Les Seychelles #3 : Quelques jours sur Praslin

Déjà troisième et probablement avant-dernier article sur les Seychelles. Cette fois, je vais vous parler de l’île de Praslin, la seconde plus importante de l’archipel.

Praslin est le berceau de merveilleuses plages (Anse Lazio en tête, même si cet été, c’est la présence d’un requin qui l’a rendue tristement célèbre, cf. plus bas) mais également d’un magnifique parc rempli de cocotiers de mer et autres pandanus, La Vallée de Mai. Nous en avons aussi profité pour faire une sortie en bateau sur une île magnifique ainsi que du snorkeling (pour monsieur) au large de l’Ilôt St-Pierre.

La plage d'Anse Volbert

Notre hôtel, le Britannia, était situé sur la plage de Grand’Anse, comme mentionné dans mon premier article. Je conseillerai plutôt de choisir un hébergement sur Anse Volbert, beaucoup plus fournie en restaurants et activités diverses. Le resto du Britannia est plutôt sympathique mais après 5 jours, il devient usant (surtout lorsque, comme moi, on est allergique au poisson et aux fruits de mer). Il y a pas mal de « take away » de ce côté de l’île, mais bon, rien d’exceptionnel. Côté baignade, la plage de Grand’Anse est sympathique mais celle d’Anse Volbert l’est encore plus.

Praslin (5 jours)

Ici encore, nos deux guides ont été très très précieux (malgré les informations parfois périmées du Lonely Planet, mais, à bon entendeur, une nouvelle édition est sortie depuis, comme dit précédemment). Notre hôtel fournissait des navettes un jour sur deux pour se rendre à Anse Volbert et Anse Lazio. Nous avons donc profité de ces bus super confortables pour jeter un oeil de l’autre côté de l’île. Nous avons également visité la Vallée de Mai (et nous sommes revenus à pied jusqu’à Grand’Anse, car les bus de l’île étaient pleins et ne s’arrêtaient pas aux arrêts… Triste monde :p).

  • Anse Volbert (aussi appelée Côte d’Or) : baignade, plage très sympa. Par ailleurs, beaucoup de commerces, de restos, etc. Beaucoup plus animée que l’autre côté de l’île où se trouvait notre hôtel. Je vous conseille plutôt de choisir votre logement ici ! Sinon, petite anecdote et conseil pour Anse Volbert : nous voulions réserver une excursion en bateau pour visiter les îles Curieuse et Cousin ainsi que faire du snorkeling du côté de l’îlot Saint-Pierre. En bonne élève, j’avais noté les super adresses mentionnées par le Lonely Planet (aka ma bible :p). Aussitôt descendus de notre navette, on fonce regarder la plage (magnifique :)) et puis, je propose au chéri d’aller vers l’adresse indiquée par le guide pour les excursions, quand soudain, sur la plage, un type nous accoste. « Vous voulez faire une excursion en bateau? », fut sa phrase d’accroche. Nous lui répondons oui (innocents que nous sommes :)). Il nous explique alors qu’il organise des excursions sur les îles avoisinnantes, on discute (le chéri discute, moi j’attends que ça s’arrête pour aller où j’avais décidé d’aller au départ). Il nous propose alors de nous emmener le lendemain sur son bateau, avec d’autres personnes, blabla. Il propose un prix, le chéri négocie (et se sent super fier de lui d’avoir fait baisser le prix). Finalement, ils se mettent d’accord pour un prix (contre mon gré, mais en même temps, à part avoir le visage fermé, je n’ai pas vraiment pu montrer ma désapprobation tant les choses sont allées vite). Le type nous demande un acompte de 40 euros, nous assure qu’il viendra nous chercher le lendemain matin à notre hôtel en taxi (il proposait qu’on le retrouve sur la plage à la base, mais le chéri a négocié :)). Il note le nom sur un coin de papier déchiré (qu’il nous a demandé), nous gratifie d’un enième « you trust me my friend » (le truc où tu dis oui en pensant non de toutes tes forces), nous tape dans les mains comme si on était potes depuis 10 ans, et s’en va le coeur content. Moi par contre, pas contente du tout. Je râle de toutes mes forces, mais bon, voilà, on lui a donné 40 euros donc c’est fait. Tant pis. D’un côté, j’espère qu’il viendra sinon on perd de l’argent, d’un autre côté, j’ai noté toutes les incohérences de son discours (d’abord il n’était pas sur le bateau, ensuite, oui, puis on était d’abord deux, puis quatre, etc.) et j’ai tout sauf envie de me retrouver sur un bateau en mer avec ce type. Bref, je continue à râler (j’ai une super endurance à ce jeu). J’ai quelques doutes quand je vois le nombre de fois où on se refait accoster durant cette journée, sur la plage, pour des excursions similaires. Mais malgré tout, je ne suis pas confiante. Le lendemain, on est prêts : appareils photos chargés, masques de plongée, crème solaire, on est au taquet. Sauf que après une heure d’attente, on fait une croix dessus : il ne viendra pas. Au moins, on a fait rire la réceptionniste de l’hôtel : on n’avait même pas pris le nom du type :) Apparemment, c’est une arnaque assez fréquente, ils sont nombreux à proposer ce genre de services sur la plage… Super gentille, la réceptionniste a fait venir le jour même pour nous la représentante d’une agence sérieuse, Mason Travels, pour nous organiser une excursion. Au final, compte tenu des quarante euros perdus, on a renoncé à visiter Cousin :p Tant pis pour les oiseaux. Fin de l’anecdote.

