Le Hobbit

Hop, hop. Petit article cinéma en attendant que je rédige la suite de notre voyage aux USA et que je dévore un nouveau thriller. Tout récemment, nous avons choisi d’aller voir Le Hobbit. On en a parlé un peu partout, puis, nous, comme on est super téméraire, on s’est dit « soyons fous, on y va ».

The-Hobbit

Je ne vais pas vous raconter le film, à moins d’avoir vécu dans une grotte ces derniers mois, vous n’avez pas pu y échapper. Sinon, vous pouvez le retrouver la trame du livre .

Mon avis : alors, pour poser le décor, déjà, je dois vous dire que je n’ai JAMAIS accroché à l’univers de Tolkien. J’ai essayé, c’est pas ça : j’ai acheté le premier tome du Seigneur des Anneaux, je l’ai commencé (et arrêté très rapidement), j’ai essayé de regarder les films (je pense même en avoir vu un ou deux mais le souvenir est très très vague). Mais rien, aucun coup de coeur, aucune accroche. Il faut croire que cette histoire et moi, on a pas d’atomes crochus. Pourtant, le fantastique ne me rebute pas : j’ai aimé (adoré) Harry Potter et plein d’autres trucs. Mais Tolkien, ça ne passe pas…

THE HOBBIT: AN UNEXPECTED JOURNEY

Bref : je me suis endormie un peu, je me suis ennuyée pas mal, j’ai trouvé le temps long. Par contre, les paysages étaient superbes, la photographie et la réalisation aussi ! Waw. Les trolls aussi. Et puis, quelques répliques valaient le coup en VF, comme le fameux « Impossiiible, nous n’avons plus de poney ». Ou le nom du héros, Thorin Ecu de Chêne (en anglais Oakenshield)… Qu’on peut entendre « Thorin et Cul de Chêne »… Et là, ça vous donne la scène ridicule où tout le monde dans la salle est pris dans le film, sauf vous, qui avez un rire débile à chaque fois qu’on prononce le nom de ce type. Cela m’a rappelé ma solitude (partagée :p) quand j’avais été voir le film The Fountain, qui m’était totalement passé au-dessus (mais qui m’avait fait rire un truc de dingue au second degré).

Et vous, Tolkien, ça vous parle ? Ou vous avez une seule envie : me lapider après cet article ? ;)

Publicités