La rentrée des séries 2010

Yop yop, me voici pour mon petit tour de la rentrée des séries 2010.

Petit récapitulatif rapide de ce que je suis ou des nouveautés que j’ai tentées cette saison, dans l’ordre alphabétique : 90210, Cougar TownDesperate Housewives, Dexter, Glee, Gossip Girl, Hellcats, How I met your mother, No Ordinary Family, The Big Bang Theory. Je vais me contenter d’écrire quelques lignes sur les premiers épisodes que j’ai pu voir.

GO !

90210 : Rien de vraiment nouveau sous le soleil de Californie pour cette troisième saison, si ce n’est que les personnages deviennent les Seniors de l’école. Naomi avait accusé son prof de harcèlement sexuel l’année dernière, histoire de faire l’intéressante vis-à-vis de Liam. Juste qu’après ça, le prof la viole vraiment. Et du coup, elle se tait, pensant que personne ne va la croire si elle en parle et que surtout, ce prof va changer d’école à la rentrée. Pas de bol, il est toujours là. Adrianna a fait une tournée avec Javier durant l’été, mais ils ne s’entendent pas si bien… Annie et Liam vont peut-être sortir ensemble cette année, aussi. Vraiment, même avis que d’habitude. Très honnêtement, parfois je me demande pourquoi je la regarde, cette série… C’est distrayant mais ça reste du grand n’importe quoi niveau scénario.

Cougar Town : Ici non plus, rien de nouveau sous le soleil de Floride. Jules et son super voisin sont ensemble, Jennifer « Rachel » Aniston joue le rôle d’une psy tarée plutôt marrante dans le premier épisode, et l’humour reste identique à la saison précédente. J’aurais voulu un peu de nouveauté, je pense. Mais bon, on verra la suite de cette seconde saison. Ne la  jugeons trop hâtivement.

Desperate Housewives: As usual, ici également. Les producteurs et scénaristes connaissent les formules qui marchent pour cette série. Cette année, c’est Paul, le mari de Mary-Alice qui vient de sortir de prison, qui revient s’établir à Wisteria Lane. Et il n’est pas content du tout de l’absence de soutien de ses anciens voisins. Une amie très chère (et très riche) de Lynette s’installe également sur l’avenue. Et Susan va se mettre aux vidéos coquines pour arrondir ses fins de mois : la réalisation de bijoux, rien à dire, c’est un secteur bouché. Quand à Bree, Orson s’en est allé avec sa kiné. On retrouve également Brian Austin Green alias David Silver de Beverly Hills qui bosse pour redécorer la maison de la rouquine de Wisteria Lane. Et il y a toujours cette histoire d’échange de bébés à l’hôpital, plusieurs années auparavant… Dur. Même ton, mêmes habitudes que chaque année. C’est pour cela qu’on regarde, en même temps. Sans surprise donc.

Dexter : Après le final « coup de poing dans la figure » de la saison dernière (que je ne raconterai pas pour ne pas vous gâcher cette excellente série), c’était peut-être la série que j’attendais le plus pour cette rentrée. Pas de déception, My bad était un premier épisode vraiment bien qui ouvre joliment cette 5ème saison.  Les scénaristes sont vraiment bons.

Glee : Alors, Glee, c’est mon chouchou de cette année. Super fraîche, avec un petit côté Grease. J’adore les personnages (même si Rachel mérite souvent une ou deux baffes), le mix de toutes ces personnalités différentes dans cette chorale : entre les outsiders, les quaterbacks, les cheerleaders, la sauce prend. Avec une mention toute particulière pour Sue, la coach des cheerleaders. A elle seule, c’est une raison suffisante de regarder Glee. Et les chansons sont chouettes : on se prend à danser et à chanter sans s’en rendre compte. Bref, j’adore !

Gossip Girl : les premiers épisodes nous font revisiter Paris avec Blair et Serena. On découvre enfin ce qu’il s’est passé après que Chuck se soit fait tirer dessus. On a droit au retour de Georgina et de son bébé dont le papa est … Wait for it : Dan Humphrey. Serena hésite toujours entre Dan et Nate. Quelle horrible vie, n’empêche. Mais il y a un énorme panda dans la nursery du bébé, et ça rattrape tout. Serena reprend les études aussi cette année. Mais pas à Brown, non. A Columbia, avec Blair. Sympa, mais rien de transcendant, encore.