Mosaïque de Praslin : Anse Volbert, fruits en vente au bord de la route, Anse Lazio, son rocher, Tortue terrestre géante sur Curieuse, mangrove sur Curieuse, Cocos-fesses dans la Vallée de Mai, Vallée de Mai

  • Anse Lazio : paradisiaque, une eau limpide, un énorme rocher d’où les nageurs les plus motivés plongeaient, Anse Lazio est LA plage la plus réputée de Praslin. Sauf qu’une semaine avant notre arrivée, un Français a été attaqué par un requin sur cette même plage. Et quelques jours après notre passage (nous venions d’arriver sur La Digue, je pense), c’est un Anglais en lune de miel qui a connu le même sort… Après cela, des mesures ont été prises et la baignade a été interdite sur Anse Lazio comme autour de l’îlot Saint-Pierre (et d’autres endroits également). Plus d’infos ici. Mais le fait est que la plage est magnifique : on a une très belle vue sur les îles Chauve-Souris et Saint-Pierre. Par contre, choisissez plutôt de vous y rendre avec les navettes de l’hôtel ou en voiture de location. Le bus que nous avons pris (du réseau seychellois) nous a amené jusqu’à Anse Boudin. Ensuite, nous avons marché durant près d’un kilomètre pour arriver à Anse Lazio, mais la balade se fait sous un soleil de plomb et ça monte bien (puis ça descend bien aussi). Autant vous dire qu’on était parmi les premiers au point de rdv d’Anse Lazio pour être sûrs de ne pas louper la navette retour vers notre hôtel et ne pas se retaper la balade en sens inverse à pied.
  • Excursion en catamaran sur l’île Curieuse et l’îlot Saint-Pierre: nous avons donc réalisé cette excursion avec Mason Travels, une compagnie omniprésente sur l’île et très sérieuse. Nous avons renoncé à la visite de Cousin, comme mentionné ci-dessus. Cousin est surtout réputée pour les oiseaux qu’elle abrite, notamment la sterne blanche, l’oiseau symbolique des Seychelles. Nous en avons croisé de loin sur La Digue, mais c’est tout. Un peu de regrets, mais bon, on ne pouvait pas tout faire :p
    • Curieuse : si vous voulez des tortues terrestres géantes, c’est ici ! :) J’ai toujours pensé que les tortues étaient des animaux peu dynamiques, lents, etc. Erreur : ici, elles sont super actives, réactives, c’est super ! Elles se tiennent bien droites sur leurs pattes, avancent vite, mangent des feuilles super rapidement :) C’est vraiment une super expérience que de donner à manger à ces petites (grosses) bêtes ! Vous visiterez également la maison du docteur : l’île a servi tout un temps à accueillir les lépreux. Par la suite, on traverse l’île via la mangrove jusqu’à la Baie Laraie (qui accueille les tortues). On a adoré Curieuse et ses tortues ! Surtout quand on arrive sur la Baie, après avoir cheminé sur le sentier en voyant des canneliers, de la vanille et rencontré une tortue de 70 ans qui s’y promenait par hasard, le premier regard qu’on a sur la baie, la plage et ces dizaines de tortues en semi-liberté qui se baladent, pleine de vie, c’est inoubliable !
    • îlot Saint-Pierre : ici, c’est plutôt mon cher et tendre qui a vécu l’expérience à fond. Moi, je suis restée bien sagement sur le bateau pendant que les autres faisaient du snorkeling. Le temps était un peu couvert, la sortie a dû être écourtée. On ne visite pas l’îlot Saint-Pierre, le spot est uniquement utilisé pour faire de la plongée. Mais c’est une merveille à photographier :) Le snorkeling était apparemment sympa mais c’était encore mieux lors de notre excursion sur Cocos et Félicité (cf. mon prochain article sur La Digue).

