Quartier lointain

Parfois, je choisis les livres pour des raisons étranges (la couverture, une sonorité au niveau du titre, un résumé qui m’attire – bon ce dernier point est plus commun :)). Puis, d’autres fois, je me base sur l’opinion publique (souvent, c’est décevant) ou sur les conseils d’amis/connaissances/blogs/llibraires (souvent c’est intéressant).

quartierlointainLe livre dont je vais vous parler aujourd’hui m’a été conseillé par une ancienne collègue et par un libraire très sympa. Leurs commentaires super élogieux m’ont poussée à faire ma première rencontre avec le monde de la BD japonaise ou du manga. Il faut dire que depuis les mangas « mainstream » qu’on a tous connus étant gosses (Goldorak, Les chevaliers du zodiaque, Dragon Ball, Lamu, Caroline et le poudrier, etc.), je n’avais jamais vraiment retenté le manga. Et se remettre dedans avec cette oeuvre de Jirō Taniguchi, publiée pour la première fois en 1998, m’a fait découvrir une toute autre facette de ce genre. Quartier Lointain est terriblement doux, plein de poésie et de mélancolie.

On découvre la vie d’un homme d’affaire japonais, marié, deux enfants, jamais sans son costume trois pièces et son attaché-case. La veille, il a un peu abusé niveau boisson (si peu). A la gare, en voulant rentrer chez lui, il se trompe de train et se retrouve dans le village de son enfance. Ses pas l’emmènent malgré lui sur les chemins qu’il empruntait plus jeune de son ancienne maison jusqu’au cimetière et à la tombe de sa mère. Là, il est victime d’un malaise et perd connaissance quelques instants. Et se réveille, étrangement souple et en forme. A 14 ans. Hiroshi ne comprend pas ce bond dans le temps mais est forcé de constater qu’il a retrouvé la vie et le monde de son adolescence avec les connaissances de l’âge adulte. Sa mère est en vie, son père n’a pas encore quitté sa famille, Hiroshi peut encore tout comprendre et essayer de changer les choses. Mais ce n’est pas si simple. Et le regard neuf que va pouvoir poser l’adolescent sur ses parents sera un regard d’adulte, enfin à même de comprendre certaines choses qui avaient échappé à ses yeux d’enfants. Durant les dix mois qui lui restent avant le départ de son père, Hiroshi va revivre son histoire autrement, tant au niveau familial que scolaire et amical.

quartier-lointain-2

J’ai beaucoup aimé cette bande dessinée. Sobre avec ses pages monochromes, l’histoire est douce-amère, enchanteresse. Je vous ai déjà parlé de mon attrait pour la délicatesse de la littérature japonaise (Yoko Ogawa notamment) et j’ai été ravie de retrouver cette douceur ici. Je n’ai qu’une chose à ajouter : bonne lecture ;) !

Publicités