Le Tailleur de pierre

1031014-gfMon marathon Camilla Läckberg continue avec Le Tailleur de pierre, troisième tome de la série Erica/Patrick. Ce roman m’a beaucoup plu : je l’ai dévoré, comme les autres ! Erica Falck et Patrick Hedström, le désormais célèbre couple de Fjällbacka, viennent d’avoir une petite fille, Maja. Le jeune papa, très fier, a repris rapidement le chemin du travail alors que du côté de la maman, le quotidien est un peu moins rose. A priori, même si ils ne veulent pas l’admettre, Erica doit être en plein baby-blues. Son seul rayon de soleil au fil des longues journées sans Patrick, elle le doit à sa nouvelle amie et voisine, Charlotte, avec qui elle passe pas mal de temps. Charlotte, son mari Niclas et ses enfants, Sara, 7 ans et Albin, vivent en ce moment chez la mère de Charlotte, Lilian Florin. Le moins que l’on puisse dire de la situation est qu’elle n’est pas de tout repos.

Un matin, un pêcheur de homards découvre, emmêlée dans ses filets de pêche, le corps d’une fillette. Dès son arrivée sur les lieux, Patrick reconnaît la petite Sara. Tout indique une noyade accidentelle. Sauf que, comme le lecteur le sait, on est en plein coeur d’un thriller. C’est donc sans surprise qu’on apprend que l’autopsie de l’enfant montre qu’elle a bien de l’eau dans les poumons, mais de l’eau douce savonneuse. Ce qui exclut totalement la noyade dans le port où son corps a été retrouvé. Qui pourrait souhaiter la mort d’une enfant ?

Mais, vous demandez-vous (oui, je suis certaine que vous vous posez des questions, comme ça, pouf), qui est ce tailleur de pierre ? Et vous avez raison de demander. Comme Camilla Läckberg nous y a habitué, le tailleur de pierre est un personnage du passé, des années 20 pour être plus précise. On rencontre Agnès, une jeune femme riche et pourrie gâtée par son père qu’elle manipule d’une main de maître comme de la pâte à modeler. Un jour, dans l’entreprise paternelle, elle fait la connaissance d’un employé, le jeune tailleur de pierre. Il est fasciné par elle tout en se disant qu’il n’a aucune chance. Sauf qu’Agnès a décidé qu’elle le voulait.  Et ce qu’elle veut, elle l’obtient. Toujours. Sauf que, parfois, les choses ne tournent pas tout à fait comme on le voudrait…

Verdict : très sympa, bien amené, bien conduit. J’ai beaucoup apprécié l’intrigue et aussi toute la partie du passé. Cela m’a permis de découvrir autre chose, tout un univers dont j’ignorais l’existence ou le fonctionnement. Les personnages secondaires sont toujours aussi réussis, aussi intéressants. Même si le style n’est pas parfait, la construction, les personnages et les émotions sont bien présentes et font encore une fois de ce roman une réussite !

(Pour info, ça y est, j’ai terminé les six premiers romans de la série Erica/Patrick. A priori, un nouveau sort en juin 2013. Ouf. Et en attendant, il me reste toujours Cyanure, un « one-shot » centré sur le collègue de Patrick, Martin Molin, à découvrir :))

Le Prédicateur

21253404_2298804Depuis Fifty Shades of Grey et cie, j’ai été prise d’une frénésie de lecture. Entre mon article sur mon premier roman de Camilla Läckberg, La Princesse des glaces, et le moment où j’écris ces lignes, j’ai lu les trois romans qui l’ont suivi : Le prédicateur (dont je compte vous parler aujourd’hui), Le tailleur de pierre et L’oiseau de mauvais augure, que je viens de terminer à l’instant. Une vraie machine de guerre. Et je ne compte pas m’arrêter en si bon chemin : L’enfant allemand va très très vite être entamé et La sirène va suivre très rapidement. Probablement ce soir :)

J’ai l’impression d’avoir retrouvé la partie de moi assoiffée de lecture. C’est vraiment génial. Je pense que E.L. James, malgré la qualité discutable de son écriture, a réveillé mon instinct de tourneuse de pages. Enfin, ça et la qualité des intrigues de Camilla Läckberg mêlée à ma phase « thriller ».

Avant tout et pour un peu situer les choses, je vous propose la liste des romans de la série « Erica Falck et Patrick Hedström » extraite en droite ligne de la page Wikipédia de l’auteur.