L'îlot Saint-Pierre

  • Vallée de Mai : parc naturel de près de 20 hectares, La Vallée de Mai est surtout connue pour héberger des cocotiers de mer. L’entrée est un peu chère : nous avons payé 20 euros par personne (le Lonely Planet parlait de 15, comme quoi en trois ans ça a bien augmenté), mais ça vaut le coup. Nous avons choisi de ne pas faire la balade avec un guide (j’avais lu sur des forums que ce n’était pas nécessaire) : nous avons reçu un plan à l’entrée, avec les points d’intérêt, les différents chemins possibles, et nous avons fait un petit mix entre les cinq pour voir les choses qui nous tentaient (mention spéciale pour la chute d’eau, qu’on ne peut voir qu’en quittant totalement le parc et en longeant la route, sachant que l’endroit n’est pas indiqué et pas facile d’accès :p). Nous avons donc vu des cocotiers de mer (énormes) avec les fruits mâles et femelles, des pandanus, des lataniers, etc. Nous n’avons malheureusement pas vu de perroquet noir (symbole des Seychelles avec les sternes blanches :p). C’est peut-être à ça que servaient les guides :) Nous étions venus en bus mais avons du repartir jusqu’à Grand’Anse à pied : les bus qui traversaient l’île en passant par la Vallée de Mai étaient tous plein… Le parc était en effet situé sur la route entre Grand’Anse et Anse Volbert.

Nous avons ensuite quitté l’île de Praslin pour rejoindre La Digue, la dernière étape de notre voyage. Nous avons pris le bateau « Cat’s Roses », un catamaran très similaire au Cat Cocos, le mal de mer en moins.

Retrouvez mes autres articles sur les Seychelles : Préparatifs, Mahé et La Digue (bientôt).

Publicités

Les Seychelles #1 : Les préparatifs

Avec beaucoup de retard, me voici enfin avec un article (premier d’une série) sur notre séjour de deux semaines sur l’archipel paradisiaque des Seychelles en août.

Comment s’y rendre ?

Nous avons volé jusqu’à ce paradis avec la compagnie Qatar Airways (nous avions des miles, c’est ce qui nous a permis de faire ce voyage) depuis Paris CDG, avec escale à Doha (pendant plusieurs heures à l’aller, et moins longtemps au retour). Il est également possible de se rendre là-bas avec Air Seychelles, en vol direct depuis Paris également. Au retour, notre avion décollait très tôt de Mahé (à 6h du matin je crois) et nous revenions de La Digue (plus de détails dans mon dernier article consacré à cette île magnifique), nous avons choisi d’économiser une nuit d’hôtel et le taxi en passant la nuit à l’aéroport… Pour info, la zone pré-contrôle est ouverte (mais genre vraiment ouverte : les bancs sur lesquels nous avons passé la nuit étaient adossés à un muret d’un mètre de hauteur derrière lequel se trouvait la route et le genre de « dépose-minute » de l’aéroport. Bref, pas super top, même si on n’a pas eu le moindre problème… On a plus ou moins dormi, mais les bancs en bois n’étaient pas ce qu’il y avait de plus confortable. Mais bon, ce n’est pas non plus leur but, en même temps :p Il y a une cafétéria/restaurant à l’aéroport, avec prises électriques (dans le fond de la salle du moins), et de la lumière aussi (c’est important de le signaler).

