Maine

J’ai mis un temps fou à découvrir un autre roman de l’auteure J. Courtney Sullivan depuis ma lecture de son premier livre, Commencement. J’avais démarré Maine au mois d’octobre 2014 mais ce n’était pas ce que j’avais envie de lire à ce moment là (cf. ce que je disais ici). Cependant, je me suis replongée dedans récemment et je n’ai pas regretté d’avoir insisté, rien que pour le dépaysement (mais vous connaissez mon faible pour les voyages).

Maine-Final-Cover1Maine nous raconte l’histoire de la famille Kellehers sur plusieurs générations. Les Kellehers vivent à Boston mais, suite à un pari gagné par le patriarche, Daniel, ils possèdent également une maison de vacances au bord de la mer, dans le Maine.

On suit la vie, les déboires et les aventures de quatre femmes distinctes : Alice, la grand-mère, veuve de Daniel, qui se replonge dans ses souvenirs de jeunesse et nous raconte simultanément son présent, dans lequel elle se consacre en bonne partie à sa foi catholique. On a aussi Kathleen, sa fille qui vit en Californie dans une ferme de vers de terre et qui s’était promis de ne pas remettre les pieds dans la maison de Cape Neddick et de se tenir loin de la famille. Il y a Ann Marie, sa belle-fille, un peu maniaque, un peu pénible, qui veut toujours aider tout le monde et s’est passionnée récemment pour décoration de maisons de poupée. Et qui espère, plus ou moins secrètement, devenir propriétaire du cottage avec son mari Daniel, quand Alice ne sera plus là. Enfin, nous avons Maggie, sa petite-fille de 32 ans, fille de Kathleen, qui est écrivain, vit à New York et vient de rompre avec son petit copain. Maggie est venue se ressourcer dans le Maine pour prendre un peu de recul sur sa vie avant d’attaquer la suite.

Par un concours de circonstances particulier, ces quatre femmes qui n’ont pas l’habitude d’être sous le même toit vont passer quelques jours à cohabiter dans la maison du Maine, engendrant des tensions plus que palpables. Alice a pris une décision concernant la propriété de Cape Neddick qui va complètement chambouler l’existence de ses enfants, au grand désespoir d’Ann Marie et de son mari Daniel. Maggie essaie de profiter du calme du village pour pouvoir se poser et réfléchir à son futur. Ann Marie, comme à son habitude, se dévoue pour tenir compagnie à Alice et en profite pour transformer cela en un week-end festif pour le 4 juillet avec son mari et un couple d’amis. Kathleen n’a rien à faire là, n’a pas envie d’être là, mais elle veut plus que tout être aux côtés de sa fille. Les tensions familiales déjà présentes vont s’accentuer quand le prêtre va, sans le vouloir, révéler les plans d’Alice concernant le cottage.

Ce roman n’a pas été coup de coeur mais l’ambiance y était très agréable. Je me suis échappée dans le Maine (que je visualise un peu comme le Cape Cod, que j’ai adoré). Pas de réelle identification ici, le personnage le moins énervant étant Maggie. Les autres ont vraiment des côtés « tête à claques » qui les rend parfois franchement antipathiques même si on s’intéresse à l’histoire, qu’on veut comprendre le pourquoi du comment. Bref : une lecture loin d’être indispensable mais tout de même agréable rien que pour les flashes d’air iodé, de soleil et de bois flotté.

East Coast (4) – Cape Cod : Provincetown & Martha’s Vineyard

Me revoici pour un nouvel article concernant notre voyage sur la côte Est des USA en octobre 2012 ! Après avoir visité Boston et Cambridge et juste après notre petite virée chez les sorcières de Salem et dans le magnifique « fall foliage » du Walden Pond, nous avons repris notre grande voiture pour descendre vers le Cape Cod et notre prochaine étape à Provincetown. En théorie, j’avais prévu de jeter un oeil à une ville en chemin (Plymouth, la plus vieille des villes des USA qui fut fondée par les colons du Mayflower). Cependant, comme souvent, j’avais sous-évalué la durée des étapes précédentes (et le fait qu’on se soit perdus à Salem ainsi que le coup de coeur pour le Walden Pond et qu’on y ait traîné un peu trop). Du coup, on a décidé de tracer (surtout que selon le guide, ces arrêts étaient sympas mais sans plus). On n’a pas pu profiter de la vue sur le Cape en route. De nuit, on ne voyait juste rien… :p On a prévenu les propriétaires de notre maison d’hôtes (Kevin et Keith, de Beaconlight Guesthouse) qu’on serait en retard et ils ont été super géniaux pour qu’on puisse quand même récupérer notre chambre à notre arrivée.

