East Coast (5) – I  NYC !

Plusieurs mois après mon dernier article sur notre voyage sur la côte Est des USA (et plus d’un an après notre retour), voici enfin le dernier volet consacré à la grosse pomme, New York City !

Pour situer un peu, j’ai passé des années à rêver de New York et de la Nouvelle-Angleterre. Notre périple sur la côte est a débuté sur papier comme un citytrip à NYC. Comme on le sait, ça s’est fini par un sacré petit tour de Boston à New York via Provincetown. Etrangement (ou pas, c’est selon), c’est New York qui me faisait le plus rêver qui m’a peut-être le moins plu… Les étapes précédentes étaient très européennes et surtout très « douces », avec des gens souriants et adorables. Et puis, arrivée à New York, je crois que pour ainsi dire, j’ai pris la ville en pleine figure. Bon, je vous rassure, après un ou deux jours d’adaptation, j’ai adoré ! Mais une chose est certaine, plus jeune je voulais y vivre, de ce côté, il n’y a pas photo. C’est un non catégorique. Alors que Boston ou nos autres étapes, je dirais pourquoi pas.

Dans le désordre : Musée d'histoire naturelle, Central Park, vue depuis le Top of the Rock sur l'Empire State Building, vue nocturne sur Manhattan depuis l'Empire State Building , la statue de la liberté, Brooklyn, Memorial du 11/09/2001

Dans le désordre : Musée d’histoire naturelle, Central Park, vue depuis le Top of the Rock sur l’Empire State Building, vue nocturne sur Manhattan depuis l’Empire State Building , la statue de la liberté, Brooklyn, Memorial du 11/09/2001

Bref :) Reprenons au début : Après avoir quitté l’île de Martha’s Vineyard, on a récupéré notre tank pour rejoindre New York. On avait prévu une étape sur le trajet mais sans rien réserver. Nous étions donc libres de nous arrêter un peu où on voulait. Au final, nous n’avons pas visité Mystic ni New Haven (pour l’université de Yale) et avons simplement roulé. Mon objectif, le soir : trouver un Burger King pour le repas. Au final, j’ai cédé à un McDo sinon j’aurais fini par arriver à NYC :p Cela dit, j’étais fan du concept des panneaux annonçant des restos disponibles à chaque sortie d’autoroute ! De fatigue, je me suis arrêtée un peu au hasard, dans un patelin du Connecticut du nom de Guilford et absolument inintéressant. Le lendemain, on a fait un break en chemin dans un mall typiquement américain, avec des rayonnages de peanut butter de fous ! On était comme des gamins. Génial ! :) Et puis hop, cap sur NYC sur les autoroutes US, toujours un vrai plaisir de conduite.

Notre hôtel dans la Grosse Pomme était vraiment chouette (même si moins chaleureux que notre guesthouse au Cape Cod mais bon, c’était des mondes diamétralement opposés). Il s’agissait du Herald Square Hotel, juste à côté de Korea Town et à deux pas de Macy’s et de l’Empire State. On a été ravis.

On a essayé de couvrir un maximum de terrain durant notre séjour dans la ville. Malgré tout, on a oublié des choses, comme la High Line, qui est parait-il un « must see » (pas grave, on y retournera :p)… Mais bon, on pouvait difficilement tout faire. Surtout vu la surprise que mon mari (oui, maintenant je peux l’appeler ainsi :)) m’avait préparée. Mais ça, je ne le savais pas encore.

On a commencé par une virée chez Macy’s (il y avait déjà les décos de Noël, c’était féérique !) suivie de la visite de l’American Museum of Natural History (la baleine, les dinosaures, … Waouw) et un petit passage dans Central Park. Le lendemain, on a vu la plus fameuse gare de la ville, Grand Central Terminal, coeur du premier épisode de Gossip Girl et souvent utilisée au cinéma ou dans les séries. Impressionnante ! Puis Rockfeller Center avec la montée au sommet de Top of the Rock et la vue complètement hallucinante sur la ville et sur Manhattan. A couper le souffle ! Ensuite on a enchaîné sur Time Square et le Flatiron Bldg. On est rentrés via la 5th Avenue et une petite visite (et un tout petit craquage) chez Tiffany. Je n’ai pas pu résister à ce temple, à cette légende et à cette petite boîte bleue. J’ai adopté une petite paire de boucles d’oreilles. Mais je sors du sujet là :)