Organisation du séjour

A savoir : la devise de la république des Seychelles est la roupie seychelloise, avec des tortues sur les billets, des cocotiers de mer sur les pièces. Cette monnaie ne peut être échangée que sur place, elle ne s’exporte pas. Cependant, les euros et dollars sont acceptés et très appréciés. Des distributeurs de billets vous fourniront des roupies seychelloises sur place. Essayez d’en dépenser un maximum sur place et d’en retirer plutôt au jour le jour pour éviter de devoir repasser par un bureau de change avant de repartir. Ceci dit, on peut garder quelques pièces ou billets, en souvenir… :p

Roupies seychelloises

Hébergement

Nous avons choisi d’organiser notre séjour via Internet, en évitant les hôtels luxueux qu’on imagine toujours en entendant le mot Seychelles et en privilégiant les pensions de famille (guesthouses). Nos bibles à ce stade : Lonely Planet Seychelles (attention, il s’agit encore de la première édition qui date de 2008 et qui contient pas mal d’informations pratiques dépassées, notamment concernant la devise locale, la roupie seychelloise), la dernière version du Petit Futé sur iPad et bien sûr, les 1001 ressources fournies par le net : les forums (notamment ceux du Routard – à noter qu’il n’existe pas encore de guide du Routard pour les Seychelles; dommage), le site seychelles.travel, notamment sa section pour le logement, qui est la plus complète que j’ai trouvée pour les maisons d’hôtes (lien direct ici). Et surtout Tripadvisor, sur lequel nous nous sommes basés pour choisir nos hébergements (nos critères : une note entre 4/5 et 5/5).

Après avoir analysé les différentes infos, recoupé les avis et conseils tant sur les forums que via des amis, nous avons décidé d’organiser notre voyage de la sorte : 2 jours sur Mahé, 5 jours sur Praslin et enfin, 4 jours sur La Digue. Nous avons ensuite abordé la phase « hébergement ». Pour ce faire, notre bible a surtout été tripadvisor, comme mentionné ci-dessus. En effet, les différentes pensions mentionnées dans nos guides étaient complètes pour la période où nous devions partir (il faut avouer qu’on a réservé en mai/juin pour un voyage en août, donc c’est un peu de notre faute).

Nous avons été globalement très satisfaits de nos hébergements (avec petit-déjeuner inclus uniquement). C’est pourquoi je vous fournis ci-dessous toutes les informations concernant chacun d’eux, avec des points positifs et négatifs si nécessaire :

  • The Beach House, face à la mer (qui est juste derrière moi)

    Mahé : The Beach House, guesthouse située sur la plage de Beau Vallon. On traverse la route et on a les pieds dans le sable. Accueil très chaleureux, personnel très gentil, la propriétaire, Cécile, très sympathique, fournit de bons conseils pour faciliter la visite de l’île et éviter les mauvais endroits. Elle nous avait également organisé le transfert à partir de l’aéroport. Le petit déjeuner compris, à base de fruits frais (mangue, carambole, mini-bananes, pommes, etc.), pain de mie, omelette (on verra par la suite que ce sera un petit déj plutôt fréquent aux Seychelles). Moins de 100 euros la nuit. Contact: patccile@seychelles.net et sur tripadvisor.

  • Vue de notre chambre sur l'Hôtel Britannia

    Praslin : l’hôtel Britannia sur Grand’Anse. C’est l’établissement le plus onéreux que nous avons fréquenté aux Seychelles et c’est également celui qui nous a le plus déçu (les autres ne nous ayant pas du tout déçus, ce n’est pas forcément terrible :)). L’hôtel se compose d’une quinzaine de chambres spacieuses, joliment décorées, jolie salle de bain, piscine, assez proche de la mer (quelques minutes à pied mais ce n’est pas forcément la plus jolie plage de l’île). Le restaurant de l’hôtel est conseillé dans les différents guides et la nourriture était plutôt bonne. Le petit déjeuner était sous forme de buffet, très bon. Les autres repas pouvaient également être pris à l’hôtel. Cependant, deux points négatifs pour notre expérience dans cet hôtel : tout d’abord, avec le recul et la connaissance de l’île, nous aurions préféré loger de l’autre côté de l’île, sur la plage d’Anse Volbert. En effet, il n’y avait pas énormément de choses à proximité de Grand’Anse, notamment le soir ou quand on voulait manger ailleurs qu’au resto de l’hôtel. On a craqué un soir et pris un bus pour aller manger sur Anse Volbert, puis on est rentrés en taxi :) L’autre point négatif était le personnel : dans les deux guesthouses, les gens étaient chaleureux, gentils… Alors que parfois, au Britannia, on avait presque peur de poser des questions à l’accueil ou aux serveuses (à l’exception de quelques membres du personnel absolument adorables), l’impression que certains nous prenait de haut… En dehors de ces deux petits défauts, nous avons beaucoup apprécié notre séjour dans cet hôtel. Nous l’avons réservé sur hotel.com. Prix indicatif : moins de 150 euros/nuit. Tripadvisor.