Hellcats : J’ai testé la série parce que j’étais malade, m’attendant à quelque chose de peu original, de cliché. Et en fait, c’est cliché, mais reposant et assez marrant. Alors bon, on connaît la chanson, les cheerleaders, tout ça, mais ça marche quand même. Marti est une brillante étudiante en droit à l’université. Cette année, suite à un problème administratif, elle perd sa bourse. Et s’inscrit chez les cheerleaders (qu’elle méprise un peu) afin de pouvoir continuer ses études. C’est toujours marrant de voir les figures de fou que ces filles (et ces mecs) sont capables de faire.  Respect. A tenter si l’univers des pom-pom girls vous amuse et si vous avez envie de détente sans que ça retourne votre monde.

How I met your mother : Constante. Cette série est une valeur sûre. Cette année, Jennifer Morisson va arriver et jouer une potentielle « Mother ». A noter aussi l’arrivée de Kyle MacLachlan, de Desperate Housewives (l’ex mari de Bree, Orson).

No Ordinary Family :  Nouvelle venue dans le paysage des séries US cette année, la série joue dans le domaine surnaturel. Une famille américaine s’envole vers l’Amazonie dans le cadre du travail de la mère, scientifique. Pas de bol, leur petit avion s’écrase dans l’Amazone, le pilote se noie et eux s’en sortent. En rentrant, ils se découvrent des super pouvoirs… Avec un côté Heroes ou Kyle XY, cette série va devoir faire fort pour nous convaincre. Le premier épisode était excellent en tous cas, c’est un bon début ! Personnellement, j’avais vu le trailer et j’avais directement été convaincue. En plus, No Ordinary Family nous permet de retrouver Rita de Dexter (Julie Benz).

The Big Bang Theory : Valeur sûre, sur la même marche que How I met Your Mother. Bon début, mais on n’en attendait pas moins. Adoré l’épisode 2, avec le robot-Sheldon.

Publicités

A nous la rentrée des séries! (S01E01)

Enfin! Je commençais à trouver le temps long (comme je vous l’avais dit quelques fois, d’ailleurs). Autant je suis triste de voir l’été s’en aller, les nuages gris revenir, les températures se casser la figure, et la pluie montrer son nez, autant le retour des séries me réjouit au plus haut point. Cet été, j’ai pu me consoler notamment avec Harper’s Island et la première saison de 90210, mais rien à dire, ce n’est pas pareil. Moi, j’aime MES séries fétiches, et je suis assez difficile à convaincre au niveau des petites nouvelles qui veulent chaque année se faire une place au soleil.

Je vais d’abord vous parler des reprises que l’on attendait (que j’attendais) de pied ferme, et à bras ouverts.

(Attention, si vous ne voulez rien savoir de ce qu’il va se passer cette saison, évitez de lire certains passages de cet article)

Greek

Si vous ne connaissez pas Greek, le synopsis n’est pas sorcier et tient en quelques mots-clés : université américaine, fraternités, sororités, étudiants un peu cinglés, guindailles, « baptême », « bleus ». Et voilà. Cette saison ne diffère pas beaucoup des autres, toujours les mêmes protagonistes, toujours les mêmes drames, le même humour. Personnellement, je trouve toujours la série sympathique, mais bon, l faut l’admettre, toujours rien de transcendant dans les épisodes. Greek est une série divertissante, et elle ne prétend pas être autre chose. Casey a le coeur qui balance toujours autant que l’année précédente, Rusty est toujours fleur bleue, ZBZ et les autres maisons ont toujours les mêmes valeurs, et les drames sont toujours aussi peu dramatiques que dans les saisons précédentes. Rien de nouveau sous le soleil donc. Sympa, sans surprise, mais divertissant.

How I met Your Mother et Big Bang Theory

Ici, un paragraphe pour les deux. Pourquoi? Parce qu’elles vont avoir droit aux mêmes compliments et aux mêmes critiques. Les compliments sont, comme toujours, l’humour de la série, grâce aux personnages décalés de l’une comme de l’autre, Barney et Sheldon, pour ne citer qu’eux. Aussi, leur format d’une vingtaine de minutes, qui laisse une certaine liberté… Et simplement leur esprit. Comme petits défauts, je dirai le côté train-train qui s’installe dès lors qu’ils installent un nouveau couple dans la série. Pour exemple, vous aviez vu à la fin de la saison 4 de HIMYM que Barney et Robyn tentaient un rapprochement. Eh bien, cela ne rajoute pas vraiment quelque chose à la série (du moins pas encore). Du côté de The Big Bang Theory, pareil : la relation Penny-Leonard casse aussi un peu le rythme, les scénaristes se concentrent un peu trop sur cela, au détriment de l’esprit de base de la série. Mais bon, malgré tout, elles restent vraiment super bien, ces séries!