A la suite, on a attaqué les gros morceaux : Ellis Island et son musée sur l’immigration (absolument passionnant du début à la fin ! On y apprend un tas de choses super intéressantes, c’est vraiment une magnifique visite !) puis Liberty Island.  On ne pouvait pas monter dans la statue de la liberté mais elle était déjà pleine de superbe vue d’en bas ! En plus, on a eu de la chance car quelques jours après, l’ouragan Sandy a rendu la visite de ces deux îles impraticable… De retour sur Manhattan, via Battery Park, nous avons rejoint le site du World Trade Center et le memorial 9/11. C’est un endroit magnifique et extrêmement touchant. Les deux bassins creusés à l’emplacement des deux tours sont bouleversants, avec cette eau qui s’écoule à l’infini, ces noms qui sont sobrement écrits sur les bords des bassins. Après cette visite, on a un peu flâné au bord de l’Hudson, à côté du financial center, d’où on a regardé le coucher de soleil avec la statue de la liberté à l’horizon. Après cela, on a filé vers Midtown pour visiter l’Empire State Bldg de nuit. Renversant ! La vue sur la ville est absolument spectaculaire ! En plus, mon Gorilla pod a passé la sécurité avec succès… Bon, après coup, j’ai quand même appris d’un garde que je n’y avais pas droit et que je devais le ranger mais j’avais déjà fait plein de photos nettes !

Montages1

Le lendemain a été une journée assez spéciale :) Je ne le savais pas mais on allait se fiancer ce jour-là. Au programme, avant cet évènement mémorable, nous avons fait plein de photos sympas dans la LOVE sculpture (adresse : 1359 Avenue of the Americas, New York, NY, États-Unis). On a ensuite enchaîné sur le MET Museum, très intéressant (même si moins sympa que le musée d’histoire naturelle). Puis un petit détour par Central Park pour voir la statue d’Alice au Pays des Merveilles et le mémorial dédié à John Lennon, sobrement appelé Strawberry Fields (comme la chanson). Après, on a passé quelques instants dans Chinatown et Little Italy, mais personnellement, le charme de ces deux quartiers m’a laissée de marbre… Le soir, on devait aller dans un resto un peu sympa, puis mon désormais mari m’a surprise avec une limousine (comme dans les films), une demande en mariage et une superbe soirée dans un restaurant péniche, le River Café (qui a subi de sacrés dommages suite au passage de l’ouragan Sandy), sur les bords de l’East River, au pied du pont de Brooklyn, avec Manhattan en arrière-plan. 

Le jour suivant, la tête dans les nuages et le sourire aux lèvres, on a poursuivi notre découverte de la Big Apple en traversant le pont de Brooklyn et en se baladant dans les jolies rues de ce quartier. On a mangé le midi dans un chouette petit café, Tazza. On a passé du temps également du côté de NYU, près du Washington Square Park (avec un arc dédié à George Washington). Puis, on a repris le chemin de l’aéroport pour notre vol retour vers l’Europe.

Pour nos visites, on s’était décidé pour le City Pass, histoire de combiner les billets des visites pour faire quelques économies : on a donc opté pour ce système pour l’Empire State, Top of the Rock, Ellis et Liberty Islands, le MET, le Musée d’Histoire Naturelle. Le MOMA était également inclus mais nous avons choisi de ne pas le visiter, par manque de temps (et puis, entre nous, l’art moderne, je ne comprends pas en général). Niveau bouffe, en règle générale, on a favorisé les chaînes à New York : on a beaucoup aimé Prêt à Manger, l’incontournable Starbucks (en plus il y avait le wifi :D), on a tenté le Shake Shack à côté de l’American Museum of Natural History mais ça m’a rendue malade… :( A mon avis, excès de bouffe américaine depuis le début du voyage. Du coup, j’ai mangé plein de bananes. Bonheur,  il y avait plein de vendeurs de fruits en rue ! On a aussi profité de notre visite à NYC pour rencontrer Cococcinelle et son cher et tendre ;) On a été ravis. Nous avons également ramené des jeans Levi’s (ils sont plus souples là-bas) et d’autres jolis souvenirs de la Big Apple. Et vous, vous avez préféré quoi à New York ?

Retrouvez aussi tous les autres articles consacrés à notre voyage sur la côte est : Préparatifs, Boston et Cambridge, Salem et Walden Pond, Cape Cod : Provincetown et Martha’s Vineyard. Bonne lecture !

