Nouvelles en vrac !

Comme en ce moment, j’ai pas mal de temps libre, je m’occupe à plein de choses super passionnantes : je rattrape mon retard en séries pour combler le vide que la fin de saison a laissé (bientôt : Six Feet Under et Happy Endings, notamment, puis Pretty Little Liars recommence ce soir), j’essaie de lire les livres sur ma pile à lire (voir photo d’il y a un petit mois ici) en essayant de lire plus de livres que ce que j’y ajoute (pour l’instant, c’est un échec :p La pile monte, monte, monte…), je regarde des films que je n’avais pas forcément le temps de voir avant (Iron Man 1 et 2, You Again (<3), Nick and Norah’s infinite playlist (<3), My sassy girl, etc.), tout ça…

Alors, comme vous avez pu le constater, le blog a désormais une page Facebook (si si) et ça serait super sympa et grandiose si vous pouviez la rejoindre :) Elle est ici ! Grâce à elle vous pourrez suivre l’activité du blog mais également d’autres petites choses :) Comme l’actualité de mon Tumblr quand elle y trouvera sa place.

Sinon, suite au blog post de Laura, j’ai commandé une housse pour mon pc portable sur la boutique Etsy de Bertie’s Closet. J’ai hâte de la recevoir ! J’ai craqué sur le même tissu, à savoir celui avec les pommes vertes. Je le trouve empli d’un petit charme vieillot, j’adore !

En termes de livres, je suis plongée (pour les dernières pages) dans Parfum de glace, de Yoko Ogawa. Très très sympa, avec l’atmosphère particulière propre à l’auteur. J’ai vu que le Chuchoteur de Donato Carrisi était sorti en poche, aussi. Ce thriller m’avait bien tentée déjà lors de sa sortie en grand format. Je vous parlerai de tout cela très bientôt par ici.

Et musicalement, je suis plongée dans pas mal de choses mais principalement dans les 6 albums de Glee (en bonne fan de la série :p) ! Ma préférée du moment, Go your own way, par Rachel Berry (reprise de Fleetwood Mac).

Facebook m’a tuer

Avec un titre pareil, ce livre de Thomas Zuber et Alexandre des Isnards ne pouvait que susciter mon intérêt. Les deux auteurs ont également réalisé l’ouvrage L’open space m’a tuer (que je n’ai pas encore lu mais qui m’intrigue). Selon apparemment le même principe, Facebook m’a tuer nous montre par quelques saynettes bien choisies comment Facebook et autres réseaux sociaux ont pris le pas sur notre vie IRL (in real life, pour ceux qui n’ont pas suivi).

L’ouvrage se découpe en chapitres, qui mettent en lumière autant de scènes de notre vie quotidienne, rentrées dans les moeurs mais qui auraient été inconcevables il y a quelques années, voire carrément politiquement incorrectes : honnêtement, qui a envie de savoir qu’une ancienne connaissance (rencontrée sur les bancs de l’école et plus jamais revue depuis) est enceinte, a passé sa dernière échographie (et poste la photo sur FB) et annonce en temps réel l’ouverture de son col de l’utérus ? Il y a quelques années, ce genre d’évènements était de la sphère privée. A l’heure actuelle, cette sphère privée s’est soit sacrément élargie soit est un concept obsolète pour la fameuse génération Y.

Nos habitudes ont changé, nous sommes devenus des adeptes du temps réel, des professionnels du « on se voit bientôt », des utilisateurs de la communication instantanée mais beaucoup moins friands des vraies rencontres. Nous parlons à des dizaines d' »amis » sur Facebook, nous souhaitons quantité d’anniversaires à des personnes dont on se fiche, tout ça parce que c’est la norme. Et finalement, IRL*, nous ne parvenons pas à faire le quart de ce que l’on voudrait. Mais nous faisons des checkins Foursquare (avec les dérives que ça peut impliquer), nous mettons notre statut sur Facebook à jour (qu’on fasse un truc intéressant ou non), nous tweetons, etc. Ce bouquin est flippant de vérité. Flippant, parce que ce sont des faits que l’on connaît, que l’on vit, que l’on traverse au quotidien, et qui montrent l’impact des réseaux sociaux et d’internet sur notre vie d’hyperconnectés.