  • Pension Hibiscus

    La Digue : Pension l’Hibiscus, une pension assez jeune mais dirigée par une dame, Jennita, qui a une solide expérience dans le domaine : elle a travaillé dans de prestigieux hôtels des Seychelles avant de lancer sa propre guesthouse. Notre hôtesse était très gentille, pleine de bons conseils et super souriante. Un plaisir (surtout après le Britannia). On sent qu’elle aime son île (et on la comprend) et qu’elle aime le contact avec les gens. Petit déj léger mais très frais et bon. Jennita s’est occupée de nous louer des vélos, de nos transferts en taxi jusqu’au port, etc. Prix indicatif : moins de 100 euros la nuit. Contact : jealicei@seychelles.net et tripadvisor.

Sur Mahé, il y a un réseau de bus assez efficace. Nous avons enfin compris l’utilité de la poignée située sur le dos du siège devant vous dans un bus. Elle est particulièrement utile aux Seychelles, les conducteurs de transports en commun seychellois conduisant d’une manière « folklorique ». Sur Praslin, un réseau de bus est également présent. Notre hôtel fournissait cependant une navette gratuite un jour sur deux qui allait de Grand’Anse à Anse Volbert et Anse Lazio. Quant à La Digue, le moyen de transport par excellence est le vélo. Vous pourrez en louer à des prix très intéressants un peu partout. Très peu de voitures sont présentes sur l’île mais vous trouverez tout de même un taxi qui vous permettra de faire les trajets du port vers votre hôtel sans traîner vos valises derrière vous. Il y a aussi des chars à boeufs, mais il s’agit plus d’un attrape touriste qu’autre chose… Joli à photographier, sans plus selon nous (mais nous n’avons pas testé).

Trajets inter-îles

Le catamaran Cat Cocos, qui assure la liaison Mahé-Praslin en environ 1h

Comme dit plus haut, nous avons voyagé avec Qatar Airways pour faire Paris-Victoria et retour (avec escale à Doha). Pour le trajet entre Mahé et Praslin, nous avons emprunté le Cat Cocos, catamaran super rapide (mais évitez de manger avant et surtout, essayez tant que possible de regarder au loin, je n’ai jamais vu autant de monde avoir le mal des transports en même temps : c’était comme une montagne russe, mais pendant une bonne heure sans pause). Certains préfèrent le faire en avion, cela dit. Pour le trajet entre Praslin et La Digue, nous avons emprunté le Cat Roses, un catamaran rapide également mais comme la distance est largement inférieure à celle entre Mahé et Praslin, pas d’excès de vitesse et pas de mal de mer. Ouf !

Excursions

Nous avons aussi participé à deux excursions en bateau : la première à partir de Praslin avec la compagnie Creole Travel Services sur l’île Curieuse (avec des tortues terrestres géantes) et l’îlôt Saint-Pierre (îlot paradisiaque idéal pour la plongée). Nous voulions aussi visiter Cousin, mais suite à une petite mésaventure, nous nous sommes contentés de Curieuse et Saint-Pierre. Notre seconde escapade en bateau a été faite à partir de La Digue vers les îles Cocos et Félicité (excursion « snorkeling »). Plus de détails dans le(s) prochain(s) article(s).

Au niveau de la durée de nos séjours sur chaque île, nous n’avons pas de regret. Nous avons eu un véritable coup de coeur pour La Digue… La capitale, Victoria, était enchanteresse également, notamment son marché haut en couleurs. Quant à Praslin, entre les plages idylliques et la Vallée de Mai, nous avons adoré. Mais ceci fera également l’objet d’un prochain article !

A suivre : Mahé, Praslin et La Digue!

NB : A prendre impérativement aux Seychelles : des lampes torches, si vous tenez à votre vie. Le soleil se couche tôt et l’éclairage public est parfois totalement inexistant. Et puis, comme ça, vous éviterez d’écraser des escargots :)