Publicités

East Coast (1) – Programme et organisation

Deux mois plus tard (voire un peu plus), me voici pour vous parler un peu de notre superbe voyage sur la côte est des USA. Ce voyage, j’en rêvais depuis … au moins ça. Du plus loin que je m’en souvienne, j’ai eu envie de visiter New York, Cape Cod, Boston… Dès qu’un film se passe dans cette zone, je me prends à rêvasser à ce que j’aurais aimé vivre là-bas, à admirer ces jolies rues des banlieues ou des villages, les jolis petits centres, les traditions qui nous ont bercés, tout ça. Du coup, quand l’occasion s’est présentée de pouvoir réaliser ce rêve, j’ai foncé avec mon cher et tendre et nous avons réservé les billets en septembre pour un départ en octobre. Les billets d’avion, ça a été la partie la plus facile de notre quête : via le site Kayak, on a trouvé des vols pas trop cher pour ce qu’on voulait. On a choisi d’atterrir à Boston et de repartir de New York. Le tout pour une durée de douze jours. Un peu juste pour le programme qu’on a élaboré par la suite mais au final, ça a plutôt été une bonne chose : ok on a manqué Halloween, mais surtout, on a quitté New York un jour ou deux avant que l’ouragan Sandy ne vienne lui rendre visite…

b8acd9ba157b11e2af7822000a1fb04e_7

Côté vol, nous avons donc opté pour American Airlines. Pas le même standing que Qatar Airways mais bon, on s’y attendait et en même temps, on ne leur demandait pas la lune non plus. Juste de nous poser à bon port.

Au niveau des logements, ça s’est un peu corsé. Déjà, on était très très juste au niveau du timing : les choses bon marché et sympas étaient étonnamment déjà réservées… Avant toute chose, nous avons attaqué le programme de notre séjour, qui s’est articulé comme suit : trois nuits à Boston, deux nuits à Provincetown (Cape Cod), une nuit charnière (on comptait dormir en route mais on ne savait pas encore bien où) et on terminait par cinq nuits à New York. Une fois que cela a été déterminé, la recherche intensive de logement a débuté.

trajet

Notre trajet – A : Boston, B : Salem, C : Walden Pond, D : Provincetown, E : Martha’s Vineyard, F : nuit dans le Connecticut (à Guilford, où il n’y a rien de spécial) et enfin G : NYC

Après avoir posé la question sur Twitter et Facebook, j’ai récolté quelques noms d’hôtel pour New York mais bien évidement, tout était déjà complet (comme vu au début de ce paragraphe). Pas mal de gens m’ont également conseillé de consulter le site airbnb, qui permet à des particuliers de louer une chambre, un appart ou autre à d’autres particuliers. Pour NYC, ça n’a pas été fructueux : soit c’était moche, soit c’était cher, soit on a pas eu de réponse, soit c’était pris. Pour Boston, cependant, c’est là qu’on a trouvé notre bonheur : nous avons réservé l’appartement de Joanne et Julien, à Cambridge (à deux pas de Boston, il suffit de traverser le pont, et en plein coeur du campus du MIT et à côté de l’université d’Harvard <;3). Super expérience. Et une vue à tomber par terre sur la Charles River et sur Boston. Au Cape Cod, on a réservé dans une guesthouse qui avait récolté d’excellents avis sur Booking : Beaconlight Guesthouse. Petite maison adorable, petit déjeuner à tomber par terre, hôtes super gentils. Juste à côté du centre de Provincetown et pas bien loin de la mer. Absolument adorable ! A New York, enfin, nous avons opté pour un hôtel : le seul qui restait sur Booking avec de bonnes notes et un prix abordable. Très honnêtement, ça devait être le résultat d’une annulation, je ne vois pas d’autre explication. Il s’agissait du Herald Square Hotel, à côté de l’Empire State Building, de Macy’s et de Korea Town.

bostoncapecodnyc

Résumé de notre voyage en trois photos Instagram :)

Pour ce qui est des trajets, nous avons choisi de louer une voiture entre Boston et New York avec l’agence Hertz. Nous avons, pour plus de facilité, choisi de procéder d’aéroport à aéroport. Pas la meilleure idée finalement mais bon. Petit hic : nous voulions une voiture de taille moyenne (type Ford Focus, catégorie B) avec GPS. En arrivant à l’agence, ils nous annoncent ne pas avoir de GPS sur les véhicules de catégorie B disponible. Le premier véhicule équipé étant une voiture de catégorie F (la plus élevée et la plus chère) : une Nissan Altima rouge. Le fait est que sans GPS, on était juste complètement perdus donc on a accepté de payer la différence mais ouch. A refaire, nous considérerons l’achat des cartes adaptées sur notre propre GPS.

schoolbus

Du côté des petits détails à noter pour un tel voyage : la conduite sur voiture automatique, les pourboires, la sympathie naturelle des Américains. Voiture automatique : j’appréhendais, à tort. Par contre, j’ai appréhendé encore plus quand j’ai vu la taille de mon carrosse. Mais ça s’est bien passé. Les pourboires : entre 15 et 20% de la note lorsque vous allez au restaurant ou boire un verre. Plus d’infos sur l’article de Mathilde, qui vit à Boston depuis un moment (j’aurais aimé lire ça avant notre voyage :) – son blog est plein de super infos, n’hésitez pas à flâner !). La sympathie naturelle des Américains : un vrai bonheur pour moi qui ai tendance à parler facilement aux gens (en Belgique ça va, en France parfois moins :p). On croise des gens dans un bus, au petit-déjeuner et naturellement, un échange se fait et c’est juste super enrichissant ! Dès qu’on essayait de prendre une photo de nous deux, il y avait toujours un passant pour proposer de la prendre pour nous (sauf à New York, étonnamment). Absolument adorables !

