Le chuchoteur

Cela faisait un petit moment que je lisais moins… A mon grand désespoir, ces derniers temps, j’accrochais plus difficilement aux bouquins que j’entamais, je lisais moins vite, je faisais dix choses à la fois et j’avais plein de choses en tête pendant que je tournais les pages. A l’occasion de quelques jours offline, je me suis préparé une petite cargaison de bouquins pour me remettre dans le bain. J’ai dévoré trois pavés en quelques jours, ça m’a fait un bien fou.

Premier dévoré : Le chuchoteur, de Donato Carrisi. Celui-là me faisait de l’oeil depuis un moment : commandé très vite sur Amazon, je l’ai lu en une journée… Un véritable ogre. D’ailleurs, j’ai presque déjà envie de le relire, tant j’ai l’impression d’avoir été trop vite et de n’avoir pu « digérer » les informations au fur et à mesure…

Dans les premières pages de ce roman, inspiré de faits réels, on découvre le personnage de Mila Vasquez, qui va être le personnage central du roman. Flic spécialisée dans la recherche des enfants disparus, on la suit au cours d’une intervention. Dans la suite, le lecteur est projeté, comme Mila, dans une enquête difficile : 5 petites filles ont été enlevées dans la région depuis quelques jours, et deux jeunes garçons et leur chien ont découvert, enterré à l’orée d’un bois, le bras gauche d’une petite fille. Arrivée sur place, la police découvre que ce n’est pas un bras mais cinq qui sont enterrés là… Jusqu’à en découvrir un sixième… L’équipe de flics en charge, dirigée par un professeur de criminologie, Goran Gavila, va mettre tout en oeuvre pour élucider cette série de crimes…

L’enquête est palpitante, le roman est parfaitement bien rédigé (et traduit), on se sent intégré à l’équipe de flics… On se sent démuni, impuissant, puis on découvre des pistes, on sent le voile se déchirer, puis non, ça recommence… J’ai englouti ses 574 pages en moins de 10 heures, ça en dit long sur l’aspect « page turner » du bouquin. Excellent policier, original, addictif, etc. J’ai hâte que cet auteur récidive !

Publicités