  1. La Princesse des glaces, Actes Sud, 2008 ((svIsprinsessan, 2003)
  2. Le Prédicateur, Actes Sud, 2009 ((svPredikanten, 2004)
  3. Le Tailleur de pierre, Actes Sud, 2009 ((svStenhuggaren, 2005)
  4. L’Oiseau de mauvais augure, Actes Sud, 2010 ((svOlycksfågeln, 2006)
  5. L’Enfant allemand, Actes Sud, 2011 ((svTyskungen, 2007)
  6. La SirèneActes Sud, 2012 ((svSjöjungfrun, 2008)
  7. Le Gardien du phare, Actes Sud, 2013 ((svFyrvaktaren, 2009) (À paraître le 5 juin 2013)
  8. (svÄnglamakerskan, 2011

Le roman dont je vais vous parler aujourd’hui est donc le deuxième de cette série, intitulé Le prédicateur. Le squelette de ce roman correspond parfaitement à la trame que j’ai commencée à percevoir chez l’auteur : un meurtre dans le présent lié à un événement du passé. On nous raconte les deux histoires en parallèle et tout doucement, le lien ténu entre les deux se dessine sous les yeux du lecteur. Cette fois, on retrouve le cadavre d’une jeune fille allemande à Fjällbacka, dans la brèche du Roi, dans les rochers. Son corps comporte de nombreuses fractures récentes, certaines ayant commencé à cicatriser. Et sous sa dépouille, la police découvre deux autres squelettes, beaucoup plus anciens. Après analyses, ils s’avèrent appartenir à deux femmes disparues près d’un demi-siècle auparavant. Et ils présentent des fractures similaires…

L’enquête de Patrick Hedström (j’ai du mal avec l’orthographe des noms propres suédois, vive les copier-coller :p) et de la police de Fjällbacka les entraîne vers la famille Hult, la famille de feu Ephraïm, dit « le prédicateur ». L’homme avait pour habitude de magnétiser les foules avec ses deux fils, Johannes et Gabriel. Les deux enfants étaient dotés de pouvoirs guérisseurs, qui disparurent à l’adolescence. Après l’étrange suicide de Johannes une fois adulte, la famille Hult se divisa en deux groupes distincts et remplis d’animosité l’une envers l’autre : la famille de Gabriel d’une part et celle de la veuve de Johannes d’autre part, dont les destins restèrent étrangement liés.

En parallèle, on suit la progression de l’histoire d’amour née dans La Princesse des glaces entre Patrick et Erica, qui est à présent enceinte de lui. Cette partie garde toujours beaucoup d’intérêt, notamment car ces personnages sont, à mon goût, très attachants.

Ce n’est pas le thriller de l’année (je ne sais vraiment pas lequel cela pourrait être, en même temps…) mais j’ai apprécié l’originalité de l’intrigue (certaines choses sont cependant un peu prévisibles, ou en tous cas, je les avais vues arriver). Cependant, j’ai été dépaysée et bien distraite par cette lecture et j’aime toujours autant (même après quatre livres :)) la manière dont Camilla Läckberg dépeint la Suède ! Bref, si vous ne les avez pas lu, GO !

La Princesse des glaces

Cela faisait un bon moment que j’avais envie de découvrir cet auteur suédoise de romans policiers. Camilla Läckberg a connu de beaux succès avec notamment son premier roman, La Princesse des glaces. C’est celui par lequel j’ai décidé de commencer (en même temps, c’est le premier d’une série basée sur des personnages récurrents, donc ça reste cohérent).

Princesse des glaces

L’intrigue se déroule dans le petit village de pêcheurs de Fjällbacka, sur la côte ouest suédoise. Erica Falck revient dans la maison de ses parents qui viennent de mourir dans un accident de voiture afin de trier leurs affaires et de tout doucement vider la maison et tourner la page. Cependant, au début de son séjour, elle découvre le cadavre gelé de sa meilleure amie d’enfance, Alexandra Wijkner, qui se serait suicidée dans sa baignoire. Personne ne croit à ce suicide, à commencer par la famille de la jeune femme. De plus, des détails suscitent la curiosité de la police. Pour commencer, pourquoi Alexandra passait-elle autant de week-ends loin de son mari dans la maison de son enfance, avec qui traînait-elle ? L’autopsie révèle qu’elle était enceinte de quelques mois à peine… Pourquoi donc, alors qu’elle nageait dans le bonheur selon son associée, aurait-elle commis l’irréparable ?

Erica Falck, écrivain et biographe, se retrouve bien malgré elle mêlée à cette enquête… Avec un certain recul, elle décide cependant de creuser elle aussi afin de comprendre ce qui a pu se passer et l’idée germe d’en faire son prochain livre. Elle se rapproche de l’inspecteur Patrick Hedström, qui craquait sur elle quand ils étaient plus jeunes et qui sort tout juste d’un divorce. Au départ, ils se fréquentent principalement pour les raisons de l’enquête mais rapidement, hop hop, on a la petite histoire d’amour qui met une petite dose de couleur dans cette enquête en teinte de gris.

Les personnages sont attachants, on peut s’identifier à Erica, à Patrick, leurs histoires personnelles sont très intéressantes également. La famille d’Erica, les collègues de Patrick au commissariat, etc. tout est bien décrit, bien creusé. Et j’ai adoré visualiser ce village suédois joliment dépeint par Camilla Läckberg (qui le connaît plutôt bien puisqu’elle y est née), ça m’a laissée rêveuse (malgré l’enquête policière). J’ai décidément très envie de visiter la Scandinavie !

3704114357_d14c021f62

A suivre bientôt : Le prédicateur (en cours de lecture) puis Le tailleur de pierre qui a récemment rejoint ma pile à lire.