Stay still, Life.

Aujourd’hui, vous avez gagné (bande de petits veinards) le droit à un article qui ne portera pas sur un bouquin, une série, un film ou autre groupe musical que je viens de découvrir. Non, aujourd’hui, j’ai juste envie de partager un truc qui me travaille depuis un moment. Cela arrive parfois sur ce blog, c’est relativement peu fréquent, je préfère en général partager des choses qui me semblent plus intéressantes pour le commun des mortels. Je crois que j’ai rangé ces articles dans la catégorie hyper floue « De choses et d’autres », où ils ont des petits copains qui parlent encore d’autre chose. Bref.

« Stay still, Life. »

Par moments (souvent en fait), j’ai l’impression que la vie avance sans qu’on s’en rende bien compte. Les journées passent, se ressemblent (ou pas), s’égrainent une par une pour finalement, sans crier gare, s’amonceler sous forme d’années. Sans qu’on se soit aperçu que sournoisement, le temps passe. Et qu’il passe sacrément vite, même.

J’ai l’impression que l’insouciance de mes vingt ans c’était hier. Et en fait, non, c’était il y a déjà plus de 10 ans. Dix ans. Je me sens encore insouciante (et je ne me sens définitivement pas âgée de plus de trente ans) mais par moments, je me dis que je n’ai plus tellement le droit de l’être, que je suis adulte à présent, que la réalité est là, la vie, les courses, l’argent, le budget, la bouffe, le boulot (ou l’absence de boulot pour ma part, ce qui est très très lourd également). Par moments, je me dis que pas besoin de se presser, qu’on a la vie devant nous, le futur c’est demain, tout ça. Et puis en fait, non. Le futur, c’est maintenant (que les fans de conjugaison restent avec moi, svp, merci :)). C’est maintenant que tout se joue. Et pas demain, pas après-demain. Si on veut partir vivre à l’étranger, réaliser ses rêves, vivre les choses, c’est aujourd’hui. Me dire que ça fait presqu’une année complète que nous avons emménagé à Londres me donne le tournis. Je jurerais qu’on est arrivés il y a 3 ou 4 mois max, je me revois traîner nos bagages dans les escaliers pour emménager, je revis mes virées chez Ikea pour acheter l’essentiel vital. La découverte du quartier, de la ville, que j’ai encore le plaisir de découvrir à chaque fois que je mets le nez dehors. Une année bientôt. Incroyable. Et quand je pense à la taille du monde, je me dis que c’est un gâchis de rester en place…

If you don't like where you are, move. You're not a tree.

J’avais écrit un article il y a un ou deux ans sur le bon moment, ce foutu bon moment qu’on attend toujours pour faire les choses : se marier, fonder une famille, partir à l’étranger, faire ce voyage dont on rêve mais qui coûte tellement cher. Ce billet en est l’écho. Je n’attends plus le bon moment pour avancer mais parfois, je voudrais pouvoir ralentir le rythme de la vie pour pouvoir la savourer, pouvoir prendre le temps d’avancer en regardant le paysage en bonne compagnie. Lui dire de rester un peu tranquille, le temps que j’en profite bien.

Pas vous ?

En résumé #6

Encore une fois, un article fourre-tout. Promis, un jour je leur trouverai de plus jolis titres.

Depuis La formule préférée du professeur, je n’ai pas encore commencé de nouveau livre, même si les livres qu’on m’a prêtés crient au secours, ceux que j’ai achetés dernièrement aussi, et pourtant, je résiste. Tous de différents styles, ils me font les yeux doux mais aucun ne me tente vraiment… Alors, je ne me lance pas… Du coup, le matin, dans le métro, je m’ennuie. Dure vie hein. Heureusement qu’il y a mon iPod pour me tenir compagnie.

Sinon, que vous dire que vous ignorez ? J’ai un nouveau jouet depuis mon anniversaire : un objectif Canon 50mm 1.4 pour faire ami-ami avec mon 450D. Une perle, une merveille, un truc de fou ! Il est parfait, super lumineux, super réactif, c’est un plaisir! J’ai la chance d’avoir des amis plus que chouettes ( :-) ) qui m’ont offert ce bijou. Franchement, je vous le conseille. Vive Canon!

Niveau séries, j’ai un retard qui fait peur : il me reste une petite trentaine d’épisodes de retard, toutes séries confondues… J’ai pris un peu de recul en lisant Twilight et aussi le roman japonais que j’ai lu ensuite, puis j’ai pris une petite semaine de vacances à Lyon, et voilà. Mais ne vous inquiétez pas, je me rattrape. Par contre, j’en ai profité pour découvrir Cougar Town, que je lorgnais depuis quelques semaines. Format court, réintroduisant une Courtney Cox resplendissante, second degré et décalé juste ce qu’il faut, j’aime beaucoup cette série.

Niveau plus perso, les choses avancent très vite à présent, je change de pays, de boulot, de vie dans un mois et demi. Cela va faire beaucoup de changements en peu de temps. Heureusement qu’il y a Skype, Internet, le téléphone, la webcam, le tgv, sinon ça serait encore plus flippant :p