Desperate Housewives

A ce niveau, je n’aurais qu’un truc à constater : la série reste égale à elle-même. J’ai envie de dire que ça devient lassant, en fait… Après on va dire que je suis une mauvaise langue :p Entre un nouveau mariage pour l’une, un nouveau nouveau bébé pour l’autre, de nouveaux voisins intrigants, un petit coup sur la tête d’une demoiselle qui finit assommée voire morte, on a encore droit à un criminel dans Wisteria Lane. Ils n’ont vraiment vraiment pas de chance, quand même, dans cette rue, de tous les ans avoir un nouveau psychopathe qui s’installe dans le voisinage. Je crois que j’aurais déjà déménagé, à leur place. Je vais la suivre, mais le goût de déjà-vu est assez dérangeant.

Gossip Girl

Nos amis de l’Upper East Side arrivent à l’université, wouhou. Toujours bercée par la voix de Kirsten Bell, la série est à un tournant : on quitte la sacro-sainte école privée pour se poser dans une université du centre de New York. Et hop, inversion des « cool » et des autres. La pauvre Blair peine à construire sa cour de favorites, alors que Dan et Vanessa deviennent populaires. Serena a un comportement incohérent, comme toujours, et qui commence à me lasser. Et on a le retour de notre copine Georgina (qu’on avait quittée en fin de saison 1). Et le nouveau couple « stable » de Blair et Chuck. Pour combien de temps, on ne sait pas… Et en fait, on s’en fiche un peu. Rien de renversant par ici non plus donc.

90210

Alors, là, je vous avoue que je ne sais pas bien où ils vont. La série aurait pu être quelque chose de bien, mais réellement, les scénaristes font un peu n’importe quoi, ça en devient énervant. Pas convaincue du tout par ce début de saison. Déjà la première saison, que je vous avais présentée il y a un mois tout juste, n’avait pas généré de ma part une avalanche de compliments (dont je ne suis pas avare quand j’aime les choses, il suffit de regarder mes billets sur L’ombre du vent ou sur La physique des catastrophes, on dirait que j’essaie de vous obliger à les lire :)). La première saison nous plongeait dans le côté un peu écervelé, matérialiste et stupide de l’adolescence, la seconde saison nous entraîne un peu n’importe où. Entre Annie qui culpabilise d’avoir écrasé un homme (qui est mort des suites de ses blessures), Naomi qui lui rend la vie dure vu qu’elle croit qu’Annie a couché avec son copain (alors que c’est sa propre soeur (à Naomi donc) qui a fait ça, avec l’autre qui roule en Lamborghini, qui voulait épouser la fille enceinte d’un bébé qui n’était pas le sien et qui n’en peut plus d’être puceau, tout ça est irréaliste, et ça en devient doucement (ou pas) inintéressant. A se demander quelle connerie ils vont nous sortir cette semaine. Sincèrement, je suis presqu’impatiente de le savoir.  Bref, je ne vous la conseille pas… Si vous voulez regarder une série de qualité, passez votre chemin.

Et les autres?

Vous remarquerez que je suis assez déçue, globalement, de la rentrée de cette année… Mais peut-être que cette saison a quand même du potentiel! Du côté de Dexter, de Brothers and Sisters et de Grey’s Anatomy, je n’ai pas encore regardé. Je crois que Dexter ne va pas me décevoir, mais pas sûr pour les deux autres : Brothers and Sisters est je crois à un tournant aussi… Ils doivent éviter de tourner en rond et je crois que ça va devenir complexe. Quant à Grey’s Anatomy, la dernière saison avec les hallucinations du Dr Isobel Stevens m’a assez fatiguée, comme les indécisions et les revirements incessants de Meredith Grey, mais le final remettait tout en question. A voir s’ils ont réussi à en tirer parti… Ces séries donneront lieu d’autres billets, dans lesquels je vous parlerai également des nouveautés de cette année et dont j’ai vu le pilote, et plus si affinités (un billet plus court que celui-ci, promis)!

90210

Comme vous le savez tous certainement (et comme vous devez en souffrir comme moi), nous sommes en été, ce qui signifie que nos chères séries sont en break estival. Donc, depuis à peu près le mois de mai, nous sommes suspendus au suspense engendré par les épisodes finaux des (nombreuses) séries que nous suivons avec passion (et fougue, soyons fous).

