Trois ans au Royaume-Uni : « petit » bilan

A l’heure où je publie ces lignes, je suis installée sur mon joli bureau Ikea dans notre appartement du quartier Sunnyside (ou Ingleside, ça dépend de comment on regarde le plan et aussi de quel plan on regarde, mais ceci est une autre histoire), à San Francisco. J’ai écrit la toute première ébauche de cet article fin août 2016, alors que nous étions encore noyés sous les devis des déménageurs, les assurances et les joies administratives diverses et variées. Notre dernier jour au Royaume-Uni s’approchait à grands pas, et nous n’avions pas encore de vraie certitude sur notre point d’arrivée (les joies des visas : nous attendions encore notre rendez-vous à l’ambassade des US) après les quelques semaines prévues en Europe. Ce nouveau départ avait un côté doux-amer car, même si on avait hâte de démarrer une nouvelle vie en Californie, on avait vraiment beaucoup aimé vivre à l’anglaise et être Londoniens pendant trois belles années ! Le mode nostalgie était déjà enclenché avant même notre départ :-)

J’ai aimé l’ordre, le sourire des gens, le respect de l’autre, le fait que je me suis rarement sentie en danger, quelle que soit l’heure, en rue ou dans les transports. Toutes ces nourritures différentes, ces cultures diverses. Baigner dans la langue anglaise et le joli accent britannique. Commencer à comprendre diverses variations de celui-ci (à notre arrivée, on ne comprenait juste rien à l’accent écossais – la première fois qu’on a regardé un épisode de Dr Who restera longtemps gravée dans ma mémoire). Me faire appeler « love » ou « darling » par le postier, la caissière, la pharmacienne sans que ça soit lourd ou oppressant. Trouver ça bizarre au début puis apprécier cette gentillesse gratuite. Adorer flâner dans les librairies, avec ces couvertures souvent super jolies (surtout vis à vis de la trop fréquente austérité, trop sérieuse et terne, des éditions francophones).

Je ne vais pas vous faire un compte rendu au niveau de l’administratif (qui n’est pas excessivement pénible), des soins médicaux (en résumé : tout est gratuit mais le suivi est moins efficace, les délais sont plus longs et ils vont faire moins d’examens car le NHS n’a pas assez de moyens pour cela), de la recherche d’emploi ou autre. Vous trouverez ça ailleurs et certainement beaucoup mieux fait que ce que je pourrais vous fournir. Et puis, avec le Brexit et l’activation de l’article 40 par Mrs. May, tout cela risque rapidement de se retrouver incorrect. Par contre un petit bilan touristique, ça :-) Je dis oui !

En arrivant ici en 2013, on n’avait pas d’idée précise. Pour tout dire, « refaire un week-end à Londres » (j’y étais allée une première fois l’été 1994 et une seconde fois en janvier 2007 #memories) était sur ma wishlist d’anniversaire depuis environ deux ans. Puis la question d’y emménager s’est posée, on a sauté sur l’opportunité et on est arrivés. Tout ça en moins de trois mois, juste dans la foulée de notre mariage (l’opportunité, la décision et le déménagement). J’aime tellement cette idée qu’un endroit qu’on voit comme un endroit méconnu, exotique puisse devenir « la maison ». On a remis ça ici à San Francisco d’ailleurs, c’est toujours aussi magique comme sensation :-) A l’époque, je résumais un peu la ville à ses poncifs : Big Ben, Tower Bridge, Hyde Park, Buckingham, etc.  Trois ans plus tard, ma vision de la capitale britannique a bien changé (en mieux). Et j’ai envie de vous faire un petit bilan de Londres et du Royaume-Uni (y compris les grands classiques, ce qu’on a eu l’occasion de visiter mais aussi ce qu’on a pas eu le temps de faire cette fois :-)) !

London Calling!

Lire la suite

Publicités

Stonehenge

Vous aurez peut-être remarqué que je me fais rare par ici :-) Je suis toujours présente sur Instagram et sur Twitter mais en ce moment, j’ai nettement moins d’inspiration pour écrire des articles… J’espère que c’est juste passager. Pour ne rien arranger, les quelques romans que j’ai lus ces dernières semaines étaient plutôt basiques : distrayants mais sans plus. Rien qui ne justifie de leur dédier des lignes et des lignes, donc.

Par contre, tout récemment (courant juillet), nous avons enfin pu cocher une case de notre « to do list au Royaume-Uni » (il faudra que je fasse un article là-dessus, d’ailleurs :-))  : Stonehenge. Après l’avoir vu et revu dans les top 10 de choses à faire en Angleterre, on se sentait un peu foireux de n’y avoir pas encore mis les pieds après bientôt trois années à Londres.