Bref, tout ça pour vous dire que j’ai adoré ce voyage. Je pense faire comme pour les Seychelles : ce premier article un peu généraliste avec les infos sur les hôtels, logements, etc. Et les suivants sur Boston, Salem, Walden Pond, Cape Cod et New York. En espérant que ça vous plaise et que ça puisse en aider certains. Voilou ! A la prochaine pour l’épisode 2 :)

Putain, 10 ans…

Dix ans déjà depuis le 11 septembre 2001 et la chute des tours jumelles de Manhattan. Peut-être l’un des uniques moments ancrés à ce point dans la mémoire collective de notre génération, les quelques heures durant lesquelles presque tout le monde se souvient d’où il était, de ce qu’il faisait. Psychose. Rarement des images m’auront autant marquée, émue… J’avais 18 ans, j’allais commencer ma deuxième année d’université, je profitais des derniers jours de vacances en squattant chez ma soeur, dans la capitale (à l’époque, Bruxelles, ce n’était pas encore « chez moi », comme ça l’est devenu quelques années plus tard). Ma soeur travaillait dans le World Trade Center, à Bruxelles. Quelle idée d’appeler des tas de bâtiments de la même manière… Durant des mois, cela m’a stressée pour elle, même si c’était totalement irrationnel.

Au moment clé, on se baladait dans City 2, le centre commercial pile à côté de la rue Neuve. Et puis, d’un coup, l’atmosphère est devenue « différente ». Les télévisions de démonstration des magasins diffusaient toutes les mêmes images, atroces, d’un « accident » d’avion qui avait percuté une des Twin Towers à New York. Je me souviens qu’on est rentrées rapidement chez elle, qu’elle a rangé des trucs dans sa cuisine alors que j’étais hypnotisée par l’écran… Incapable d’en détacher mon regard, et de plus en plus paralysée par les images, les informations qui affluaient, les gens qui sautaient… J’ai rarement vu une horreur pareille, ressenti une telle compassion mêlée d’une impuissance terrible. L’amplitude de ces quatre attaques, les moyens employés, tout était simplement horrifiant… C’est bête mais je me souviens de l’épisode de Friends, juste après ces attentats, dédicacé aux habitants de New York. Je me souviens aussi que le générique de la série culte a rapidement changé et que les tours jumelles ont disparu de celui-ci… Comme pour repartir sur de nouvelles bases.

Alors, 10 ans après… Qu’est-ce qui a changé ? A présent, j’ai l’impression que les gens sont plus sur leurs gardes : les attentats nous remplissent toujours d’horreur, mais, c’est triste à dire, on vit avec cette peur. On prend le métro, on circule dans les grands centres commerciaux, on arpente les artères des villes, même en sachant que finalement, on n’est en sécurité nulle part. Le 11/09/01 nous a peut-être rendus plus lucides face à la menace du terrorisme… Plus lucides, mais pas plus puissants face à cet ennemi « invisible ».

Certains vont critiquer le fait qu’on en parle chaque année pendant des jours, mais de mon point de vue, ces images sont toujours aussi choquantes, même après les avoir vues, revues, rerevues… Je n’ose même pas imaginer à quoi aurait ressemblé cette catastrophe si les réseaux sociaux avaient eu en 2001 la même importance qu’aujourd’hui. Vous imaginez ? Twitter, Facebook, etc., au service des victimes et des héros du 11 septembre? Si la mort de Michael Jackson a fait planter Twitter, qu’est-ce que ce drame aurait provoqué… Le temps réel aurait rendu la détresse encore plus palpable et aurait encore plus marqué la conscience collective, si c’est possible. Ou aurait permis une meilleure gestion des émotions, un soutien de masse…

Depuis cette date, on a vu se multiplier encore et encore les T-shirts et autre objets arborant fièrement le logo « I <3 NY »… En soutien à la ville, aux gens, et plus seulement pour faire juste joli. Et moi, j’ai plus que jamais envie de visiter la ville qui ne dort jamais, le melting pot new-yorkais, et de voir la force de cette cité qui a relevé la tête encore plus haut après cette tragédie.

Putain, 10 ans déjà…