Brandon Flowers à Londres <3

Je ne vous apprendrai rien en vous disant que je redeviens une ado de seize ans quand on parle de Brandon Flowers. Le chanteur des Killers possède une voix absolument magique (rien que ça, n’ayons pas peur des mots). J’ai découvert le groupe en 2005 ou 2006 et depuis, je suis restée accrochée à leurs mélodies, tous leurs nouveaux albums, et à cette voix.

brandon flowers brixton academy may 22

Brandon Flowers, May 22nd 2015, London (Photo iPhone 5S)

Cette année, en mars, l’info a filtré que Mr. Flowers allait nous sortir un nouvel album couplé d’une tournée européenne. J’ai réussi à manquer les billets pour la première date londonienne (le 21 mai, les places sont parties super rapidement et je n’avais pas d’ordinateur à portée de main) mais heureusement pour moi, une seconde date a été rajoutée pour le lendemain, vendredi (encore plus pratique :-)). Après s’en sont suivies des semaines d’impatience, animées par la sortie de quatre singles de cet album super prometteur (Can’t deny my love (même si je n’ai juste absolument rien compris au clip), Still want you, Lonely town et I can change). Dans un élan d’humilité, B Flow a été jusqu’à dire que selon lui, toutes les chansons de The Desired Effect était des singles potentiels. Il n’avait pas vraiment tort.

Bref, The Desired Effect est sorti le 18 mai, le concert était le 22 mai. J’ai donc eu quatre journées pour m’entraîner à apprendre les six chansons inédites par coeur, histoire d’être prête pour ce fameux concert. Spoiler alert : le jour J, j’étais prête. 22 mai, 19h, O2 Academy Brixton. La file est super longue. Mais on est loin d’être les derniers. Les portes finissent par s’ouvrir, on arrive dans la salle (très jolie, soit dit en passant). On se rapproche de la scène (chaque millimètre compte). 20h, les fourmis dans les jambes commencent à se faire sentir quand le groupe assurant la première partie du concert arrive sur scène. On ne comprend pas bien leur nom mais on accroche bien à leurs chansons (même si leur chanteur avait une manière étrange de jouer avec ses mains et ses cheveux :)). Une recherche Google le lendemain m’apprendra qu’il s’agissait de Joywave, un groupe new yorkais. Leur chanson Somebody new est tout simplement géniale, soit dit en passant.

Brixton academy O2 brandon21h, la salle s’échauffe de plus en plus, les cris d’encouragement se font entendre. Et puis, l’homme de la soirée arrive. Je vous ai dit que sa voix était magique. Je n’ai pas le même sentiment par rapport à ses goûts vestimentaires (ou ses convictions religieuses, mais c’est un autre débat dans lequel je ne rentrerai pas ici) : sa veste dorée léopard ne m’a définitivement pas convaincue. Mais tout le reste oui : rien que ce sourire d’enfant étonné et émerveillé de voir cette foule (à laquelle il doit tout de même être habitué) qui est là juste pour lui. Puis, il a commencé à chanter et là c’était parti.

Le concert était un mix de nouvelles chansons (Untangled Love, Can’t deny my love, Still want you, Lonely town, I can change, Between me and you – en duo avec la chanteuse des Pretenders), des chansons de Flamingo (Magdalena, Crossfire, Hard Enough (cf. vidéo ci-dessus), Only the young) et même deux chansons des Killers (Jenny was a friend of mine, version acoustique magnifique, et Mr Brightside). Absolument magique. Je suis sortie de là la voix cassée mais le sourire jusqu’aux oreilles. Un article de MTV à propos de ce concert se clôturait par la phrase « Brandon Flowers IS Mr. Brightside ». Et oui, mille fois oui.

Vous avez déjà écouté cet album ? Si ce n’est pas encore le cas, voici le clip de Lonely Town pour vous donner un avant-goût :-).

En résumé #10

Petit article pèle-mêle encore. Je les affectionne particulièrement même s’ils ne sont pas très fréquents :)

Par quoi je commence ? Mes lectures ! Pour le moment, je suis plongée dans les livres de la série Pretty Little Liars, de Sara Shepard. Ce sont ces bouquins qui sont à l’origine de la série télévisée du même nom dont j’ai déjà parlé par ici, et je dois avouer que la série ne va pas assez vite pour moi : on ne sait toujours pas qui est A. ni qui a tué Ali. Après un an et demi de rebondissements, cela devient long. Ceci dit, dans le même registre, The Killing ne nous a pas non plus révélé qui était le tueur de Rosie Larsen à la fin de la saison 1 mais la chaîne s’est excusée, au moins :p Pour en revenir à Pretty Little Liars, à priori, dans les bouquins, on n’a toujours pas d’informations au début du 4ème bouquin. Alors, mon avis : ce sont des bouquins ados qui ne revendiquent pas autre chose : du pur divertissement, des rebondissements, une intrigue, et quelques petites différences par rapport à la version télévisée. Ce n’est pas plus mal. On a quantités de petits détails supplémentaires assez intéressants qui permettent d’approfondir et d’éclaircir les quelques zones obscures de l’intrigue de la version d’ABC… Je vous donnerai mon avis quand j’aurais tout lu (mais le dernier tome vient de sortir en anglais, donc j’ai de la marge) !