Le sentiment que j’ai actuellement est que les utilisateurs de réseaux sociaux s’en méfient de plus en plus, modifient les paramètres de confidentialité, protègent leur compte au maximum. Quand on accepte une demande d’ami, on réfléchit à deux fois, en sachant ce qu’on va partager avec cette personne… Ce que j’ai également constaté dans mon entourage, c’est que des gens quittent Facebook, las de ce voyeurisme (bidirectionnel : ils en ont marre qu’on regarde leur profil mais également marre de voir ce que les autres partagent/disent/etc).

Facebook m’a tuer ne m’a pas appris énormément (sauf sur les sites Meetic ou Adopteunmec que je ne connais pas du tout, avec des chapitres très acides et drôles) mais a eu le mérite de réunir en un seul endroit un plaidoyer pour une meilleure utilisation des réseaux sociaux et une méfiance de ce « partage merveilleux et omniprésent »… Je m’y suis reconnue quelquefois, et je n’en étais pas très fière… Cette succession de scènes de notre réalité quotidienne pousse à la réflexion… J’ai trouvé la lecture de ce bouquin intéressante, amusante et j’ai apprécié le cynisme qui transpire entre les lignes sur notre manière de vivre virtuellement…

*IRL : In Real Life.

A découvrir ici : http://facebookmatuer.com/.

Le Twalendrier 2011 est arrivé !

Avec plein de chouettes twitto’s dedans !

Le Twalendrier, comme vous le savez certainement, chers lecteurs, est un projet bénévole des utilisateurs francophones du réseau social de microblogging le plus célèbre, Twitter. Cette année, comme l’an dernier, le projet a réuni la bonne volonté  de nombreuses personnes : utilisateurs de Twitter, photographes, graphistes, imprimeurs, sponsors, etc. Une organisation de feu, orchestrée de main de maître entre ces personnes qui ne se connaissent bien souvent que par leur pseudo Twitter, pour mettre en place des séances photos dans les quatre coins de la France, la mise en page, l’impression, pour aboutir aujourd’hui à ce magnifique Twalendrier ! Superbe initiative !

Cette année, l’association à  laquelle iront les dons récoltés grâce à la vente de ces calendriers pas comme les autres est l’association Petits Princes. Moi je dis, foncez !! Au prix de 5 euros (ou plus si affinités), vous pouvez trouver ce bijou consacré cette année au cinéma ici.

Et on peut dire qu’on s’est mouillés, pour le Twalendrier, à Lyon :) On a eu droit à de belles rencontres et à quelques beaux fous rires lors des séances photos !

Personnellement, j’ai déjà commandé le mien. Et vous?

Petite allergie aux Pommes

Moi, je n’aime pas beaucoup Apple. Et oui, je sais, j’ai un iPhone et un iPod. Je sais.

Et pourtant, les produits de la marque sont bons, fiables, utiles, esthétiquement réussis. Tout ça. Alors, pourquoi tant de haine, me direz-vous?

D’abord, petit retour en arrière. Il y a des années, j’avais voulu acheter un ordinateur Apple, le premier iMac. Mon père a refusé, arguant que les produits Apple étaient marginaux et que j’aurais des problèmes de compatibilité avec un peu tout : les jeux, les documents, etc. A la place, j’ai eu mon premier portable, un joli PC Compaq. Bref, chez Apple à l’époque, ils n’avaient pas la classe.

Puis, il y a eu le premier iBook, plutôt joli aussi, même si le design était totalement dans la même veine. Mais pareil, ça faisait « ordinateur acidulé », ça répondait à mes critères d’ado de l’époque. Comme j’avais mon Compaq, encore une fois, je n’ai pas approché l’iBook de près.

Billy

A l’époque, c’était la grande guerre contre le méchant Microsoft, le monopole, le capitaliste Bill Gates, tout ça. Windaube et cie. Le grand méchant Billy qui se faisait plein d’argent et qui ne partageait pas. Qui sortait un nouveau Windows tous les deux ans pour se faire de la tune. Et des OS pas finalisés, plein de bugs, tout ça. Avec Millenium en tête d’affiche. Méchant Billy ! Il était même fiché chez les flics, le petit Bill… Quel mauvais garçon !

A côté de lui, le gentil Steve Jobs faisait figure d’enfant de choeur : il était tellement gentil qu’il fournissait même des plans de ses machines dans la boîte, à ses débuts. Histoire que l’acheteur puisse la modifier s’il voulait. Trop gentil le petit Stevie. Si si. C’est le même qui aujourd’hui ne met plus de vis sur ses produits. Le même qui aujourd’hui bride ses machines pour totalement moduler la manière dont l’utilisateur final s’en sert. Le même qui fait de la censure sur l’AppStore quand une application ne correspond pas à ses critères. Sacré Stevie quand même. Quel changement ! Enfin, Apple n’est pas une association sans but lucratif. Encore bien.