13743500_585941428243353_1484537133_n

Comme nous n’avons pas de voiture sur place et que Stonehenge est à deux bonnes heures de route à l’ouest de Londres (et complètement perdu au milieu de nulle part), on a décidé d’opter pour une excursion organisée. J’avoue que j’étais assez peu motivée à l’idée de louer une voiture et de rouler dans Londres, du coup, le plan de monter dans un bus et de me laisser porter me plaisait assez bien. On a réservé via Premium Tours, pour une excursion matinale au départ de Victoria Coach Station juste pour Stonehenge. Il est possible de coupler avec d’autres villes, comme Bath ou Windsor, mais les jours ne collaient pas à notre emploi du temps (et on a déjà visité Bath). Pour un peu moins de £50 par personne, on a donc le transport en car aller-retour et le ticket d’entrée sur le site. Dans le cas où vous optez pour l’option « voiture », en plus de la location du véhicule et du carburant, il faut aussi compter le parking sur place (£5 en cash, il me semble) et le ticket (£15.5 par tête).

Après 2h30 de car (et un soy chai latte), on est enfin arrivés à Stonehenge. Première impression : c’est vraiment complètement au milieu de nulle part ! Le parking se trouve à côté du bâtiment du visitor centre, dans lequel se trouvent également un café et un magasin de souvenirs (évidemment). Pour aller jusqu’au site même, il faut prendre une navette (comprise dans le prix du billet d’entrée) pendant quelques minutes. Une fois sur place, avec l’audioguide dans les oreilles (ou mieux encore, avec vos propres écouteurs et l’appli audioguide sur votre téléphone), c’est parti pour un voyage dans le temps.

Stonehenge 1

Le cercle de pierres est vraiment impressionnant. Malheureusement, pour des raisons évidentes, il est interdit de s’en approcher et on reste donc sur un chemin qui encercle les pierres, à une bonne distance tout de même. La raison principale, en plus d’éviter les imbéciles personnes qui veulent toucher/pousser/écrire sur les pierres est de ralentir l’érosion du terrain, qui était grandement accélérée par le poids de tous les visiteurs qui piétinaient le sol autour des pierres. Rassurez-vous, cela ne ternira pas votre visite et ne vous empêchera pas de prendre des photos sympas.

Stonehenge 2

Stonehenge1

L’audioguide était très intéressant, même si au final, il pose plus de questions qu’il n’apporte de réponse. En tournant autour du monument, on prend pleinement conscience de sa taille et on se demande vraiment, tout comme l’audioguide, comment des gens ont pu mettre les pierres dans cette configuration sans grues ni autres machines (le premier monument a été daté d’environ 3000 ans avant J-C). Malheureusement, pas de réponses à ces questions mais ça n’empêche en rien de profiter du site et d’admirer justement sa grandeur.

Stonehenge 4

IMG_6745

Après un petit passage obligé par le café (les sandwiches étaient passables, rien d’exceptionnel) et par le magasin de souvenirs, on a repris le chemin du parking, on est remontés dans le bus et on a rallié Londres.

Stonehenge 5

On a vraiment beaucoup aimé cette visite, même si en dehors du cercle de pierres, il n’y pas grand chose à faire dans le coin. Cela dit, c’était vraiment impressionnant et définitivement à voir.

Un week-end à Bath

En octobre, j’ai décidé d’emmener l’homme à Bath pour fêter son anniversaire. Je connaissais Bath de nom uniquement (je ne savais pas même le situer sur une carte, c’est dire) mais je me souvenais de certaines héroïnes de Jane Austen qui passaient du temps à Bath pour profiter de l’air et des eaux thermales. C’est avec ceci en tête, une réservation sur Booking et des tickets de train en main qu’un samedi matin, on a pris un train vers Bath depuis Paddington (durée : environ 1h30) !
IMG_8465 IMG_8351IMG_8717

Bath c’est plein de choses : une des plus chaudes sources d’eau thermale naturelle de Grande-Bretagne, avec des bains romains magnifiques qui datent de l’Antiquité (même si les premiers à profiter de la source furent les Celtes, selon la page Wikipedia). Mais Bath, c’est surtout une petite ville adorable, des petites rues trop jolies où tout peut se faire à pied.

IMG_8480 IMG_8340

C’est aussi un magnifique pont (le Pulteney bridge, datant du 18ème siècle) qui passe au-dessus de la rivière Avon. Dessus sont installés des restos, des pubs, des boutiques, des maisons, ça rappelle un peu le style du Ponte Vecchio de Florence, en version plus nordique.

IMG_8694

On a commencé notre visite par les Roman Bath, LA grosse attraction touristique de la ville. Le temple a été construit par les Romains vers l’an 60 après J.C.,  après l’invasion de ceux-ci en Angleterre. On peut visiter diverses pièces, le grand bain, admirer de belles trouvailles archéologiques (notamment une tête de statue magnifique) et profiter de la très belle vue sur l’abbaye. L’entrée (avec audioguide inclus) est de £15 par personne (£15.50 en juillet-août) mais on a trouvé que cela valait vraiment la peine !