A ce propos, je peux enfin vous parler de ma liseuse de livres électroniques sur laquelle j’ai lu ces romans : l’an dernier j’avais acheté l’e-reader E60 de Samsung, qui était proposé à 99 euros chez Carrefour avec une offre de remboursement de 50 euros. Une liseuse pour 49 euros, je n’ai pas résisté très longtemps (même si elle était difficile à trouver). Sur une année, je ne l’ai presque pas utilisée, ayant un bon stock de livres papier à lire (je vous ferai la liste un jour :)). Cependant, l’envie de lire les romans de Sara Shepard s’est intensifiée au fur et à mesure que j’ai vu que la série n’apporterait pas les réponses que je voulais suffisamment vite. J’ai donc choisi de lire ces livres en anglais et en version numérique. Rien de tel pour me motiver à enfin véritablement tester cet appareil. Verdict après les 3 premiers tomes : j’aime beaucoup. Le papier me manque, c’est indiscutable, mais la liseuse a un côté pratique non négligeable et c’est beaucoup moins rébarbatif que ce à quoi je m’attendais. L’appareil en tant que tel est facile d’utilisation et plutôt agréable. A voir sur le long terme, mais pour moins de 50 euros, rien à redire du tout ! Du coup, ça m’a motivée à lire d’autres livres au format EPUB sur cet appareil, notamment Bloody Valéria, de Stéphane Gravier, et dans un autre registre, Midnight Sun, aka Twilight 5, de Stephenie Meyer, dont le fichier est disponible sur le site de l’auteur (ici). Ceci dit, ce sont plutôt le Kindle d’Amazon et le Kobo de la Fnac qui semblent les meilleures liseuses actuellement sur le marché… Pour transformer des PDF en EPUB, j’ai utilisé le logiciel Calibre, très facile d’utilisation et très efficace.

Du côté des séries, je crois que je ne vous avais pas encore parlé de la petite dernière d’ABC, celle qui était très attendue par le public : Once upon a time. Cette série parle de contes de fées, de Blanche-Neige, Cendrillon, le Prince Charmant, etc. Un mauvais sort a été jeté sur tous ces personnages qui sont depuis condamnés à vivre dans une petite ville du Maine, Storybrook en ignorant tout de leur statut de héros de contes de fées. La série est rafraîchissante et évite les écueils qu’elle aurait pu rencontrer. Par ailleurs, avec Jennifer Morrison en citadine solitaire qui arrive dans ce village particulier et Ginnifer Goodwin en Blanche-Neige, la série a misé sur de très bonnes actrices. Le charme opère, les costumes sont très jolis, les effets spéciaux également… La magie opère, la mythologie nous absorbe et chaque épisode représente une bonne surprise. Bref, une série différente mais à découvrir !

Enfin, musicalement, je suis (re)tombée sous le charme de Brandon Flowers. J’étais déjà techniquement conquise, il s’agit en effet du chanteur des Killers, un groupe que j’adore, mais c’est à présent son album solo, Flamingo, sorti en septembre 2010, que j’écoute en boucle. Je suis totalement fan de son timbre de voix. Son album solo est différent de ce qu’il fait avec les Killers mais ça reste excellent ! Ma favorite ci-dessous : « The clock was tickin' », même si l’histoire racontée dans la chanson est plutôt triste…

The Killers

J’ai l’envie de rédiger cet article depuis très longtemps. Mais il y a des choses qui sont difficilement exprimables en mots (il suffit de lire mon article sur Quand tu es parti, de Maggie O’Farrell, pour le comprendre)(d’ailleurs, si vous n’avez toujours pas lu ce roman, foncez ! C’est une pure merveille !).

Je nourris une véritable passion pour le groupe The Killers. Absolument toutes leurs chansons ont le petit quelque chose qui fait que je suis totalement fan de ce groupe. Groupe de rock alternatif américain, originaire de Las Vegas, créé en 2002. Brandon Flowers, le chanteur, a par ailleurs sorti un album solo très sympathique (mais pas aussi bien que ceux des Killers).

Que dire de plus? Voici quelques vidéos pour les découvrir ou les redécouvrir !

La première chanson des Killers que j’ai entendue : Mr Brightside.

Celle-ci met la pêche :

Celle-ci est géniale (avec Lou Reed) :

Celle-ci est top aussi :

Et enfin, celle-ci est une des mes préférées :

Ce groupe était super en concert à Werchter en 2009. J’ai hâte de pouvoir les revoir sur scène ! Vous avez déjà eu l’occasion de les voir se produire en live?