Stevie

Ce que je ne comprends pas, c’est cette armée de FanBoys, ces passionnés amoureux de Stevie. Ces gens qui suivent religieusement chaque conférence ou parole du Dieu de la Pomme. Ces personnes qui veulent un produit Apple sans même l’avoir vu, sans même en avoir identifié clairement l’utilité mais plutôt dans l’optique « Apple l’a fait alors il me le faut, je ne peux plus respirer tant que je ne possède pas ce merveilleux objet indispensable ». Genre l’iPad. Parce que là où Stevie a vraiment réussi son boulot, c’est en rendant ses produits précieux et esthétiquement irréprochables, épurés. Et en parvenant à faire penser à ses fans qu’ils sont avant-gardistes, qu’ils ont compris quelque chose que le commun des mortels (comprenons par là « l’homme qui ne possède pas de produit Apple ») n’a pas réussi à comprendre. En gros, le consommateur à la pomme est du côté de ceux qui savent. Et dès qu’on égratigne Stevie, son armée montre les dents. Genre une remarque sur la communication d’Apple par rapport aux problèmes de réception de l’iPhone 4 ou à sa gestion de la crise de l’iPhone perdu/volé, et c’est le drame.

Et c’est ça qui m’énerve. Stevie est bien pire à mes yeux que Billy ne l’a jamais été. Et Stevie est encensé alors que le pauvre Billy en a pris plein la tête en son temps (il l’avait bien cherché). Alors ok, Stevie gère sa com’ comme un Dieu (enfin, jusqu’à il y a quelque mois, parce que depuis l’iPhone 4 perdu, il a plutôt lui aussi perdu les pédales de ce côté), fait le cool avec ses jeans et ses pubs Mac vs. PC, mais l’esprit critique du public dans tout ça ? Apple arrive en 2010 avec le multitâche sur l’iPhone et est accueilli comme le Messie. Il permet un fond d’écran d’accueil personnalisable en 2010, tout le monde crie au miracle. C’est Noël et Pâques en même temps sur la planète Apple. Alors que bon, Android et d’autres l’avait fait avant… Apple réinvente la roue mais comme il la fignole et la fait en aluminium brossé, tout le monde est béat devant tant d’ingéniosité… Parce que bon, encore une fois, ça bouscule tout. Ou pas.

Voilà pourquoi je vous écris à partir d’un Asus U30JC tournant sous Windows 7. Voilà pourquoi j’ai renoncé à la solidité du MacBook, au clavier rétroéclairé du MacBook Pro (et disons-le, c’est vachement sympa). Et au système bien pensé d’alimentation d’Apple. Voilà aussi pourquoi je regrette de ne pas avoir attendu un HTC sous Android plus performant que ce qu’il y avait sous le marché quand j’ai opté pour mon iPhone.

J’exagère un peu (beaucoup), j’avoue. Mais bon, de l’autre côté, ils exagèrent pas mal non plus.

(Promis, au prochain post, je reparle bouquins.)

Un peu de changement (mais pas trop)

Voilà voilà, ce qui devait arriver, arriva n’arrive pas encore vraiment, mais ça commence tout doucement quand même.

Oui : rappelez-vous, je vous parlais d’une révolution à venir par ici : un blog propulsé par WordPress mais hébergé ailleurs que sur la plateforme wordpress.com, un nouveau nom de blog et de domaine à la fois, tout ça. Et ça coince… au niveau du choix du thème… Je ne trouve pas mon bonheur et tant que je ne suis pas satisfaite, je traîne des pieds pour mettre tout en place. Et là, j’ai décidé de procéder à un premier changement (qui sait, ça me boostera peut-être?) : rebaptiser le blog. J’en ai profité pour rediriger le nom de domaine acheté pour sur mon blog wordpress.com, en attendant la suite. Autant qu’il serve : l’avoir acheté sans rien en faire, c’était quand même triste.

Je ne peux pas réellement vous souhaiter la Bienvenue ici, vu que ce n’est pas un déménagement à proprement parler, mais bon; c’est un début. Je prépare mes boîtes en attendant de trouver la maison de mes rêves (surtout le thème, l’hébergeur, ça, j’ai déjà).

Sinon, en ces temps hivernaux de fête, n’oubliez surtout pas de visiter le blog du Père Noël, qui est très généreux cette année ! ;)