Les Apparences

Rappelez-vous, j’avais bien aimé mon premier roman de Gillian Flynn, Les Lieux Sombres. Dès lors, quand j’ai vu qu’elle avait sorti Les Apparences, j’étais super motivée à l’idée de le lire. Et ma motivation a encore grandi en lisant les nombreux éloges qui ont fleuri un peu partout dans la presse et sur les blogs. J’étais impatiente de découvrir ce roman. Trop probablement. Mais je vous explique ça de suite.

78364534_oLes Apparences, c’est l’histoire d’un couple normal. Enfin, au prime abord. Nick et Amy se sont rencontrés à New York. Ils étaient jeunes, beaux, amoureux, drôles. Ils se sont mariés et ont vécu quelques années à Brooklyn. Ils avaient leurs petites « private jokes », leurs précieux souvenirs, leurs traditions. Sauf que la crise passe par là : à quelques semaines d’intervalle, ils perdent leurs jobs tous les deux (ils sont tous les deux dans le secteur de la presse, lui est journaliste et elle rédige des tests de personnalité). L’ambiance se détériore mais ils tiennent bon. Par la suite, Go, la soeur jumelle de Nick, appelle un matin pour l’avertir que leur mère est atteinte d’un cancer. Nick décide alors de tout lâcher à NYC et d’emmener sa femme dans sa région natale, la ville de Carthage dans le Missouri. New-Yorkaise pure souche, fille unique de deux psychologues, égérie de la série de livres pour enfants « L’épatante Amy », son épouse a vraiment du mal à se faire à sa nouvelle vie loin de la fièvre de la Grosse Pomme.

On démarre le roman sur le matin du cinquième anniversaire de mariage du couple. Nick semble ne plus aimer sa femme… Il part au travail après le petit-déjeuner d’anniversaire qu’Amy lui a préparé. Il bosse dans un bar, « Le Bar », qu’il possède avec sa soeur Go et qu’il a payé avec l’argent d’Amy, qu’elle a sorti de son fidéicommis. Il reçoit un coup de fil d’un voisin pendant la journée disant que la porte de la maison est ouverte et que le chat est sorti. Nick, inquiet, revient chez lui pour trouver la maison vide et montrant des signes de lutte. Et acune trace de sa femme. Les flics arrivent rapidement sur les lieux et l’enquête débute lentement. Peu a peu, l’étau se resserre autour de Nick… La première partie du livre est construite sur deux récits parallèles : le présent, avec la disparition d’Amy vue par Nick, et le passé avec des extraits du journal d’Amy. Et puis, ça change. Mais je ne vous en dirai pas plus.

Mon verdict : comme dit ci-dessus, j’en attendais peut-être trop, je ne sais pas. Mais je n’ai pas pris de plaisir à lire ce bouquin. Ce roman est trop froid, trop vide, trop aseptisé pour me plaire, je crois. Il y a une bonne dose de folie, c’est certain, mais ça ne suffit pas à compenser le manque de charisme des personnages. La base était bonne pourtant mais Les apparences ne m’ont pas emmenée là où je le voulais. Ou du moins, pas de la manière que j’aurais attendue. Le suspense est bien maintenu, l’intrigue est solide. Mais il manquait le petit quelque chose pour que ça fasse tilt. Dommage.

Vous l’avez aimé ?

Publicités

Avant d’aller dormir

Si vous avez récemment flâné dans l’une ou l’autre librairie ou même sur les tops de ventes d’Amazon ou de la Fnac, vous n’avez pas pu le rater. Le premier roman de S.J. Watson, Avant d’aller dormir, est LE thriller qui caracole en tête des ventes des librairies en cet été 2011.

Ce roman, paru aux éditions Sonatine (celles qui ont publié Les visages, toujours dans ma PAL) nous raconte l’histoire de Christine. Rendue amnésique par un accident survenu plus de 20 ans auparavant, l’héroïne est atteinte d’une forme rare d’amnésie : chaque matin, elle se réveille en ayant oublié les 20 ou 30 dernières années qui viennent de se passer. Elle se réveille parfois se croyant encore enfant, parfois jeune adulte, se demandant où elle se trouve. Et chaque jour, elle a un choc en se voyant dans le miroir, elle, Christine, 47 ans, mariée avec Ben depuis plus de 20 ans… Sauf qu’elle ne se souvient pas de Ben, ni de leur mariage, ni de quoi que ce soit d’autre.

Depuis quelques semaines, elle est suivie par un nouveau médecin, qui lui a conseillé de tenir un journal, afin de noter tout ce qu’elle apprend sur sa vie et ainsi, le relire chaque matin, pour se rappeler les évènements passés. Et les choses qu’elle lit ne sont pas toujours cohérentes, elle s’aperçoit qu’on lui ment… Elle est au coeur d’une enquête sur sa propre vie.

Haletant, ce roman est le « page-turner » par excellence. Le personnage de Christine est très attachant, on se prend au jeu et comme elle, on veut comprendre qui elle est et ce qui a pu se passer durant les vingt dernières années. Je l’ai dévoré en quelques heures, impossible de m’arrêter. A dévorer (encore un :)). Ce bouquin m’a fait penser à Robe de Marié, avec lequel il a en commun l’héroïne qui ne sait plus qui elle est…