EASTCOASTTOPRINT4

Provincetown, son centre, son monument (Pilgrim’s tower), sa Pumpkin Pie :-)

On était dans une chambre très jolie, très cozy au rez-de-chaussée. La guesthouse est à deux pas du centre de Provincetown (ou P-Town), avec un petit-déjeuner absolument génial (mmmh leurs scones tout frais <3). Le premier jour, dès le matin, nous avons filé jusqu’au port pour notre excursion « Whalewatch« , réservée en ligne avant notre départ. Nous avons traversé les rues au pas de course, sous un soleil magnifique (mais une température assez fraîche). La saison n’était pas idéale pour observer les baleines, donc nous n’avons pas été trop déçus de ne pas en voir beaucoup et uniquement de loin. La balade était magnifique (je vous ai déjà dit qu’il faisait froid ? ah oui :p), la vue sur le Cape Cod du bateau était superbe : les phares, les plages, les maisons, etc. Nous sommes même remontés jusqu’à Boston faute de baleines, mais ça n’a pas été super efficace.

Résultat de notre excursion baleine : des empreintes, une queue de baleine et un oiseau... :p

Résultat de notre excursion baleine : des empreintes, une queue de baleine et un oiseau… :p

L’après-midi, on s’est baladés dans la ville, plus que « gay friendly » (là, l’église affichait fièrement un drapeau arc-en-ciel). Vive la tolérance :) Le lendemain, cap vers Martha’s Vineyard, l’île où Obama a passé ses premières vacances de président (bonjour l’information inutile). En chemin, on s’arrête au phare de Truro, juste à la sortie de Provincetown (photo ci-dessous). Puis, on arrive au port de Woods Hole pour prendre le ferry vers Martha’s Vineyard. On rencontre un Américain très gentil qui nous conseille de visiter la ville d’Edgartown en plus de Oak Bluffs et ses maisons en pain d’épices hyper touristiques. On l’écoute et on commence par Edgartown. Rien de spécifique à voir mais une ambiance agréable. En plus, on a pris le bus avec des ados qui revenaient du ferry et qui rentraient de l’école, c’était trop « The American Way of Life ».

En haut : Le phare de Truro, juste à côté de Provincetown. Ensuite, Martha's Vineyard, Oak Bluffs avec ses gingerbread houses et son adorable "gazebo"

En haut : Le phare de Truro, juste à côté de Provincetown. Ensuite, Martha’s Vineyard, Oak Bluffs avec ses gingerbread houses et son adorable « gazebo »

Ensuite, on a flâné à Oak Bluffs. Quand on avait lu « maisons en pain d’épices », on ne s’attendait pas à ça à ce point ! C’était comme de pénétrer dans un autre monde. Cet ensemble de maisons, « The Martha’s Vineyard Campground » consiste en une centaine de petits cottages colorés : on se croirait dans Alice au Pays des Merveilles ! Très calme, très silencieux et très … kitsch ! Mention spéciale pour la maison rose au balcon de laquelle était suspendue sa miniature en tous points égale (cf. photo ci-dessus). Et après notre balade, quand on est reparti vers le port, on a trouvé une super jolie rotonde, le gazebo (j’adore ce mot). Au coucher du soleil, c’était juste splendide ! Et je l’avoue, ça m’a juste fait penser à celle de Stars Hollow (dans Gilmore Girls, pour ceux qui n’ont pas tout suivi) !

Retrouvez les étapes précédentes de notre voyage : préparatifs, Boston et Cambridge et Salem & Walden Pond. Et à très vite pour NYC !

East Coast (1) – Programme et organisation

Deux mois plus tard (voire un peu plus), me voici pour vous parler un peu de notre superbe voyage sur la côte est des USA. Ce voyage, j’en rêvais depuis … au moins ça. Du plus loin que je m’en souvienne, j’ai eu envie de visiter New York, Cape Cod, Boston… Dès qu’un film se passe dans cette zone, je me prends à rêvasser à ce que j’aurais aimé vivre là-bas, à admirer ces jolies rues des banlieues ou des villages, les jolis petits centres, les traditions qui nous ont bercés, tout ça. Du coup, quand l’occasion s’est présentée de pouvoir réaliser ce rêve, j’ai foncé avec mon cher et tendre et nous avons réservé les billets en septembre pour un départ en octobre. Les billets d’avion, ça a été la partie la plus facile de notre quête : via le site Kayak, on a trouvé des vols pas trop cher pour ce qu’on voulait. On a choisi d’atterrir à Boston et de repartir de New York. Le tout pour une durée de douze jours. Un peu juste pour le programme qu’on a élaboré par la suite mais au final, ça a plutôt été une bonne chose : ok on a manqué Halloween, mais surtout, on a quitté New York un jour ou deux avant que l’ouragan Sandy ne vienne lui rendre visite…

b8acd9ba157b11e2af7822000a1fb04e_7

Côté vol, nous avons donc opté pour American Airlines. Pas le même standing que Qatar Airways mais bon, on s’y attendait et en même temps, on ne leur demandait pas la lune non plus. Juste de nous poser à bon port.