IMG_8452 IMG_8451

On a pu aussi admirer la superbe façade de la Bath Abbey (datant du VIIIème siècle) et ses anges qui grimpent le long des échelles.

IMG_8273IMG_8366 IMG_8324

Par la suite, on a (enfin, j’ai) flâné amoureusement dans la boutique du musée de Jane Austen Centre (malheureusement on n’a pas visité le musée en tant que tel par manque de temps, une fois encore). Le petit magasin est plein d’objets qui parleront à des fans de l’oeuvre de l’écrivain : des tote bags avec des citations ou des marques d’affection envers Darcy, des services à thé, des tasses avec (encore) des citations tirées des romans de l’auteur, des dizaines d’éditions différentes des romans, de la version illustrée pour enfant à la version grand luxe, des biographies, etc.
IMG_8501IMG_8508

On a aussi traîné du côté du Circus et puis du Royal Crescent. Les deux étaient très jolis à regarder mais étaient frustrants à photographier avec mon 24-105. Parfois, le grand angle me manque un peu. Mais le mode panoramique de l’iPhone a permis de sauver les meubles, en tous cas pour le Royal Crescent.

IMG_3304

On a vu un monsieur imiter une statue, il faisait ça très  bien. Mention particulière pour ses cheveux ! On a aussi trouvé, au détour d’une rue, un magasin vendant de jolies sculptures en bois adorables, Timber Treasures (évidemment j’ai craqué et on a ramené un petit champignon tout mignon). Puis on est repartis, ravis, vers la gare.

IMG_8372 IMG_8649 IMG_8721

Côté pratique, on a passé une nuit au Gainsborough Hôtel & Spa, absolument magique ! Il y a un spa avec piscine d’eau thermale, hammam, sauna, accessible selon certaines heures pour les clients de l’hôtel. Le reste du temps, on ne peut y accéder que si on a réservé un soin. A noter qu’on a eu un souci avec notre chambre et qu’on nous a immédiatement proposé de passer à une suite junior. On a accepté volontiers.

On a mangé dans les trois principaux spots végétariens de la ville (l’homme est végétarien depuis un peu plus de six mois et est ravi de son choix, par conséquent, comme c’est souvent lui qui cuisine, ma consommation de viande a baissé également). On a donc testé : Acorn Vegetarian Kitchen, Green Rocket Café et Chapel Arts Café. Les trois étaient très bien, très originaux et savoureux, Acorn Vegetarian Kitchen était peut-être plus recherché côté menu mais Green Rocket était très chouette aussi, avec une ambiance très sympa. Chapel Arts Café était quant à lui idéal pour un lunch rapide et agréable.

Verdict : on a adoré Bath, c’est une ville qui a l’air douce à vivre…

Oxford

Cela fait plus d’un an que nous vivons en Angleterre et je dois avouer que j’ai un peu honte : on est vraiment peu sorti de la capitale ! Nous étions allés à Brighton il y a un an. Et en novembre, on a profité d’un petit week-end pour s’échapper à Oxford, au nord-ouest de Londres. Mais rassurez-vous, on a prévu de se rattraper un peu cette année et de visiter notamment Cambridge, Stonehenge, l’Ecosse (si on arrive à caler ça dans notre planning), Bath, l’île de Wight, Jersey et/ou Guernsey, etc. Bon, tout ça reste très flou encore, mais bon. C’est sur notre liste de choses à faire ! On y croit !

Oxford donc ! Une des plus célèbres villes universitaires au monde (n’ayons pas peur des mots). On s’y est rendu en car depuis la gare de Victoria, un samedi matin. En une grosse heure, on était à Oxford.

IMG_6209

Christchurch

Christchurch

On a attaqué la ville par Christchurch, un des plus célèbres colleges. Puis on a flâné, on s’est imprégnés de l’ambiance. On a visité également la Bodleian Library (même si certaines zones étaient fermées au public) et le Magdalen College.

IMG_6359 IMG_6394 IMG_6420

Bodleian Library

Divinity School, dans la Bodleian Library

Certains lieux ont été utilisés lors de tournages, notamment pour les films de la série Harry Potter (ci-dessus, la Divinity School, une salle que les fans reconnaîtront comme l’infirmerie des deux premiers épisodes des aventures du sorcier :-)).

Radcliffe Camera

Radcliffe Camera

Hertford Bridge, popularly known as the Bridge of Sighs

Hertford Bridge, aussi connu comme le « Bridge of Sighs »

IMG_6581

Magdalen College

Magdalen College