Du coup, désespérée, j’ai décidé de me lancer dans une série qui a commencé l’an dernier, et qui n’a donc qu’une saison à son actif. Enfin, si on veut. Je vous parle de la série 90210, qui est en quelque sorte le spin-off de la série populaire des années 90, Beverly Hills 90210, où nos grandes soeurs et nous suivions les aventures de Brenda, Brandon, Kelly, Dylan, Donna, Steve, et les autres. Cette série, bébé de Darren Star et de feu Aaron Spelling, a vécu d’octobre 1990 à mai 2000, soit un total de 10 saisons, où pour résumer, tout le monde est un peu sorti avec tout le monde (parfois plusieurs fois).  Et en 2008, la chaîne américaine CW a lancé la nouvelle version, 90210, qui va bientôt entamer sa seconde saison aux USA.

Les anciens...

Alors, je sors à peine de cette série, que j’ai regardée en marathon (on ne se refait pas). Déjà, je dois vous dire que j’ai vu quasiment tous les épisodes de Beverly Hills 90210, donc que je peux faire une comparaison entre les deux. Déjà, les temps ont changé, et ce n’est pas plus mal. Beverly Hills est une série qui a plutôt mal vieilli : les acteurs étaient tellement habillés, maquillés et coiffés à la pointe de la dernière mode qu’ils étaient démodés après moins d’un mois (j’exagère, mais vous voyez le genre). Du fait que 90210 est actuelle, ça ne se ressent pas mais je pense que la série aura le même problème : les codes vestimentaires sont trop « in » que pour ne pas devenir « out » très rapidement.  En dehors de cela, des similitudes évidentes se retrouvent entre les deux séries quasiment homonymes : Brenda et Brandon, jumeaux, arrivaient droit du Minnesotta, cela contre Annie et Dixon, frère et soeur, arrivant droit du Kansas. Les uns pour une mutation de leur père en Californie, les autres parce que le père d’Annie et Dixon, qui a fait ses études à West Beverly Hills High et est parti travailler à St-Louis, a dû revenir à Los Angeles pour s’occuper de sa mère qui a des problèmes d’alcool. Même le générique n’a pas vraiment changé, il a juste été quelque peu remis au goût du jour par quelques arrangements plus actuels, mais il est parfaitement reconnaissable. Et ils ont même gardé le Peach Pit, et Nat!

A côté de cela, la série me semble moins naïve que celle d’il y a dix ans. Ce qui doit être lié au fait que le public cible est également moins naïf que celui visé par la première version de Beverly Hills. Ce qui est sympathique, pour les « fans » de la première heure, c’est de retrouver Kelly Taylor et Brenda Walsh dans 90210. L’une se retrouve conseillère dans son ancien lycée (et a un petit garçon de quatre ans, devinez qui est le papa !), et l’autre actrice. Ce qui est aussi une suite de l’ancienne série, où Brenda donnait déjà dans le théâtre et où Kelly était psychologue. Là, on suit plutôt les drames de Annie qui pense retrouver Ethan, un ancien flirt. Celui-ci est casé avec une des filles très populaires de l’école, Naomi. Elle se lance dans le théâtre, s’engage dans une amitié complexe avec Naomi, alors que Dixon, son frère se rapproche peu à peu de la soeur de Kelly, Erin (que l’on a vue toute petite dans Beverly Hills 90210, la fille de Mel Sylver, le papa de David Sylver, qui a épousé Donna Martin, souvenez-vous :)).

Et les nouveaux

Et les nouveaux

Le spectateur navigue encore dans la jeunesse dorée californienne, entre piscines, soirées et boucles d’oreille Chanel, parmi la drogue, les overdoses, les drames amoureux et les crêpages de chignon en bonne et dûe forme. Une vraie série d’ado américaine. L’esprit de Beverly Hills 90210 se retrouve totalement dans 90210, en modernisé. Les personnages sont peut-être moins attachants, de mon point de vue… Mais c’est difficile de comparer les personnages d’une série que l’on a suivie durant dix ans, au rythme d’un épisode par semaine, à ceux d’une seule saison que l’on visionne en un long week-end…

En tous les cas, si vous êtes en quête de détente, foncez! Avec tous les drames qu’ils traversent, tout ce que vous ressentirez à la fin des épisodes, c’est un contentement d’être sorti de ces années d’adolescence. Et aussi un peu du rêve californien aussi après qu’on vous ait fait manger des palmiers, des piscines, et des plages durant 42 minutes (même si pourtant, mon rêve américain a déjà pris un sacré coup dans les gencives lorsque j’ai vu la Californie de mes propres yeux et non plus au travers d’un écran de télé ou de cinéma). La série vous permettra de retrouver également Lori Loughlin, qui jouait le rôle de Rebecca dans La fête à la maison. Bref, de quoi contenter un public nostalgique ainsi qu’un public neuf.

Petite info pratique : la série sera diffusée en France sur M6 à partir du 5 septembre 2009. Pour la Belgique, aucune date n’est encore avancée à ma connaissance.