La vie d’une autre

Cet été, au programme, des vacances idylliques (je vous en dirai plus dans un futur article). J’avais emporté quelques bouquins, car la destination en question (les Seychelles) n’est pas réputée pour une vie trépidante lorsque le soleil se couche (aux alentours de 18h30 en hiver, donc maintenant) : pas de promenade en ville le soir ou de lèche-vitrine, donc on avait prévu de quoi lire. Erreur : mon cher et tendre n’a avancé que de quelques pages dans le bouquin qu’il traîne depuis plusieurs mois (et qui tombe en lambeaux) et moi, je n’ai réussi à lire qu’un seul livre. J’en ai commencé un second, Confessions of a Jane Austen Addict de Laurie Viera Rigler, mais je n’ai pas accroché… Je le retenterai plus tard…

Le seul que j’ai lu a été un choix de facilité : le plus court et celui nécessitant à mes yeux le moins d’implication. J’ai opté pour un roman français : La vie d’une autre, de Frédérique Deghelt. Je dois avoir un truc pour l’amnésie pour le moment, ça fait le troisième bouquin en quelque temps dont c’est l’un des sujets principaux… (cf. les articles Robe de marié et Avant d’aller dormir).

Paris, Marie a 25 ans, elle va commencer un nouveau job, elle fait la fête pour célébrer cela et rencontre le beau Pablo, pour qui elle a le coup de foudre immédiat. Ils passent la nuit ensemble, et le lendemain, Marie se réveille à ses côtés… Douze années plus tard. Mariée, deux enfants, le tout en l’espace d’une nuit. Les années passées : elle ne sait plus, elle a tout oublié. Elle réapprend sa vie, ses routines, ses enfants, son mari, ses souvenirs. Au départ, elle ne parle pas de son problème, pas même à Pablo (qu’à ses yeux, elle vient de rencontrer), elle, avec ses yeux de célibataire de 25 ans, essaie de comprendre sa vie actuelle, ses décisions passées qui ont fait qu’elle est arrivée là où elle en est. Et surtout, elle veut savoir ce qui a pu se produire pour qu’elle rejette d’un seul coup toutes ces années, cette vie heureuse, pour le noir total. Elle en parle avec un ami de la famille, médecin, qui va tenter de l’aider dans la tâche qu’elle s’est assignée… Tout doucement, elle avance.

Ce roman m’avait été conseillé par une demoiselle qui adore la lecture sous toutes ses formes : je ne pouvais qu’avoir envie de découvrir ce livre qu’elle avait tant aimé. Verdict, très bien ! Pas le roman inoubliable qui change la vie, mais on y croit, on se demande avec Marie ce qui se passe, on cherche, on gratte, et on découvre son présent en même temps qu’elle… La vie d’une autre constitue ma première rencontre avec Frédérique Deghelt. Je retenterai l’expérience, probablement avec son roman La grand-mère de jade, dont j’ai entendu beaucoup de bien.

NB : l’info utile (ou pas) : le bouquin existe aussi en poche chez Babel, avec une couverture plus jolie.

Second NB : J’ai récemment lu aussi La délicatesse, de David Foenkinos, qui a conquis beaucoup de lecteurs. Personnellement, je n’ai pas du tout trouvé ce bouquin exceptionnel, donc je n’en ferai pas un billet. Il se laisse lire, mais ne casse pas trois pattes à un canard. J’ai Nos séparations du même auteur dans ma PAL, une chose est sûre, La délicatesse ne m’a pas motivée à le lire en priorité…

Publicités