Au niveau des logements, ça s’est un peu corsé. Déjà, on était très très juste au niveau du timing : les choses bon marché et sympas étaient étonnamment déjà réservées… Avant toute chose, nous avons attaqué le programme de notre séjour, qui s’est articulé comme suit : trois nuits à Boston, deux nuits à Provincetown (Cape Cod), une nuit charnière (on comptait dormir en route mais on ne savait pas encore bien où) et on terminait par cinq nuits à New York. Une fois que cela a été déterminé, la recherche intensive de logement a débuté.

trajet

Notre trajet – A : Boston, B : Salem, C : Walden Pond, D : Provincetown, E : Martha’s Vineyard, F : nuit dans le Connecticut (à Guilford, où il n’y a rien de spécial) et enfin G : NYC

Après avoir posé la question sur Twitter et Facebook, j’ai récolté quelques noms d’hôtel pour New York mais bien évidement, tout était déjà complet (comme vu au début de ce paragraphe). Pas mal de gens m’ont également conseillé de consulter le site airbnb, qui permet à des particuliers de louer une chambre, un appart ou autre à d’autres particuliers. Pour NYC, ça n’a pas été fructueux : soit c’était moche, soit c’était cher, soit on a pas eu de réponse, soit c’était pris. Pour Boston, cependant, c’est là qu’on a trouvé notre bonheur : nous avons réservé l’appartement de Joanne et Julien, à Cambridge (à deux pas de Boston, il suffit de traverser le pont, et en plein coeur du campus du MIT et à côté de l’université d’Harvard <;3). Super expérience. Et une vue à tomber par terre sur la Charles River et sur Boston. Au Cape Cod, on a réservé dans une guesthouse qui avait récolté d’excellents avis sur Booking : Beaconlight Guesthouse. Petite maison adorable, petit déjeuner à tomber par terre, hôtes super gentils. Juste à côté du centre de Provincetown et pas bien loin de la mer. Absolument adorable ! A New York, enfin, nous avons opté pour un hôtel : le seul qui restait sur Booking avec de bonnes notes et un prix abordable. Très honnêtement, ça devait être le résultat d’une annulation, je ne vois pas d’autre explication. Il s’agissait du Herald Square Hotel, à côté de l’Empire State Building, de Macy’s et de Korea Town.

bostoncapecodnyc

Résumé de notre voyage en trois photos Instagram :)

Pour ce qui est des trajets, nous avons choisi de louer une voiture entre Boston et New York avec l’agence Hertz. Nous avons, pour plus de facilité, choisi de procéder d’aéroport à aéroport. Pas la meilleure idée finalement mais bon. Petit hic : nous voulions une voiture de taille moyenne (type Ford Focus, catégorie B) avec GPS. En arrivant à l’agence, ils nous annoncent ne pas avoir de GPS sur les véhicules de catégorie B disponible. Le premier véhicule équipé étant une voiture de catégorie F (la plus élevée et la plus chère) : une Nissan Altima rouge. Le fait est que sans GPS, on était juste complètement perdus donc on a accepté de payer la différence mais ouch. A refaire, nous considérerons l’achat des cartes adaptées sur notre propre GPS.

schoolbus

Du côté des petits détails à noter pour un tel voyage : la conduite sur voiture automatique, les pourboires, la sympathie naturelle des Américains. Voiture automatique : j’appréhendais, à tort. Par contre, j’ai appréhendé encore plus quand j’ai vu la taille de mon carrosse. Mais ça s’est bien passé. Les pourboires : entre 15 et 20% de la note lorsque vous allez au restaurant ou boire un verre. Plus d’infos sur l’article de Mathilde, qui vit à Boston depuis un moment (j’aurais aimé lire ça avant notre voyage :) – son blog est plein de super infos, n’hésitez pas à flâner !). La sympathie naturelle des Américains : un vrai bonheur pour moi qui ai tendance à parler facilement aux gens (en Belgique ça va, en France parfois moins :p). On croise des gens dans un bus, au petit-déjeuner et naturellement, un échange se fait et c’est juste super enrichissant ! Dès qu’on essayait de prendre une photo de nous deux, il y avait toujours un passant pour proposer de la prendre pour nous (sauf à New York, étonnamment). Absolument adorables !

Bref, tout ça pour vous dire que j’ai adoré ce voyage. Je pense faire comme pour les Seychelles : ce premier article un peu généraliste avec les infos sur les hôtels, logements, etc. Et les suivants sur Boston, Salem, Walden Pond, Cape Cod et New York. En espérant que ça vous plaise et que ça puisse en aider certains. Voilou ! A la prochaine pour l’épisode 2 :)