très sympa. Bref, si vous y avez échappé (je ne sais comment), tendez l’oreille dès à présent ! Je leur trouve un côté Queen mixé avec (attention la référence) le style de la comédie musicale créée par le héros du film Forgetting Sarah Marshall (j’avoue qu’en réécoutant, je ne sais plus pourquoi j’ai fait le lien mais je vous en fais profiter quand même :p). Vous en pensez quoi ?

Phoenix

Comme beaucoup de monde, je m’étais arrêtée au premier succès du groupe Phoenix : If I Ever Feel Better. Sortie en 2001, cette chanson m’a beaucoup marquée. Cela dit, je n’ai jamais approché un album du groupe malgré le fait que cette chanson soit toujours présente aujourd’hui sur mon iPod (violet, c’est important de le dire :)). Il y a quelque temps, je suis retombée sur les recommandations musicales d’un ami de bon goût qui se reconnaîtra (:p) et j’ai lancé l’écoute de l’album Wolfgang Amadeus Phoenix (de Phoenix, si vous suivez toujours).

Et là, bam. Coup de foudre. L’album tourne en boucle sur mon mp3, je n’écoute que ça au boulot. Avec une préférence pour les morceaux Rome (ci-dessous, je suis fan fan fan), Girlfriend et Armistice. Cet album, le quatrième du groupe français de rock alternatif, est vraiment vraiment très chouette. Je ne sais pas si j’aurais la volonté de tenter les albums précédents mais celui-ci, je ne peux que vous le recommander.

Je vous mets directement la chanson Rome ci-dessous. A écouter sans modération !

Pete Doherty

Tout récemment, j’ai découvert la musique de l’Anglais Peter (ou Pete) Doherty. Comme beaucoup de monde je pense, j’avais pas mal d’idées préconçues sur cet artiste. Sa légère tendance à saccager des chambres d’hôtel, à s’injecter un peu toutes les saloperies de la terre et sa propension à être à la une des tabloïds et autres journaux à scandales (avec notamment son histoire avec le mannequin anglais Kate Moss). Puis, j’ai lu quelque part que son album solo était vraiment génial. Alors, je me suis remise en question.

J’avais toujours pensé que Pete Doherty faisait de la musique dans le style AC/DC ou autre métal bruyant, mais j’y suis allée quand même. Et en fait, pas du tout du tout ! J’ai été extrêmement surprise par la voix de l’artiste, tout d’abord. C’est tout à fait le type de timbre que j’adore ! Son accent anglais est vraiment charmant et sa manière de chanter également. Elle me rappelle un autre chanteur que j’adore mais pas moyen de remettre le doigt dessus. Peut-être Jarvis Cocker, la voix de Pulp.

Les chansons de Grace/Wastelands sont pleines de charme, très agréables à écouter. J’ai une préférence pour A little death around the eye (juste au dessus), dont j’adore le rythme, mais l’album est assez uniforme du point de vue qualité des chansons. J’aime beaucoup ! Pour tout dire, en attendant son prochain album solo (prévu en théorie pour 2012), je pense même peut-être m’essayer à la musique de The Libertines ainsi que des Babyshambles, les groupes dont Peter Doherty a fait partie avant son album solo et a connu ses premiers succès. Je vous en reparlerai peut-être par ici, qui sait :) Vous avez un album à conseiller en particulier ?

Concert de Death Cab For Cutie <3

Tout d’abord, je dois vous avouer que je ne suis pas allée à tant de concerts que ça : il y a eu Coldplay, en 2001 je crois, juste après leur tout premier album, puis Alanis Morissette en 2005, que j’adorais littéralement à l’époque, le festival Rock Werchter en 2006 (les 4 jours avec au menu : Franz Ferdinand, An Pierlé, Red Hot Chili Pepper, Muse, tout ça – et, choc, je viens de m’apercevoir que Death Cab For Cutie y était également, mais je ne connaissais pas le groupe à l’époque et n’ai donc pas assisté à leur concert :s), une journée à Rock Werchter en 2008 (pour les Killers principalement :)) et puis… je me demande si ce n’est pas tout. A vérifier. Bref, tout ça pour dire que j’adore les concerts mais qu’en général, il faut que je sois vraiment très motivée (et que je parvienne à motiver mes troupes). J’étais tentée par le concert de Aaron à Lyon l’an dernier mais au final, pas plus que ça, je n’y suis donc pas allée. Par contre, comme je vous l’avais dit, quand j’avais vu via la page Facebook officielle de Death Cab For Cutie que le groupe de Seattle faisait une tournée en Europe qui passait à Feyzin, à côté de Lyon, j’avais littéralement perdu les pédales. Bref, petit retour sur cette soirée d’exception (je vous spoile là, mais c’est pas très grave :)).

Ben Gibbard sur la scène de l’Epicerie Moderne à Feyzin ce 29 mai pour le concert de Death Cab For Cutie

La salle de l’Epicerie Moderne a été chauffée par un groupe français (je crois) dont j’ai oublié le nom mais assez sympa (la sono était réglée un peu trop fort cela dit mais bon). Peu à peu, les gens ont afflué pour remplir L’épicerie moderne. On entendait un peu toutes les langues : anglais, espagnol, etc. Des plaques suisses sur le parking, aussi. Et puis, Death Cab For Cutie a mis les pieds sur scène. Je suis tombée (retombée :)) sous le charme de la voix du chanteur, son talent de musicien, sa mèche, mais également des autres membres du groupe, surtout le bassiste qui fait en plus les voix, de la batterie et plein d’autres choses ! On craignait un peu que ce groupe, dont le répertoire est assez « doux », soit un peu mou sur scène… Que du contraire ! J’ai littéralement adoré ces presque deux heures (je crois) passées en leur compagnie :) ils étaient drôles, accessibles, super sympas. Et ont fait un concert très équilibré entre doux et remuant, entre leurs anciens albums (et les chansons que tout le monde connaissait par coeur : Soul meets body, I will follow you into the dark, We looked like giants, etc.) et le nouvel album (un peu moins connu). Personnellement, Code and Keys ne m’avait pas encore charmée, c’est chose faite à présent avec le live.

Merci Death Cab pour cette superbe soirée ! :) Et à très vite j’espère !