La poursuite du bonheur

Une petite plongée dans l’Amérique des années 40-50, ça vous tente ? Douglas Kennedy vous sert cela sur un plateau, avec en prime une magnifique histoire, pleine d’intelligence, de douceur et de dureté aussi. La poursuite du bonheur est un roman en sépia, absolument magnifique. Mais je vous raconte tout ça de suite !

Alors, je vous ai déjà parlé de Douglas Kennedy, dont j’avais lu jusqu’à présent trois romans : Quitter le mondeL’homme qui voulait vivre sa vie et les charmes discrets de la vie conjugale. Je n’avais pas été convaincue par les deux premiers, mais dans les trois cas, j’avais passé de bons moments. Ce n’étaient cependant pas des coups de coeur. Celui-ci en est un !

Tout démarre aujourd’hui avec Kate, une jeune femme divorcée avec un enfant, qui vient de perdre sa mère. Aux funérailles, elle voit une vieille dame inconnue, qui tente de rentrer en contact avec elle de manière légèrement insistante. Irritée, Kate se rend chez elle afin de lui demander de la laisser tranquille. En rentrant dans l’appartement new-yorkais de l’inconnue, Kate est surprise et en colère de découvrir des photos de sa famille sur les murs de cette femme qu’elle n’a jamais vue de sa vie avant cet enterrement. A ce moment, le roman bascule dans le passé : années 40, on suit l’histoire de Sara Smythe, une jeune fille WASP tout ce qu’il y a de bien, qui écrit des chroniques pour la presse. Lors d’une soirée de Thanksgiving chez son frère, elle rencontre Jack Malone, un jeune homme qui revient d’Europe où il a été correspondant de guerre. Le coup de foudre est immédiat, mais la réalité sépare les amoureux dès le lendemain de leur rencontre : Jack doit repartir en Europe, où il a accepté une mission de 9 mois. Ils se jurent de s’écrire et de se retrouver après ces neuf mois, sur le quai… Sara écrit, écrit, écrit, et ne reçoit rien en retour. Elle déprime, broie du noir et puis finalement, la vie reprend son cours, elle se marie, avance… Mais n’oublie jamais Jack. Jusqu’à ce que, quelques années plus tard, elle le recroise par hasard à Central Park, avec sa femme et son bébé…

Sur fond de chasse aux sorcières, ce roman nous entraîne dans une histoire magnifique, parfois cruelle, parfois triste, parfois drôle. Je n’ai pas eu un seul moment d’ennui pendant cette lecture, je me suis attachée à Sara, à Jack, à Eric (le frère de Sara). J’ai vraiment adoré chaque instant passé avec ce livre ! Je ne peux que vous le conseiller très vivement ! :)

Et, un peu hors sujet, je vous informe de la sortie de la première application iOS (pour iPhone et iPad) de mon cher et tendre :) pour plus d’informations, visitez le site web de l’app ! Et pour la télécharger, c’est par ici (pour info, elle coûte 1,59€). Merci pour lui !!!