L’Ecorchée

J’ai terminé tout récemment L’écorchée de Donato Carrisi, l’auteur du Chuchoteur. L’écorchée en est d’ailleurs la suite, mettant en scène la même policière, Mila Vasquez, qu’on retrouve sept ans après l’enquête du Chuchoteur (vous pouvez retrouver mon article ici).

L'écorchée- le chuchoteur 2La jeune femme ne travaille plus aux homicides mais est à présent rattachée aux Limbes, le bureau des personnes disparues, dans lequel sont affichées les photos de ces gens coincés entre la vie et la mort. Elle chasse des victimes et non plus des tueurs. Tout s’enraye quand des personnes disparues depuis des années refont surface sous les traits de meurtriers. Les cadavres s’enchaînent. Puis la mécanique de Donato Carrisi se met en branle et les choses se mettent en place pour faire apparaître un esprit manipulateur… Cette fois, Mila Vasquez travaille avec un agent spécial considéré comme un paria (son seul ami est son chien) et féru d’anthropologie, Simon Berish.

Mon avis sur ce roman est mitigé (contrairement à la majorité des commentaires qui ont fleuri à son sujet sur la toile). Tout d’abord, c’est bête mais un petit rappel de l’affaire du Chuchoteur n’aurait pas été un luxe pour un roman qui est présenté comme la suite. Je ne sais pas pour vous mais j’ai lu le premier opus durant l’été 2011 et entretemps, j’ai dévoré pas mal d’autres bouquins… Je me souviens des grandes lignes mais pas de tout, et j’aurais apprécié un léger rappel. Ici, l’auteur sous-entend pas mal de choses qui sont censées faire tilter le lecteur mais de mon côté, ça a juste été super frustrant… Ensuite, par moments, l’histoire peine à démarrer, l’intrigue est bonne mais elle manque malgré tout d’un petit quelque chose en plus, que celle du Chuchoteur possédait. Quant à la conclusion (qui selon moi n’en est pas une), elle m’a frustrée et laissée sur ma faim également. Certains parlent d’un troisième volume pour achever tout cela… Pas convaincue.

Comme pour le Chuchoteur, il est impossible de savoir où et quand se déroule l’intrigue… C’est assez déroutant, voire dérangeant. Je présume que l’auteur fait cela afin de ne rattacher son roman à aucun lieu, à aucun moment pour éviter que le roman ne « périme » et que tout un chacun puisse imaginer que l’intrigue se déroule ici et maintenant mais c’est un procédé qui m’a ennuyée… J’essayais de chercher des indices (le lac, la montagne à 2h de la métropole, etc.). Cela m’a un peu distraite de l’intrigue.

Du même auteur, je dois encore lire Le tribunal des âmes, qui m’attend sagement sur mon étagère.

Vous l’avez lu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Publicités

Le chuchoteur

Cela faisait un petit moment que je lisais moins… A mon grand désespoir, ces derniers temps, j’accrochais plus difficilement aux bouquins que j’entamais, je lisais moins vite, je faisais dix choses à la fois et j’avais plein de choses en tête pendant que je tournais les pages. A l’occasion de quelques jours offline, je me suis préparé une petite cargaison de bouquins pour me remettre dans le bain. J’ai dévoré trois pavés en quelques jours, ça m’a fait un bien fou.

Premier dévoré : Le chuchoteur, de Donato Carrisi. Celui-là me faisait de l’oeil depuis un moment : commandé très vite sur Amazon, je l’ai lu en une journée… Un véritable ogre. D’ailleurs, j’ai presque déjà envie de le relire, tant j’ai l’impression d’avoir été trop vite et de n’avoir pu « digérer » les informations au fur et à mesure…

Dans les premières pages de ce roman, inspiré de faits réels, on découvre le personnage de Mila Vasquez, qui va être le personnage central du roman. Flic spécialisée dans la recherche des enfants disparus, on la suit au cours d’une intervention. Dans la suite, le lecteur est projeté, comme Mila, dans une enquête difficile : 5 petites filles ont été enlevées dans la région depuis quelques jours, et deux jeunes garçons et leur chien ont découvert, enterré à l’orée d’un bois, le bras gauche d’une petite fille. Arrivée sur place, la police découvre que ce n’est pas un bras mais cinq qui sont enterrés là… Jusqu’à en découvrir un sixième… L’équipe de flics en charge, dirigée par un professeur de criminologie, Goran Gavila, va mettre tout en oeuvre pour élucider cette série de crimes…

L’enquête est palpitante, le roman est parfaitement bien rédigé (et traduit), on se sent intégré à l’équipe de flics… On se sent démuni, impuissant, puis on découvre des pistes, on sent le voile se déchirer, puis non, ça recommence… J’ai englouti ses 574 pages en moins de 10 heures, ça en dit long sur l’aspect « page turner » du bouquin. Excellent policier, original, addictif, etc. J’ai hâte que cet auteur récidive !